Aller au contenu principal

Protection du bocage
La FDSEA partiellement entendue

Les exploitants agricoles sont régulièrement confrontés à des dispositions réglementaires contraires à l'intérêt économique de l'exploitation et aux bonnes pratiques agricoles.

Ainsi, pour le paiement des aides surfaces, le bocage breton représente un handicap lourd, notamment depuis le découplage des aides, puisque certains éléments de la surface agricole ne pouvaient être intégrés au delà d'une norme draconienne. Notamment, les petites parties boisées servant d'abri aux animaux ne pouvaient être comptabilisées pour les aides PAC.

Aurait-il fallu pour autant détruire ces espaces ? Les paysans tout comme le syndicalisme FDSEA-JA se sont toujours refusés à cette extrémité et ont privilégié le travail de fond : explication, concertation, négociation.

C'est avec le sentiment du devoir accompli que la FDSEA peut afficher aujourd'hui sa satisfaction d'avoir obtenu l'intégration de ces surfaces entretenues dans le calcul de la surface permettant l'activation des DPU.

Cette avancée est essentielle car ces zones représentent également des niches écologiques indispensables pour la faune sauvage et notamment pour les oiseaux.

N'est-ce pas là la reconnaissance du rôle essentiel mené par les exploitants agricoles dans la préservation des milieux ?
Plus que la fin d'une injustice, c'est la démonstration qu'il est toujours opportun d'allier économie avec protection de l'environnement et des milieux, de rechercher l'esprit de la règle et d'adapter les réglementations.

Les paysans sont les premiers défenseurs de l'écologie et de l'environnement, ceux qui façonnent et maintiennent les espaces ruraux tant prisés par nos concitoyens.

La même reconnaissance doit être octroyée pour les zones humides, les cours d'eau et les talus. En effet, c'est bien l'acte volontaire des paysans qui a de tout temps protégé ces espaces particuliers. Bien avant l'avènement du Sage et des réglementations, l'agriculture a été garante de l'entretien de ces milieux.

La FDSEA continuera à réclamer l'intégration totale des talus et des zones humides entretenus dans la surface primable car c'est, entre autre, la solution la plus économe pour la collectivité d'entretenir le bocage.

A l'heure où ceux qui stigmatisent les agriculteurs, les taxant de mercantilisme et les caricaturant comme pollueurs, appellent à étrangler notre profession, cet exemple de civisme doit faire réfléchir.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité