Terra 19 décembre 2018 à 14h00 | Par Sylvie Tranchevent, présidente d'Agriculture au féminin

Responsable de mes mots et de moi

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sylvie Tranchevent, présidente d'Agriculture au féminin.
Sylvie Tranchevent, présidente d'Agriculture au féminin. - © Terra

Ces dernières jours, je me suis formée avec d’autres collègues agriculteurs et agricultrices à la communication sereine et bienveillante.

La communication bienveillante n’est pas qu’une technique. C'est une remise en cause de soi et de son mode de fonctionnement.

La bienveillance commence par soi avant de s’exercer envers l’autre.

Chacune et chacun peut agir et a des clefs pour aller vers plus de sérénité. Des choses très simples, je me pose, je fais le vide avant d’agir. Certes, la vie est un tourbillon d’actions, de remarques, de privations et d’insatisfactions. Mais la vie est aussi une richesse faite de rencontres humaines, de partages, de découvertes et d’amour. Nous sommes à la fois Ying et Yang.

Les lieux ou les sources de conflits sont nombreux. Un monde bousculé par les attentats, les crises à répétitions dans les diverses productions, la puissance des lobbyistes et de la finance, la mondialisation, les discours anti viande, anti agricole… . Autant d’éléments sur lesquels je n’ai pas forcément prise et sur lesquels je n’ai pas forcément de solution à proposer.

Faut-il pour autant rester dans la colère, en étant toujours persuadée d’avoir raison et que l’autre à tort ? J’ai décidé de dire non.

Ce n’est pas facile de changer mais j’ai envie de croire en cette évolution. Certes, cela va demander du travail sur ma personne, ma gestion du stress, de mes émotions, d’apprendre à ne pas réagir sur le vif. De rechercher les mots justes pour exprimer mon point de vue sans agresser.

Travailler en profondeur sur ses émotions, ses croyances, ses valeurs et son comportement sont les bases. Quand je suis en colère parce que les images véhiculées sur notre métier sont négatives, généralistes et simplistes, je dois me questionner sur ce qui m’agresse, ce qui me stresse et ce qui m’interpelle. Pourquoi ces images me mettent en colère ? Quels sont les liens entre ces images et mon travail d’agriculteur ou agricultrice ? Je dissocie ces pratiques réelles ou supposées, des miennes.

L’essentiel est de rester positive quelle que soit la situation. Positive, mais ni passive, ni inactive.

Quel est mon rôle ? Ma responsabilité en tant que femme, agricultrice et chef d’entreprise est d’amener le positif autour de moi pour aller de l’avant et pour construire.

La vie est parsemée d’embûches dont il faut savoir se relever au quotidien.

Ma solution, c’est d’être maître de mes choix et de rester maître de mes mots…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui