Aller au contenu principal

Comme une aire de liberté pour les truies en maternité

Sur l'élevage naisseur-engraisseur d'Anne Perrot à Plourhan en Côtes d'Armor, des cages maternité liberté mises en route en 2018 permettent aux truies d'être libérées avant et après la mise-bas.

Anne Perrot (22) a fait construire un bâtiment maternité Isotek (société I-Tek) de deux salles de 36 places, équipées de cases liberté Protek. Les truies sont conduites en 7 bandes avec un sevrage à 28 jours.

Dix ans après son installation, Anne Perrot s'est lancée un nouveau défi, celui de faire évoluer son élevage en y intégrant des aspects de bien-être animal. 72 cases maternité liberté équipent depuis 2018 deux salles du nouveau bâtiment maternité d'un élevage de 400 truies naisseur-engraisseur qu'elle gère avec trois salariés.

 

Des truies libres de bouger

C'est en 2014 que débute le projet de rénovation de l'atelier maternité, à une période où la conjoncture est particulièrement mauvaise. Son choix porte alors sur l'installation de cages "balance". Mais le virage brutal  subi par la filière œufs en matière de bien-être animal interroge Anne Perrot. Elle décide de prospecter lors du Space 2016... "Avant d'investir, j'ai contacté les trois seuls équipementiers en case "liberté", rapporte-t-elle. En contact avec la société I-Tek sur un projet de bâtiment "Isotek", elle entame un travail conjoint avec l'entreprise pendant 6 mois afin de mettre au point une case maternité liberté. Le prototype qui en découle est réalisé totalement à la carte. Il s'agit d'une grande case de 7,2 m² (2,40 x 3 m). "Je suis partie du principe que la truie puisse tourner. Je voulais aussi un accès facile à la pipette et au nid par un couloir. Et il fallait vraiment une différence entre l'ambiance de la salle et du nid". Avec un coût de 4 600 € la place, et pour entrer dans le budget initial, le nombre de cases est alors réduit. "Je voulais un investissement global, le même qu'initialement", note Anne Perrot. Elle a donc renouvelé 72 places de maternité et conservé d’anciennes cases pour assurer la conduite du troupeau, dédiées aux truies les plus âgées.
Dans le même temps, l'éleveuse fait le choix de changer de génétique, elle opte pour la génétique danoise et "son recul sur la case liberté". De même, dans un souhait de bien-être et de meilleure robustesse des porcelets, la conduite en 10 bandes avec un sevrage à 21 jours évolue en une conduite à 7 bandes avec un sevrage
à 28 jours

Le sevrage est plus facile, la venue en chaleur et la fertilité des truies sont meilleures.

Une grande case, une toile de jute à manipuler

Deux salles de maternité, soit 72 cases au total, sont construites en 2017, dans un bâtiment baigné de lumière naturelle et équipé de poteaux de type suisse assurant la ventilation par dessus les cases où sont logées en priorité les plus jeunes truies. Sept jours avant la mise-bas, les truies entrent en maternité et sont bloquées seulement 2 à 3 jours avant le terme. La truie, afin de s'occuper et de préparer son nid, dispose d'un morceau de toile de jute. Avant la mise-bas, un chemin de carton est posé au sol pour aider les porcelets à rejoindre le nid et lutter contre le froid. Une lampe chauffante est ajoutée derrière la truie. Carton et jute rejoignent ensuite le nid des porcelets nouveaux nés. Cinq à sept jours après la mise-bas, si seulement la santé des porcelets et de la mère est bonne, les truies sont débloquées. Sinon c'est au bout de 10 jours, le temps d'effectuer les soins en toute sécurité, que les truies sont débloquées. "Cela représente la moitié du cheptel", indique Anne Perrot.

 

Maternité porcine

Bilan des courses

Anne Perrot est satisfaite du bâtiment : un bâtiment plus lumineux, une truie plus mobile qui exprime de meilleures performances de reproduction. "Le sevrage est plus facile, la venue en chaleur et la fertilité sont meilleures. Les porcelets sevrés ont gagné 500 à 800 g. Je pense que la truie allaite mieux grâce à une ambiance meilleure". L'éleveuse n'a pas installé de barre d'anti-écrasement : le nombre de morts par écrasement ne représente pas un problème (0,8 écrasé par truie en moyenne). A l'inverse le bémol concerne les interventions sur la truie et les porcelets et la sécurité des personnes. Certaines truies très maternelles (20 %) n'aiment pas que l'on entre dans la case, quant au temps d'observation, il a doublé, passant de 30 minutes à une heure. Le temps de lavage des cases progresse lui aussi de 20 %.

Cette stratégie d'évolution vers plus de bien-être s'est traduit par un contrat passé avec l'abatteur Kermené (distributeur E. Leclerc) appelé "Collectif niveau 2", qui rémunère les éleveurs engagés dans un plan d'amélioration du bien-être animal, avec des équipements libérant les truies en maternité, des fenêtres pour éclairer les salles avec de la lumière naturelle, et des objets organiques manipulables. Le prix payé est alors indexé sur la valeur du coût alimentaire.

Mais l'éleveuse n'entend pas s'arrêter en si bon chemin. D'autres évolutions suivront bientôt sur la partie engraissement arrivée en bout de course. Son projet prévoit qu'un tiers des installations soit équipé de courettes.

 

Maternité porcine
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité