Aller au contenu principal

Le Jefta (Japon)

japon

Population : 126,5 millions d’habitants.
Echéances : L’accord est entré en vigueur au 1er février 2019.
Contexte : L’abandon des négociations avec les États-Unis dans l’accord de partenariat transpacifique a réorienté les intérêts économiques du Japon vers l’UE. Le Jefta est un accord gagnant-gagnant pour les deux zones : l’industrie et la technologie pour le Japon, l’agriculture pour l’UE. Le Japon constitue un marché à fort pouvoir d’achat et fortement dépendant de l’extérieur pour ses approvisionnements alimentaires puisque le taux d’autosuffisance alimentaire y est d’environ 40 %.
A l’importation : Le secteur agricole n’est pas concerné.
A l’exportation : L’entrée en vigueur du Jefta en 2019 a permis de booster les exportations agroalimentaires européennes vers ce pays. Au niveau français, c’est plus particulièrement le secteur des boissons et des vins qui tire un avantage de cet accord grâce à une suppression progressive des droits de douanes : + 10 % en un an. Alors que le Japon a accordé une diminution progressive des droits de douane pour le bœuf, les exportations françaises y restent très modérées face à des opérateurs espagnols et danois qui s’emparent de ce marché. Pour le secteur des produits laitiers, le Japon a accordé une suppression progressive des droits de douane sur de nombreux fromages à pâte dure et un contingent à droit nul de 31 000 t de fromage à pâte molle. La filière porcine bénéficie d’une suppression de droits de douane sur le porc transformé et d’une diminution sur le porc frais.
Et pour la Bretagne ? La région manque de dynamisme sur les exportations de viandes de boucherie vers le Japon (-7 % en 2019 par rapport à 2018), probablement accaparée par l’appétit de l’ogre chinois. En revanche, la valeur des exportations bretonnes de produits laitiers et fromages vers le Japon affiche une hausse de 30 % en 2019 pour atteindre les 4,6 millions d’euros. Le secteur breton de la biscuiterie confirme sa présence au Japon, deuxième destination, avec une consolidation des ventes (+ 4 % à 24 millions d’euros, après une multiplication des ventes par 4 entre 2017 et 2018).    

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité