Aller au contenu principal
Font Size

MPB : 2007 s'annonce difficile

Le 12 avril dernier, le Marché du porc breton (MPB) a tenu son assemblée générale à Ploufragan (22). Si 2006 a profité aux trésoreries, la situation en ce début d'année s'annonce médiocre.

Jean-Jacques Riou, président du MPB et Jean-Pierre Joly, directeur.
Jean-Jacques Riou, président du MPB et Jean-Pierre Joly, directeur.
© TERRA
En 2006, le prix de base au Marché du porc breton s'établit à 1,223 ? du kg de carcasse, en hausse de 5,52% par rapport à 2005. 104 marchés auront permis d'établir ce prix moyen. Sur l'exercice, le prix du porc payé au producteur atteint 1,378 ?, comprenant une plus value TVM de 0,155 ?.

Elargir le cœur de gamme vers le haut
"2005 et 2006 auront permis aux éleveurs de bénéficier d'un bon bol d'oxygène après les galères de 2002/2003, déclare Bernard Chrétien, membre du conseil d'administration. Mais la satisfaction de l'année vient plus des coûts de production que du prix de vente". Estimé par le CER, le coût de revient 2006 s'établit en effet à 1,207 ? dont 0,651 ? de coût alimentaire.
Or, depuis la fin de l'année, la tendance s'inverse : on assiste à une flambée des coûts de production, conséquence de la hausse des matières premières. Sur le premier trimestre 2007, "le coût de production a pris 10 à 11 ct alors que le prix de base à chuté de 13 %", s'inquiète Jean-Pierre Joly, directeur du MPB.
Au cœur des discussions, la nouvelle grille de rémunération, mise en place le 18 décembre dernier, a fait débat lors de l'assemblée du MPB. La perte de 3,3 ct de plus value technique, suite au passage au TMP, a entraîné depuis une levée de bouclier. De fait, Michel Bloch, président du groupement de producteurs de Coopagri Bretagne a fait part des attentes de l'amont. Il demande que les porcs lourds et les porcs avec un TMP inférieur à 56 (TMP 53-54-55) soient moins pénalisés et que le cœur de gamme soit élargi de trois kg vers le haut. Objectif affiché : augmenter d'un demi centime la plus value à 10,5 ct. Le CRP, quant à lui, se dit prêt à faire rapidement évoluer la grille, en concertation avec l'amont et l'aval.

Compétitivité des entreprises en jeu
Des inquiétudes du côté de la baisse de production ont été également soulevées. Alors que l'Allemagne, l'Espagne et le Danemark ont atteint des records de production en 2006, la France depuis 1999, marque un recul de 5 % avec 25,7 millions de porcs produits (42,8 en Allemagne, 38,8 en Espagne).
La compétitivité des entreprises est en jeu, "moins de porcs sur les chaînes, moins de tonnages d'aliments… ce sont des coûts de revient qui fatalement augmenteront", indique Jean-Pierre Joly. Alors que l'Espagne a doublé sa production depuis son entrée dans l'UE avec 15,9 % de la production européenne à 25, la Pologne à peine arrivée au sein de l'Union en 2004 grignote du terrain avec déjà 10 % de parts de marché (Allemagne : 17,5 %, France : 10,5 %, ex aequo avec le Danemark).
L'Allemagne, qui agit de plus en plus comme un centre de service pour l'abattage et la découpe en Europe, continuera d'augmenter sa production avec "un million de places d'engraissement supplémentaires dans un marché de l'UE à 15 saturé", indique Dietmar Weiss du ZMP. Dans le paysage européen, on parle d'une redistribution des cartes. Et Jean-Jacques Riou de déplorer les distorsions de concurrence et le risque de perte de compétitivité face aux autres pays européens : "la production se développera là où les conditions générales de production seront les plus favorables".


Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Méthanisation : un procédé d’avenir, moyennant quelques précautions
L’affaire a fait grand bruit dans le Finistère : en début de semaine dernière, une fuite provenant d’une unité de méthanisation a…
Une nouvelle équipe chez les Jeunes agriculteurs
S’ils ont tenu leur assemblée générale juste avant le confinement, le Covid a ensuite bloqué les élections du Bureau et du…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Maïs : estimer sa date de récolte
Point de situation des maïs à la mi-août. Les premières récoltes sont attendues dès la fin août pour la moitié sud de l'Ille-et-…
Publicité