Terra 17 août 2018 à 14h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Le Coco de Paimpol fête 20 ans d'AOP.

Le syndicat du Coco de Paimpol s'associe avec le comice de Paimpol-Plouha pour une grande fête agricole autour du haricot emblématique qui fête les 20 ans de l'appellation d'origine protégée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les organisateurs de la fête : Yves Le Boucher, Michel Le Coadou, Hervé Guézou, Gérard Le Meur, Maurice Goarin, Gilbert Brouder et Hervé Conan.
Les organisateurs de la fête : Yves Le Boucher, Michel Le Coadou, Hervé Guézou, Gérard Le Meur, Maurice Goarin, Gilbert Brouder et Hervé Conan. - © Terra

Le 25 août , les 20 ans de l'AOP du Coco de Paimpol seront célébrés sur le port de Paimpol. Pour la petite histoire, l'épopée du Coco de Paimpol aurait commencé en 1928 dans le port de Paimpol où un marin aurait débarqué avec le précieux haricot depuis le Chili. 90 ans après le Coco de Paimpol est devenu l'emblème de Paimpol et du savoir-faire des producteurs. Premier légume frais français à obtenir l'appellation d'origine protégée (AOC puis AOP), il a acquis une renommée sur les tables des restaurateurs. Riche en fibres, vitamines B5 et B1, potassium, calcium, pauvre en glucides et riche en protéines, ses qualités nutritionnelles sont également excellentes.

Le Coco fait de la résistance
Il y a 20 ans, 1 200 producteurs cultivaient le haricot. Les surfaces étaient petites, tout le monde avait son lopin de Coco pour arrondir les fins de mois. "Les retraités, les femmes de marin, le facteur...", se souvient Maurice Goarin, premier président du syndicat du Coco de Paimpol. Pour ne pas perdre la production et la professionnaliser, une équipe composée de Maurice Goarin, Hervé Guézou et Hubert Jacob se lance dans l'aventure de l'AOC pour aboutir en 1998.
Vingt ans plus tard, "nous sommes toujours là", lance Gérard Le Meur, président du syndicat. 200 producteurs, 6 000 tonnes par an, 750 ha et 84 communes, le haricot génère 8 millions de chiffre d'affaires aux producteurs de la coopérative UCPT. En plus de ses atouts agronomiques dans la rotation, cette légumineuse apporte un revenu aux exploitations.
Par monts et par vaux, le haricot résiste toutefois. La refonte du contrat de travail des saisonniers (révision du travail à la tâche) en 2017 a donné du grain à moudre aux producteurs et à leurs représentants en pourparler avec l'administration. Cette année, l'interdiction d'un produit d'enrobage utilisé contre la mouche des semis a causé des manques à la levée. "15 % des surfaces ne sont pas là à cause de la mouche des semis", décrit Hervé Guézou, responsable régional de la section. Sans solution alternative efficace, les producteurs ont été touchés de façon aléatoire, "certain ont resemé trois fois, d'autres n'ont pas eu de casse". Enfin le haricot demi sec, ramassé et écossé à la main, requiert de la main d'oeuvre. Les producteurs l'annoncent déjà même si le marché s'active entre le 20 août et la fin octobre : "2018 sera un petit cru, après une bonne année 2017".
Pour Gilbert Brouder, président de l'UCPT, "le Coco n'a pas dit son dernier mot. Dans un contexte de mondialisation et de banalisation, nous avons besoin de produits du terroir".

Au programme

La fête sera parrainée par l'ancien footballeur professionnel de l'En Avant de Guingamp, "Coco" Michel et peut-être par le ministre Jean-Yves Le Drian selon son agenda... Le syndicat du Coco de Paimpol et le comice agricole de Paimpol-Plouha proposeront ce 25 août dès 10h30 sur le port : inauguration, intronisation dans la confrérie du Coco de Paimpol, défilés des confréries, concours de plumage et d'écossage, concours d'animaux, soirée dansante et feu d'artifice, dégustations, ventes de légumes, expositions d'animaux et matériel agricole...
Repas le midi (galette-saucisse/moules-frites) et le soir (à base de Coco de Paimpol) à la salle des fêtes de Paimpol (18 €). Tout le week-end du 25 et 26 août, les restaurateurs partenaires proposeront des menus spécial "Coco".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui