Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Phytos : une charte pour garantir des relations de bon voisinage

Le 17 décembre dernier, le Finistère s'est à son tour engagé dans la charte riverains. Signée par la profession agricole et l'association des maires, elle veut favoriser le dialogue entre les agriculteurs et les autres habitants des communes, pour des relations de voisinage apaisées.  

Le 17 décembre dernier, les organisations professionnelles agricoles et l'association des maires ont signé une charte régissant les relations entre utilisateurs de produits phytos et riverains.
© Chantal Pape

Signée au niveau régional il y a quelques temps déjà par les organisations professionnelles agricoles*, la charte riverains se décline maintenant au niveau de chaque département. Et le Finistère l'a paraphé à son tour mardi dernier. "La charte favorise le dialogue local et la pédagogie, commence par préciser Jean-Alain Divanac'h, le président de la FDSEA. Et elle permet de rappeler qu'aujourd'hui, tous les agriculteurs qui utilisent des produits phytosanitaires ont suivi une formation et sont titulaires d'un Certiphyto, renouvelable tous les 5 ans". De plus, la fréquence de contrôle des pulvérisateurs va encore s'accroître, passant de 5 à 3 ans début 2020.

Limiter la dérive

Tenant compte des conditions météo avant de décider d'un traitement, les agriculteurs s'engagent, à travers la charte, au choix, à recourir à du matériel anti-dérive, à utiliser des adjuvants limitant la dérive, à privilégier les produits à moindre risque... à proximité des habitations "Ils peuvent aussi adapter les horaires de traitement, en fonction du voisinage". Et travailler avec les élus locaux pour prévoir, si besoin, des équipements "écran" permettant de piéger les embruns (haies, filets...).

Former et informer

Signataires elles aussi de la charte, les organisations professionnelles agricoles s'engagent à diffuser largement ces bonnes pratiques auprès des agriculteurs. "Les maires, eux, s'engagent à organiser, si besoin, le dialogue entre agriculteurs et riverains", souligne Dominique Cap, maire de Plougastel Daoulas et président de l'AMF, l'association des maires du Finistère.

"Puisqu'il est le premier à intervenir sur une demande de permis de construire, nous lui demandons aussi si besoin, au nom du principe d'antériorité, de faire en sorte que le porteur de projet, la collectivité, le lotisseur, le particulier..., prévoit des mesures de protection physique limitant les risques d'exposition lors de traitements phytos", rajoute Jean-Alain Divanac'h.

De nouvelles solutions

"En plus de ces chartes déclinées au niveau départemental, les agriculteurs se sont aussi engagés dans le contrat de solutions, porté par une quarantaine d'organisations, rajoute le président de la FDSEA. Des solutions aussi diverses que des variétés tolérantes ou résistantes, de nouveaux outils de protection des plantes... pour limiter le recours aux phytos. "Dans nos vergers, nous utilisons déjà la PFI, la protection fruitière intégrée, afin d'atteindre un équilibre entre les parasites et leurs prédateurs", détaille Mark Gléonec, le président du Cidref, qui regroupe les producteurs de cidre finistériens. "En s'appuyant sur des drones, des stations météo... les OAD, les outils d'aide à la décision, permettent aussi de ne traiter qu'à bon escient", indique Jean-François Appriou, le président de Coop de France Ouest.

Négocier plutôt qu'imposer

Signée le 17 décembre dernier, la charte pourrait être modifiée d'ici peu. "On attend dans les jours ou les semaines à venir une nouvelle charte, rédigée par le Premier ministre pour faire suite aux EGA, les états généraux de l'alimentation, explique Jean-Alain Divanac'h. On verra alors s'il faut compléter la nôtre". Et le président de la FDSEA de donner rendez-vous à tous les signataires de la charte pour travailler à nouveau ensemble sur le sujet. "Nous préférons initier nous-mêmes cette charte plutôt que de la voir s'imposer par le règlementaire".

 

* Les signataires de la charte : chambre d'agriculture, FDSEA, Jeunes agriculteurs, Coordination rurale, FDCuma, ETA, Cidref, Bretagne plants, Coop de France Ouest, Négoce Ouest et l'AMF, l'association des maires du Finistère.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le tribunal de Saint Brieuc exige du GDS la délivrance des ASDA
Depuis plusieurs mois, un conflit oppose des éleveurs adhérents ou non adhérents du GDS, au sujet, d'une part, du montant des…
Notre agriculture devrait-elle répondre aux diktats pour perdurer et être légitime ?

De plus en plus, nous, agricultrices et agriculteurs devons répondre à des injonctions, et même plus que cela, à de…

Après 7 ans au Canada, Julien Thomin s'installe à Plouider
Salarié pendant 10 ans, dont 7 au Canada, Julien Thomin a fait le choix de revenir sur l'exploitation familiale, à Plouider (29)…
"On vit une guerre économique"
Invité à intervenir à l'occasion de l'assemblée générale de la FDSEA 35 qui se déroule le 20 février prochain, Gil Rivière-…
Pourquoi et comment mesurer le bilan environnemental des élevages ?
Sur la question environnementale, l'élevage est pointé comme une cause importante de dommages à l'échelle de la planète, avec des…
TICPE : faites vos demandes de remboursement 2019, avant le 31 janvier 2020

La loi n° 2019-1479 de finances pour 2020 va supprimer le taux réduit applicable au gazole non routier (GNR), auquel sera…

Publicité