Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Après 7 ans au Canada, Julien Thomin s'installe à Plouider

Salarié pendant 10 ans, dont 7 au Canada, Julien Thomin a fait le choix de revenir sur l'exploitation familiale, à Plouider (29) pour y élever du poulet au pâturage. En adéquation avec ses valeurs, cette façon différente de produire lui permet de tisser un lien direct avec le consommateur.

Julien Thomin a fait le choix de revenir sur l'exploitation familiale, à Plouider (29) pour y élever du poulet au pâturage.

Après un BTS au Nivot et un diplôme d'ingénieur agricole à UniLaSalle Beauvais, Julien Thomin décroche un premier poste à Créavia, aujourd'hui Evolution. Puis il s'envole en couple vers le Québec, où il est directeur des ventes à ST Genetics Canada et dirige une quinzaine de personnes.

 

Formation : Julien Thomin

Échanger pour faire mûrir leur projet

"Puis nous avons eu envie de retrouver la famille, les amis, indique Lolita Marsault. Il fallait juste trouver le bon projet pour rentrer". Une réflexion qui mettra deux ans à mûrir. "Nous voulions un projet qui ait du sens. Et qui nous permette une vie de famille, avec nos trois jeunes enfants". Et c'est leur vie au Canada qui leur donne la solution. "En Amérique du Nord, l'espérance de vie en santé tend à diminuer : si les gens vivent plus vieux, ils sont moins longtemps en forme". Si la sédentarité y contribue, l'alimentation aussi. "Elle y est ultra-transformée, avec trop de sel, trop de sucre".

Pour aider les consommateurs à retrouver des aliments riches en nutriments et qui aient du goût, le couple décide de revenir sur l'exploitation familiale de Julien, à Plouider, en avril dernier. Aux côtés de ses parents et son oncle, qui produisent du lait et du porc, il lance son propre atelier, un élevage de poulets à l'herbe. "J'ai aménagé un tunnel maraîcher, monté sur des skis pour pouvoir le déplacer facilement". Les vaches laitières font un premier passage sur la parcelle. Puis les poulets profitent à leur tour d'herbe fraîche tous les jours. Et sont complémentés avec un aliment de la ferme, à base de blé et de maïs. Si une bâche les protège de la chaleur en été, des trappes, sur les côtés, leur donnent accès à la lumière du jour. "C'est impressionnant de voir les quantités d'herbe qu'ils mangent".

Nous voulions un projet qui ait du sens.

3 mois d'élevage

Après trois mois, les poulets sont abattus à 2,2-2,6 kg de carcasse par les établissements Croissant, à Landrévarzec (29). Agréé Union européenne, l'abattoir lui donne accès au marché de la restauration collective (écoles, restaurants administratifs...), son principal client aujourd'hui. "Les cuisiniers, habitués aux poulets de 1,2 kg à découper en 4 parts, doivent ressortir leurs couteaux et apprendre à travailler différemment", détaille l'éleveur, qui leur propose toujours une visite à la ferme, pour voir comment il élève ses volailles. "Nous prévoyons d’accueillir les élèves pour les éduquer sur le monde agricole mais aussi leur montrer à quel point nous prenons soin de nos animaux et que leur santé nous tient à cœur". La clientèle des particuliers, qu'il touche grâce au bouche-à-oreille, doit elle aussi s'adapter. "Souvent, les gens prévoient l'un de mes poulets quand ils reçoivent du monde, constate Julien Thomin. Et ils retrouvent avec plaisir le poulet-frites du dimanche". Une consommation en toute convivialité qui colle parfaitement aux objectifs qu'il s'était fixés. "De plus, la viande est de qualité, dense en nutriments. Et elle leur rappelle le poulet qu’élevait et leur servait leur grand-mère". Comme les cuisiniers, les particuliers peuvent, eux aussi, venir visiter la ferme. "C'est ma façon de retisser du lien entre producteur et consommateur, de combler le fossé d'incompréhension qui s'est creusé".

 

Formation : Julien Thomin

Innover

Les acheteurs étant au rendez-vous, Julien Thomin réfléchit déjà à mettre en route un second tunnel, pour doubler sa capacité de production, aujourd'hui de 400 poulets par lot. "C'est un schéma qui convient bien à l'installation d'un jeune, car nécessitant peu de capitaux". Mais sortir des sentiers battus n'est pas simple, constate l'éleveur, effaré de voir que tout le monde, banques, centres comptables, chambre d'agriculture..., a essayé de le décourager, personne ne croyant réellement à cette méthode d’élevage. "J'y tenais et souhaitais absolument innover et développer un nouveau modèle. Je suis très reconnaissant envers mes parents, qui m'ont toujours soutenu, quel que soit le projet".

Parmi les défis à relever, Julien Thomin tenait aussi à un projet respectueux de l'environnement. "Les poulets fertilisent la prairie. Après leur passage, l'herbe pousse mieux. Et elle ne souffre pas d'un chargement élevé, à condition de changer de place le tunnel tous les jours. Et de prévoir un temps de repos suffisant".

 

Une installation en famille

En cours d'installation, l'éleveur continue à réfléchir à son projet. "Au départ en retraite des associés, on va sans doute faire évoluer le système et accroître l’autonomie alimentaire". En congé parental, suite à la naissance de leur troisième enfant, Lolita se verrait bien rester, elle aussi, sur la ferme. "Et mon frère, architecte, devrait nous rejoindre", rajoute Julien.

 

Formation : Julien Thomin

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Thierry Coué
Thierry Coué, Président de la FRSEA de Bretagne : "Chaque agriculteur doit prendre conscience du besoin de se protéger, et de protéger son exploitation"
Depuis le début de la crise du coronavirus, le monde agricole semblait en retrait, presque observateur. Les comportements ont…
Lettre aux agriculteurs et agricultrices de Bretagne

Madame, Monsieur,

Comme le reste du monde, la Bretagne est confrontée à la pandémie due au coronavirus Covid-19. Dans…

Jérémy Labbé, nouveau président de JA22
Le 11 mars dernier s’est tenu le conseil d’administration électif des Jeunes agriculteurs des Côtes d’Armor. Dorénavant c'est un…
Germain et Laura Evo, jeunes aviculteurs, engagés aussi
Du comité organisateur de la prochaine fête de l’agriculture, à Grand-Champ, Germain Evo 32 ans, en est, Jeune Agriculteur aussi…
Eureden s’adapte et s'organise pour assurer ses services

La crise COVID-19 impacte profondément notre filière porcine et les équipes Eureden sont entièrement mobilisées pour…

Publicité