Aller au contenu principal

Après une faible pression des maladies en 2019, ...

Comme les années précédentes, les maladies se sont exprimées tardivement sur les céréales au printemps 2019. La campagne s’est déroulée sans accident climatique majeur.


Les conditions de semis et levée ont été favorables en octobre et novembre 2018 sans permettre de combler le déficit hydrique accumulé les mois précédents. Décembre, très arrosé, puis février dans une moindre mesure, renversent la tendance. Les conditions sont restées correctes pour les cultures de janvier à mars 2019 : pas de gros excès d’eau et des températures assez douces.
À la montaison, les pluies ont été régulières et auraient pu entraîner une arrivée précoce de la septoriose sur blé. Les températures froides en avril retardent le développement des maladies. La première protection a pu être positionnée à dernière feuille étalée pour les variétés de blé rustiques. Pour les variétés plus sensibles, l’intervention a parfois été déclenchée à dernière feuille pointante.
Dans ce cas, un deuxième passage à épiaison a été nécessaire pour protéger la dernière feuille.
Les conditions humides de début juin, ont poussé à réaliser un traitement contre la fusariose dans les secteurs tardifs. La maladie s’est finalement assez peu développée, les températures étant montées rapidement à partir de mi-juin.
Au bilan, une fois encore les interventions précoces n’ont rien apporté, sauf dans les parcelles avec des variétés sensibles à la rouille jaune. Le piétin verse s’est développé sur variétés sensibles et les taupins ont été plus impactants que les maladies dans certaines parcelles.

Trois essais réalisés par la chambre d'agriculture

Les essais réalisés par la chambre d’agriculture sur trois sites en 2019, donnent un aperçu de la diversité des situations :
- Sur le site de Theix, variété Arezzo (note septoriose 6, rouille brune 3 !), la nuisibilité des maladies est d’environ 30 q/ha (septoriose et rouille brune en fin de cycle). Le premier traitement (T1) à 2 nœuds apporte 5 q/ha, le deuxième traitement (T2) à dernière feuille étalée (DFE) apporte 12 q et le troisième traitement (T3) à floraison 13 q. Sur ce site, les 3 traitements sont rentabilisés. Le coût du programme est de 81 €.
- À Bignan, variété Rgt Sacramento (note septoriose 5.5), la nuisibilité des maladies est de 19 q/ha. Le traitement à DFE permet à lui seul de gagner 13 q. Les deux autres traitements ne préservent que 3 q chacun, et sont à peine rentabilisés.
- À Carhaix, variété Chevignon (note septoriose 7), la nuisibilité des maladies est faible. Le témoin non traité ne fait que 8 q de moins que les meilleures modalités. Un seul traitement à DFE était suffisant et apporte 7 q. Les autres interventions ne sont pas rentabilisées.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Viande cultivée : vers la fin de l’élevage ?
Depuis le premier steak haché créé en laboratoire en 2013, les techniques de production de viande artificielle progressent et de…
Une stratégie non pas tournée sur les volumes, mais le revenu
Lors d'une session en visio-conférence les chambres d'agriculture de Bretagne ont débattu et adopté les grands axes de leur…
Publicité