Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Savéol en route vers la transition énergétique

Des tomates et bientôt des fraises produites sans pesticides, un nouveau bâtiment pour accompagner le développement de la production, un objectif ambitieux à 100 % d'énergie renouvelable pour chauffer ses serres... : son assemblée générale, le 3 avril dernier à Plougastel Daoulas (29), a permis à Savéol de faire le point sur ses nombreux projets.

Sans pesticides de la fleur à l'assiette
Mises sur le marché en 2018, les tomates cultivées sans pesticide ont franchi un nouveau pas cet hiver, avec le lancement de l'alliance Nature et saveurs par les trois coopératives bretonnes Savéol, Prince de Bretagne et Solarenn, qui représentent 50 % de la filière tomate française.
Entre agriculture conventionnelle et agriculture biologique, cette "troisième voie" a rapidement su trouver sa place. "En un an, elles représentent déjà 12 % du marché", se félicite Guillaume Kerjean, vice-président de Savéol. Un succès sur lequel la coopérative entend bien surfer cette année, en proposant une douzaine de références : tomates cerise, cœur de pigeon, cocktail, branchées, torino, collection gourmande... "Nous avons formé plus de 2 000 salariés de nos serres à la détection précoce des maladies et ravageurs".
Pour aller encore plus loin, la coopérative va lancer prochainement une gamme de tomates bio, quatre maraîchers ayant entrepris la conversion de leurs serres. Et étendre la gamme sans pesticides à la culture de la fraise. "Les premiers tests clients vont être réalisés courant 2019".

Un nouveau bâtiment à Guipavas
Proposant une gamme toujours plus large, Savéol se trouvait à l'étroit dans ses locaux. Âgée de 20 ans, la station de conditionnement de Kervao, à Guipavas, 25 000 m², va être agrandie de 14 000 m². Un investissement de 14 millions d'euros qui permettra à la coopérative, au printemps 2020, de regrouper ses lignes tomates sur un seul site, de robotiser la palettisation des petits fruits, de réduire la pénibilité des tâches... "Et la station de Plougastel sera réaménagée pour donner plus de place à la fraise", indique David Potereau, trésorier. Deux projets qui ouvrent de nouvelles perspectives à Savéol. "Nous pourrons multiplier les petites séries".
Dans le même temps, Savéol a décidé de remettre à plat toute son informatique. "Un projet structurant, explique Hélène Guido-Halphen, la directrice générale de Savéol. La révolution digitale nous conduit à choisir une solution plus globale". Le nouvel ERP, progiciel de gestion intégrée, devrait être opérationnel à l'automne 2020.

100 % d'énergie renouvelable en 2050
"Biomasse, récupération d'énergie fatale, cogénération biomasse... : les énergies renouvelables couvrent déjà 18 % des besoins de chaleur des serristes Savéol", indique Pierre-Yves Jestin, son président. À l'horizon 2050, la coopérative voudrait atteindre les 100 %. Et pour parvenir à cet objectif ambitieux, elle a lancé il y a un an Savéol énergies nouvelles, un laboratoire d'idées qui met en relation les acteurs du secteur de l'énergie avec les maraîchers. "Nous voulons identifier puis lever les freins à la transition énergétique et explorer les voies d'avenir : méthanisation, bois énergie, photovoltaïque, cogénération, éolien, valorisation de l'électricité locale...".

100 000 t de tomates en 2025
"Dans un marché 2018 délicat, qui a vu une baisse de la consommation, Savéol a su tirer son épingle du jeu", affirme Guillaume Kerjean, vice-président, en soulignant l'engouement du consommateur pour les tomates cultivées sans pesticides ou les variétés anciennes. "Et la cœur de pigeon sans pesticides a été élue produit de l'année pour son goût".
À 202 millions d'euros, le chiffre d'affaires a progressé de 8 % en un an, quand les surfaces sous serres, 270 ha, ont augmenté de 3 %. La coopérative est en ordre de marche pour atteindre son objectif, dépasser les 100 000 t de tomates à l'horizon 2025, "en continuant à miser sur le goût, grâce à des variétés exclusives". Toujours à l'écoute du consommateur, Savéol veut aussi limiter l'impact de l'emballage. "L'utilisation de barquettes en carton nous permettra de réduire de 20 % notre consommation de plastique".

 

Savéol en quelques chiffres

120 maraîchers

143 permanents et 360 saisonniers pour 341 ETP à Savéol et 2 500 emplois directs dans les serres

81 000 t de tomates produites sur 219 ha

2 200 t de fraises produites sur 47 ha

500 t de concombres

130 t de mini poivrons

70 t de salicorne

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Publicité