Terra 05 avril 2019 à 17h00 | Par Emmanuelle Le Corre

OGM, phytos.... "tous, on doit prendre du recul"

La 12ème édition du festival "Terre et films" au Cithéa de Plouguenast, s'est intéressée aux débats sur les OGM, outre-atlantique, avec la projection du documentaire Food Evolution. Une prise de recul face aux peurs de nos sociétés "modernes".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'agronome Bernard Le Buanec lors du festival "Terre et films" au Cithéa de Plouguenast, avec un des organisateurs Gilles Lucas.
L'agronome Bernard Le Buanec lors du festival "Terre et films" au Cithéa de Plouguenast, avec un des organisateurs Gilles Lucas. - © terra

Le film Food Evolution, projeté mardi 19 mars au cinéma Le Cithéa à Plouguenast a donné lieu à un débat en présence de l'agronome Bernard Le Buanec, membre de l'académie d'agriculture de France. Le documentaire de l'américain Scott H Kennedy ausculte les mouvements de contestation contre les OGM dans son pays, la propagation des peurs agitées par les anti-OGM et autres leaders d'opinion. Food Evolution défend la science et le travail des scientifiques ; montre en quoi la papaye transgénique Rainbow à Hawaï a solutionné les ravages causés par le virus des tâches annulaires dans les plantations et ainsi préservé la filière sur l'île. En quoi des variétés de bananes transgéniques résistantes au flétrissement bactérien pourraient sauver des familles de la faim en Ouganda. Car même en Afrique où les défis alimentaires sont immenses, la question des OGM fait débat. Si tout n'est pas à prendre au pied de la lettre, le film invite à prendre du recul : faire confiance aux scientifiques, reconnaître l'intérêt des biotechnologies, combattre la désinformation, ne pas rejeter en bloc l'agriculture faisant appel à ces technologies....
OGM : ne pas tout rejeter
A l'issue de la projection, un débat s'est engagé entre les spectateurs et l'agronome Bernard Le Buanec qui invite à ne pas opposer les agricultures : "le bio est un laboratoire intéressant pour réfléchir à d'autres techniques de production agricole ; les OGM sont des solutions pour régler des problèmes. Un des grands succès du coton OGM est d'avoir réduit fortement les insecticides en Inde, en Afghanistan...".
Que dire aussi de la distorsion de concurrence avec les espagnols qui utilisent du maïs Bt OGM, des importations de produits OGM en France.... "Je suis pour l'interdiction des importations de produits OGM tant que nous, producteurs on ne peut pas en cultiver", partage un agriculteur dans la salle.

- © terra

Le défi des phytos
En France, la question des OGM ne se posent pas puisqu'ils sont interdits. Ici, ce sont les phytos qui sont en ligne de mire. Dans la salle, on évoque dans l'actualité, cet agriculteur agressé lors d'un épandage en plein champ. "La désinformation a un gros impact, on doit tous prendre du recul", témoigne un spectateur. "Cultiver un blé sans fongicide augmente le risque de présence de mycotoxines, plus toxiques. Attention au lien trop rapide, pesticide égale poison".
Le documentaire aborde l'utilisation du glyphosate, le plus utilisé dans le monde. "Beaucoup d'agriculteurs se demandent comment faire quand il n'y en aura plus pour l'agriculture de conservation", indique l'agronome Bernard Le Buanec, rapportant les propos du président de l'Inra, "on ne pourrait pas trouver de produit de remplacement d'ici 3 ans".
Cet affirmation n'est pas de l'avis de tous. "Moi je suis producteur bio depuis 1981 et j'ai réussi à m'en passer", rétorque un agriculteur dans la salle. Un autre évoque la disparition des oiseaux, des insectes. Pour Bernard Le Buanec, cultiver toutes les céréales en bio est une lubie. "En bio, les rendements céréales chutent de 35 à 40 % par rapport à l'agriculture conventionnelle. On ne produirait pas pour l'Afrique et tout le monde n'a pas le pouvoir d'achat pour acheter du bio".
Confiants dans le développement des nouvelles technologies, certains participants voient à l'avenir "tout un tas de solutions" grâce au machinisme agricole, comme "des capteurs capables de reconnaître là où est localisée la mauvaise herbe, avec une buse qui ne s'ouvrira qu'à cet endroit. Cela arrive !".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui