Aller au contenu principal

Le portage de foncier pour conforter l’installation

En deux ans, c’est le 14e dossier du genre pour porter le foncier agricole en Bretagne, mais le premier en Morbihan. À Ruffiac, au Gaec Rio, les trois associés, la Safer et le Crédit Agricole, partenaires, ont redit tout l’intérêt du portage. Il permet à l’installation, de différer de 5 ou 10 ans, l’achat de foncier et à prix fixe, connu, "sans mauvaise surprise".

"En jaune, les 16 ha, objets du portage qui permet désormais aux 140 vaches du Gaec de conforter le bloc pâturable à moins de 200 m de la nouvelle stabulation figurée par le tracteur sur cette photo".

Au milieu d’un bloc de 46 ha de vertes prairies accessibles aux 140 laitières, domine la récente stabulation de la famille Rio composée des deux frères, Martial (33 ans) et Sylvain (36 ans), dont l’épouse, Céline, les a rejoints en 2017. Deux robots bleus officient depuis 2018 pour traire 1,2 million de litres de lait élaborés sur les 150 ha, en deux sites distants. L’objet du portage ? "16 ha, d’un seul tenant, à 200 m de la stabulation. Ils se libéraient fin 2018, peu de temps après que Céline se soit installée avec nous. Sans ce portage, ils nous passaient sous le nez et avec eux, la possibilité de conforter le pâturage pour nos vaches", décrivent les associés attachés à cette conduite à l’herbe. "On est en tout pâturage, c’est une volonté. On ne voulait pas de hors sol pour nos bêtes qui sortent, sauf l’hiver, quand elles veulent sur des paddocks qu’on gère au fil". Dans le même laps de temps, le Gaec a libéré 7 ha pour conforter une exploitation et en a échangé quatre autres avec un collègue en bio.

 

Limiter l'investissement

Avec une stabulation équipée et neuve, "notre capacité d’investissement est accaparée pour une grosse partie par le bâtiment, 900 000 euros y sont investis. C’est ça qui nous a poussés à aller vers le portage. 80 000 euros à débourser pour ces 16 ha terres il y a deux ans, ce n’était pas possible ! En 2025, ça le sera, car nous aurons fini certains investissements", notent les frères Rio qui, en attendant de constituer la trésorerie nécessaire, paient à la Safer l’équivalent d’un fermage. Une "redevance" de 130 euros/ha pour ces surfaces en portage. "À terme, dans 5 ou maximum 10 ans, ces loyers viendront en déduction du prix d’achat qui est connu dès le départ et ne varie pas. C’est une sécurité pour nous", apprécient les membres de la famille Rio qui ont dû acquérir près du tiers des surfaces que le Gaec fait valoir.

Le portage de foncier

Différer l’acquisition

"Si on peut différer cet investissement de 5 à 10 ans, par le biais du portage et conforter ainsi une installation, c’est important", résume de la démarche, Hervé Le Floch, président de Crédit Agricole en Bretagne, agriculteur à Gourin et promoteur de cette convention de partenariat (lire encadré). Elle a été signée pour trois ans avec la Safer de Bretagne, première région de France en termes d’installations par son biais. Un portage de foncier que la région Bretagne ou l’association Terre de liens, encouragent elles aussi en fléchant leur accompagnement vers le circuit court ou la bio. 500 000 euros d’investissement, hors foncier, sont consentis en moyenne par les jeunes éleveurs s’installant en Bretagne avec l’acquisition du bâtiment, du cheptel, du matériel... "Ce portage, c’est un outil de plus dans la palette de solutions pour l’installation, quel qu’en soit le type et le mode de production. Cela conforte une installation viable sans tout focaliser sur le foncier, c’est un bon coup de main", renchérit Jean-Paul Touzard, président de la Safer, agriculteur à Taupont.
Or, l’enjeu est de taille en Bretagne, terre d'élevage, qui installe, bon an mal an, 400 à 500 agriculteurs alors que la transmission de la moitié des outils, de plus en plus grands, se profile dans les cinq années à venir... Autant dire demain.

 

Portage à trois

Pour qui : pour tout-e jeune installé-e de moins de 40 ans, dans les quatre ans qui suivent l’installation.
Comment : La Safer fait l’acquisition des terres grâce à une ouverture de crédit de 10 millions d’euros consentie sur trois ans en Bretagne par le Crédit agricole. La Safer en fait le portage pendant 5 à 10 ans et reçoit en contrepartie l’équivalent d’un fermage déduit du montant de la l’acquisition définitive, à son terme.
En deux ans :
14 opérations : 8 en Finistère, 4 dans les Côtes d’Armor, 1 en Ille-et-Vilaine et 1 en Morbihan. Dont 8 en bovin-lait, 3 en volaille, 1 ovin viande et porc bio, 1 caprin lait, 1 porc conventionnel. Ces 220 ha ont été financés par le Crédit Agricole pour un budget de 1 240 000 euros. Encore bien loin des 10 millions de la convention.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité