Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Masques de protection du fait maison !

Pour se protéger mais aussi protéger les autres face à l’épidémie de Covid-19, l’application des gestes barrières et le port de masques de protection sont recommandés. Mais voilà, ces matériels manquent. Alors qu’Emmanuel Macron envisage d’en équiper chaque Français à la sortie du confinement, dès le 11 mai prochain, voici quelques idées et recommandations pour du fait maison.

"Des masques de protection, on ne fabrique plus que ça, c’est notre contribution à l’effort national", situe Grégoire Guyon, responsable de la communication du groupe Armor Lux. Finie la confection de la petite marinière à rayures finistérienne qui a fait sa renommée. Comme plus de 80 entreprises textiles françaises, c’est à la fabrication de masques filtrants que s’adonnent les couturières, y compris indépendantes. "171 prototypes ont été validés par l’Afnor, on accompagne désormais la montée en cadence de cette production déjà disponible pour les professionnels", assurait la semaine passée, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances. Rien de moins sûr que ces masques filtrants en textile, réutilisables et lavables (voir conditions en encadré), soient disponibles en temps et en heure et pour tous...

Utile en complément de l’application des gestes barrières.

3 000 et 4 000 unités  jour

En attendant, l’ensemble des magasins où la marque Armor Lux est distribuée a fermé boutiques avec 470 salariés mis au chômage partiel sur les 580 que compte le groupe. "Face à la demande, notamment d’établissements de santé", très vite dès le 18 mars, une trentaine d’opératrices sont revenues vers leurs machines à coudre de la Bonneterie d’Armor à Quimper (filiale du groupe). "Elles fabriquent des masques barrières, à raison de 3 000 à 4 000 par jour. C’est une goutte d’eau face à la demande", ne cache pas ce responsable d’Armor Lux devant l’ampleur de la tâche, saluant "leur engagement et implication à fournir ces protections". Mais attention "ces masques ne peuvent pas se substituer aux masques chirurgicaux ou ceux de types FFP2, même si nous nous conformons aux exigences définies par l’Afnor en matière de confection et d’usages. Ils ne peuvent être en aucun cas portés par du personnel soignant en contact avec le virus", rappelle-t-il avec insistance. Ce masque à usage non sanitaire, "n’est utile qu’en complément de l’application des gestes barrières", appuie-t-il.

 

Des précautions díusage

Ce masque textile pourrait se révéler bien utile à partir du 11 mai et que l’on voit déjà fleurir sur le visage de quelques passants croisés. C’est le patron et le pas à pas que nous vous proposons de découvrir ci-contre. Rappelons en préambule les limites de ce type de masque textile et ses différences avec des masques FFP 1, 2 et 3 (masques de protection respiratoire isolant le porteur de microparticules extérieures de respectivement 80 %, 94 % et 99 % des aérosols pouvant transporter le virus), et des masques chirurgicaux (dits masques altruistes car ils protègent l’environnement des projections du porteur). Attention donc, la vertu première de cette protection textile, peu filtrante, dont nous vous proposons un patron de couturière, serait d’éviter de porter les mains contaminées vers les yeux, le nez ou la bouche, voies d’entrée de ce virus. En un mot, le porter serait mieux que rien mais n’exonère en aucun cas de l’application des gestes barrières ! Alors maintenant et pour les plus habiles, à vos créations.

 

Masques de protection

Masque textile, sachez l’entretenir

Pour qu’il soit efficace : 
- Lavez, avant toute utilisation, le masque textile,
- Entretien en machine à 60 °C avec lessive classique,
- Mettre à sécher rapidement après lavage mais pas à l’air libre. Le repassage est recommandé,
- Ne pas le laver plus de 10 fois, ni le porter plus de 4 heures consécutives,
- Lavez-vous les mains avant de le mettre et après l’avoir enlevé.

 

Les tutos de l’Afnor

La pénurie de masques chirurgicaux et FFP2 a suscité la multiplication de tutoriels et patrons pour la confection de masques de protection. Devant cette profusion "aux qualités hétérogènes et parfois douteuses", l’Afnor a pris l’initiative "de capitaliser sur une expertise collective de premier plan en produisant un document de référence proposant des exigences à satisfaire pour fabrication de nouveaux masques". C’est le document "Afnor Spec – Masques barrières", accessible gratuitement sur le site de l’Afnor ainsi que des patrons éprouvés et des tutoriels pour confectionner soi-même ses propres masques.

 

Masques de protection
Masques de protection
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Dégâts de choucas : une nouvelle organisation dans les Côtes d’Armor
La population de cette espèce protégée augmente inexorablement depuis plus de dix ans dans le département. En 2019, la profession…
À Pleyber-Christ (29), Une salle de traite qui limite les contraintes
âgés de 50 ans, Gisèle et Bruno Kérébel ont profité du changement de leur salle de traite pour imaginer une installation qui leur…
La filière méthanisation  sur une ligne de crête difficile
Plus de 1 300 unités de méthanisation seraient en projet, pour 900 actuellement en fonctionnement, selon le ministère de la…
Ouverture d'une enquête suite à une surmortalité piscicole liée aux épandages
Ces dernières semaines, plusieurs cas de pollutions de cours d'eaux ont été relatés dans la presse, notamment en Ille-et-Vilaine…
En 2020, le manque de nourriture risque de tuer bien plus que le coronavirus

Le directeur du programme alimentaire des Nations Unies vient de tirer la sonnette d’alarme face à la "pandémie de la faim"…

Le Gaec des Chênes préfère  une gestion durable de ses haies
Avec un linéaire de dix-neuf kilomètres de haies, le bien-nommé Gaec des Chênes, à Plougonven (29) a mis en place, il y a des…
Publicité