Aller au contenu principal

L’emploi agricole toujours sous tension

+ 11 % d’offres d’emplois l’an passé en Morbihan. L’agriculture manque toujours de bras en production, ce en dépit des efforts et des solutions mis en place par la profession. Pour preuve la journée pour l’emploi a fait le plein, mardi dernier, à la faveur des assemblées générales de l’Anefa Morbihan et de Seremor-Solutis emploi.

Entre Frédéric Daniel et Pierre-Yves Le Bozec, clap de fin pour Michel Guernévé, ancien président des JA, co-créateur du Seremor en 1991 puis de Solutis emploi en 2005, qui ayant pris sa retraite fin 2019, a pris congé de ses fonctions d’administrateur de la structure morbihannaise de remplacement.

"L’emploi agricole est en tension aujourd’hui malgré tout ce que l’on peut faire ! De l’importance de construire en commun avec la profession", cadre Frédéric Daniel, président de l’Anefa Morbihan sur cet après midi qui aura permis d’englober la problématique de l’emploi. Une vision globale tant sur l’aspect de la gestion des offres, que de leur mise en relation avec les demandeurs d’emplois. Une bourse gérée par l’association paritaire Anefa, créée en 1993, adossée au Cossa et ses 1  802 bénéficiaires (sur 5 765 salariés agricoles ETP en Morbihan) pour apporter aux salariés agricoles, comme ailleurs, des avantages sociaux et culturels. Une vision aussi sur l’aspect remplacement, qu’il soit occasionnel, pour les 1 584 exploitations adhérentes, ou plus pérenne pour 151 autres avec des solutions d’emplois partagés que Seremor-Solutis emploi travaillent de concert.

Il nous faut réfléchir pour ouvrir les esprits.

Problème d’adéquation

Le bilan annuel de 2019 de la bourse de l’emploi gérée par l’Anefa montre une augmentation de 11 % des offres dans un paysage régional en baisse de 7 % sur la même période. 373 offres ont donc été proposées, majoritairement en élevage (dont 42 % en lait et 18 % en porcs) quand en face, les 338 candidats inscrits, postulaient à 46 % dans le domaine du végétal et des espaces verts. "Tout le problème est celui de l’adéquation entre la demande et l’offre", cadre Lydie Mauxion en charge de la bourse de l’emploi qui multiplie les occurrences pour faire connaître l’emploi agricole par des opérations en lien avec Pôle emploi. Problème d’adéquation encore entre des employeurs qui recherchent "à 44 % des candidats expérimentés et qui ont en face un public à 56 % en production végétale qui a moins d’un an d’expérience". Même hiatus en termes de formation… "Le public on l’a mais plus sur le domaine végétal que sur celui de l’élevage. Il nous faut réfléchir pour ouvrir les esprits à ce domaine. L’élevage, c’est la vie dehors avec des animaux. Avec les formations équestres, on a pu faire des passerelles", encourage Frédéric Daniel.

 

Miser sur l'intégration professionnelle et la formation

Pour sa part, Seremor-Solutis emploi a montré une activité stable dans le domaine du remplacement qui reste conséquente avec 29 300 jours dévolus pour 57 % au remplacement maladie et accident, et une montée en puissance de Solutis emploi avec 11 300 jours de mise à disposition de salariés par ce groupement d’employeurs départemental. "Une progression qui confirme le besoin de structurer l’emploi salarié dans les exploitations face à des besoins de main-d’oeuvre qui ne cessent d’augmenter". "Investir dans l’accueil et la formation", est donc essentiel pour Pierre-Yves Le Bozec, président de l’association pointant l’accent sur parcours d’intégration et de formation des salariés, se chiffrant à plus de 1 000 jours (4 % de l’activité non facturée).

emploi agricole

Point info emploi

Une journée pour l’emploi placée sous le signe de la proximité, "celle au terrain et de nos organisations professionnelles", une dynamique garante d’une efficacité, vécue par tous comme une richesse. Reste le problème de l’identification des structures ressources, "nous avons évoqué la possibilité d’avoir un numéro d’accueil unique sur l’emploi". Un point-info-emploi à l’image du point-info-installation, guichet unique d’accueil dédié à l'emploi. Une proximité chère à Seremor-Solutis emploi et à sa dynamique commune de recrutement. "En matière de proximité, la chance c’est que ces boutiques appartiennent à la profession, dans son intérêt et ça permet de préparer l’avenir", aussi régionnalement, résumera pour sa dernière assemblée avant retraite, Michel Gernevé, co-créateur du Seremor-Solutis emploi.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité