Aller au contenu principal

Pour faciliter l’accès au pâturage, Pays d’Iroise finance les boviducs

Les exploitations et les troupeaux laitiers s’agrandissent, la circulation routière s’intensifie… Pas toujours simple, dans ces conditions, de maintenir un accès à l’herbe suffisant pour les animaux. Parce que le boviduc peut résoudre quelques difficultés, Pays d’Iroise communauté a décidé d’aider à leur financement.

Si le boviduc permet souvent au troupeau d’accéder à de nouvelles parcelles, il peut aussi être installé sous une route devenue trop dangereuse à traverser du fait de l’augmentation de la circulation routière.
© Chantal Pape

"Le maintien d’une économie agricole sur le territoire est un enjeu majeur pour notre avenir", estime Pays d’Iroise communauté qui, depuis quelques temps déjà, a décidé d’octroyer une aide à l’installation des jeunes agriculteurs. Début 2020, la communauté de communes a décidé d’aller plus loin, en subventionnant l’installation de boviducs. "Nous voulons accompagner les éleveurs vers davantage d’autonomie et des pratiques plus respectueuses de l’environnement et de la biodiversité", avance-t-elle pour expliquer son choix.

Eviter les routes dangereuses

Ici, le boviduc permettra d’accéder à de nouvelles parcelles et d’augmenter ainsi les surfaces pâturables par les animaux, "voire de passer dans des systèmes tout herbe", indique Kevin Guimard, animateur au développement économique. Ailleurs, il sécurisera la traversée d’une route, devenue dangereuse dans un contexte d’augmentation de la circulation routière et de diminution de la main d’oeuvre sur les exploitations. "Tout le monde y gagne : l’éleveur et son troupeau, mais aussi les automobilistes".

De 30 à 50 % d’aide

Accordée aux éleveurs ayant leur siège social sur le territoire de la communauté de communes, l’aide est de 30 % des investissements, boviduc et travaux connexes, avec un plafond de 20 000 € HT pour franchir une voie communale, 40 000 € pour une voie départementale, soit une subvention maximale de 6 000 et 12 000 €. "Le taux d’aide peut être majoré de 10 % pour les agriculteurs récemment installés, 10 % pour les l’agriculture biologique, soit un maximum de 50 %, précise Kevin Guimard. Mais cette aide n’est pas cumulable avec le PCAEA".

Comme pour la plupart des aides, il est nécessaire d’établir un dossier de demande de subventions avant de commencer les travaux, sous peine d’une non prise en charge de ces derniers. "N’hésitez pas à prendre contact avec la CCPI si vous avec un projet", conseille l’animateur.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité