Aller au contenu principal

Filière équine Bretonne : État des lieux

La filière équine bretonne rassemble selon les sources de l’observatoire régional de la filière équine Bretagne* 3 129 entreprises qui engendrent 6 400 emplois dont 4 450 en activité principale. Elle génère plus de 185 millions d’euros de chiffre d’affaires lorsque le reste de l’agriculture en réalise 18 970 millions (DRAAF 2016). Ce sont plus de 33 000 équidés présents sur le territoire breton.

La Bretagne est une région d’élevage, l’une des trois principales de France avec la Normandie et les Pays de la Loire.

 

 

répartion entreprises

L’élevage

Il y a 2 071 élevages bretons pour un effectif de 16 476 équidés répartis sur 19 674 hectares valorisés par ceux-ci.
Les élevages en chevaux de selle et chevaux de trait sont les plus nombreux en Bretagne, suivis ensuite des élevages en chevaux de course puis poneys.
Les élevages d’ânes représentent une vingtaine d’exploitations agricoles en
Bretagne. 30 % des élevages ont d’autres activités directement liées aux équidés. 66 % des éleveurs possèdent une poulinière (jument destinée à la reproduction).
Seuls 4 % des éleveurs ont plus de 5 poulinières, toutes races confondues. Le nombre d’élevages a diminué au global de près de 30 % entre 2009 et 2013,
toutes les races sont touchées. La conjoncture économique et le vieillissement de la population sont les principaux facteurs de cette baisse. La même tendance est remarquée dans les autres régions de France. Plus de 5 000 juments ont été saillies en 2013 en Bretagne. 500 étalons, avec un carnet de saillie, sont stationnés en Bretagne.
Les élevages ont en moyenne 18 ha pour l’ensemble de leurs activités agricoles, dont 10 hectares sont valorisées par les équidés.
L’élevage dégage un chiffre d’affaires de près de 25 millions d’ euros. Cependant, 60 % des élevages bretons n’avaient pas dégagé de chiffre d’affaires en 2013.

Les cavaliers professionnels

Près de 90 écuries de cavaliers professionnels rassemblent environ 3 150 équidés sur plus de 1 500 hectares. Toutes ces structures participent à des concours professionnels, 97 % d’entre- elles réalisent les débourrages, 75 % ont une activité de commercialisation des équidés. 7 écuries de cavaliers sur 10 proposent des pensions pour héberger des chevaux de particuliers. Un peu plus d’une structure sur deux propose une activité d’enseignement. Les cavaliers professionnels bretons dégagent un chiffre d’affaires total de plus 5 millions d’euros
sur l’ensemble des activités équines. Cependant 51 % des cavaliers professionnels réalisent moins de 50 000 € de chiffre d’affaires.

Les centres équestres

Les centres équestres ou poneys club sont près de 430. 13 000 équidés y vivent sur une surface totale de 5 000 hectares.
Le nombre de centres équestres a augmenté de près de 20 % entre 2009 et 2013.
37 556 personnes sont licenciées à la Fédération Française d’Équitation en Bretagne, dont 80 % sont des femmes.
Le chiffre d’affaires global des établissements équestres est de 45 millions d’euros. Bien que cela représente un chiffre d’affaires moyen de 106 038 € par établissement, 38 % d’entre eux réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 50 000 €.

Les courses hippiques

Une centaine d’ entraîneurs (50 % d’ entraîneurs de galop et 50 % d’ entraîneurs de trot) sont présents sur le territoire breton. Plus de 3 000 équidés sont concernés par cette activité et près de 1 200 hectares sont consacrés à l’ensemble des structures.
Les entraîneurs dégagent un chiffre d’affaires global de plus de 31 millions d’euros, réalisé par des gains et d’autres prestations.

Les maréchaux-ferrants

Moins de 150 maréchaux-ferrants, 112 exactement en 2020, exercent leur métier en activité principale. Ils ne sont pas suffisamment nombreux, c’est donc une activité en recherche de main d’œuvre qui dégage près de 9 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Les vétérinaires

Moins de 150 cabinets vétérinaires avec une spécialité équine sont parsemés en Bretagne. Il s’agit souvent de vétérinaires qui n’exercent leur profession que sur les chevaux. Au
même titre que les vétérinaires pour les animaux d’élevage, ils se déplacent sur le terrain pour les actes classiques et d’urgences. Certains disposent chez eux d’une structure d’accueil pour réaliser tous les actes de reproduction et les soins post-opératoires. Rares sont ceux qui réalisent les chirurgies complexes articulaires, digestives…en clinique. Pour ces grosses chirurgies, les chevaux sont emmenés dans des structures vétérinaires qui sont aussi parfois des écoles vétérinaires. Cette activité représente environ 9, 5 millions d’euros de chiffre d’affaires.
D’autres métiers sont au service de la santé et du bien-être des équidés comme les dentistes et les ostéopathes.

Les établissements de formation

Plusieurs établissements publics ou privés forment aux métiers du cheval en Bretagne :
- Les Maisons Familiales Rurales de Bretagne : 5
- Le CNEAP Bretagne : 2
- Les Lycées agricoles publics : 1  

*Données issues de "L’observatoire régional de la filière équine Bretagne, 2016"

centres équestres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nombre d'élevage
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Publicité