Aller au contenu principal

La passion du cheval en héritage

Jérémie Ollivier est gérant et entraîneur pour les écuries d'Armor. Un travail qu'il considère d'abord comme une passion. Rencontre avec un cavalier costarmoricain qui travaille une discipline méconnue : le cheval d'endurance.

Jérémie Ollivier entraîne D'Artagnan pour des courses d'endurance. Le second sport équestre après le saut d'obstacles dit CSO.

Les écuries d'Armor, à Saint-Gilles Pligeaux (22), sont une fabrique à champions, qu'ils soient cavaliers ou chevaux. Avec un papa et un frère (son associé) sélectionnés en équipe de France, Jérémie Ollivier ne pouvait pas faire moins que champion de France d'endurance sur 130 km. Une réussite faite d'abord de travail, de passion et de persévérance. "Mon père s'est installé en 1981 dans les terres costarmoricaines car il ne trouvait pas de ferme au bord de la mer. Il reprend une ferme laitière et choisi d'élever quelques chevaux par passion. Il avait le souvenir de son père qui les utilisait pour les travaux des champs", se souvient Jérémie Ollivier. Finalement, l'exploitation laitière sera arrêtée au profit des chevaux. "Avec des compétitions tous les week-ends, il devenait difficile de gérer l'astreinte des vaches et de la traite", résume le cavalier. Un choix qui portera ses fruits puisque les écuries d'Armor sont aujourd'hui l'une des plus importantes de France pour la vente et l'entraînement des chevaux d'endurance.

L'endurance, discipline méconnue

Seconde discipline des sports équestres, loin derrière le saut d'obstacles ou CSO, l'endurance est assez méconnue des novices mais très prisée des connaisseurs et des acheteurs des pays du Golfe Persique. Les courses s'effectuent de 20 à 160 km en une journée. Un effort remarquable pour le cheval comme pour le cavalier. Pour protéger l'animal des risques d'abus, des vétérinaires évaluent leur état à intervalles réguliers pendant la course. "Des arrêts obligatoires sont effectués tous les 20 à 30 km pour vérifier l'absence de boiteries, le métabolisme général et les pulsations cardiaques ne doivent pas dépasser 64 battements par minute", explique l'entraîneur. Les deux associés et leur salarié consacrent leurs journées aux 120 chevaux de l'écurie, dont 30 sont inscrits en compétition. Côté entrainement, le cavalier estime passer à peu près la moitié de son temps à cheval. Chaque compétiteur doit parcourir environ 20 km par semaine avec trois sorties de deux heures

A la croisée des chemins

Ces chevaux arabes ou croisés arabes sont des races rustiques qui vivent principalement au pré. La ferme de 136 hectares de SAU permet aux éleveurs d'être autosuffisants pour l'alimentation des chevaux en optimisant leurs prairies permanentes et en faisant du foin. Le lien du quotidien avec les exploitants alentours se fait aux détours des chemins. "Nous empruntons beaucoup les chemins creux pour entraîner nos chevaux, nous passons autour des fermes voisines. L'activité humaine et animale qu'il y a dans les exploitations permet à nos chevaux d'appréhender les bruits, les mouvements pour qu'ils soient moins surpris en compétition", explique le cavalier. "Je travaille aussi avec un agriculteur pour l'achat de fumier", reprend Jérémie Ollivier qui reconnaît que les échanges avec les agriculteurs locaux sont rares. Les déplacements fréquents dans toute la France ne laissent que peu de temps libre aux deux frères.
"C'est un métier très prenant mais passionnant", résume l'éleveur. D'autres partenaires, comme le vétérinaire, passent voir les chevaux en cas de "bobologie". Pour les problèmes persistants, un spécialiste de Nantes suit l'écurie et le maréchal-ferrant est un habitué de l'exploitation. Les chevaux changent de ferrures toutes les quatre à cinq semaines et avant chaque compétition.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité