Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Suicide des agriculteurs : un nouveau groupe de "sentinelles" en cours de constitution

La MSA d'Armorique veut accroître son réseau de sentinelles, un réseau de veille et de prise en charge des agriculteurs en situation de grande fragilité. Créée il y a six ans, une équipe de bénévoles complétera le dispositif d'ici la fin de l'année.

MSA d'Armorique
Les futures sentinelles sont formées au repérage, à l'évaluation et à l'orientation de la crise suicidaire.
© Ulrike Mai

Il existe en Bretagne un réseau de sentinelles mis en œuvre sur le territoire de la MSA d'Armorique depuis 2013 avec pour mission de prévenir le risque de crise suicidaire chez les agriculteurs et agricultrices. Ce sont des femmes et des hommes qui dans l'anonymat sur un territoire donné sont à l'écoute, prêts à aider en cas de difficulté. Leur rôle est de détecter les situations de fragilité, de prévenir les situations de détresse en aidant les personnes à se diriger vers un dispositif d'accompagnement adapté ou en lançant l'alerte auprès des services compétents.

Sur le Finistère et les Côtes d'Armor, 75 "sentinelles" sont entrées volontairement dans le réseau pour leur "capacité d'écoute innée", leur "maturité", leur "expérience de vie". "On n'arrive pas là par hasard", reconnaissent des sentinelles interrogées. Des groupes se sont constitués depuis 2013, en 2016, en 2017 et un nouveau groupe verra le jour prochainement en 2019.

 

Une formation indispensable

"Une sentinelle est un citoyen qui a des qualités humaine d'écoute, d'entraide et qui a bénéficié d'une formation pour repérer et accompagner une personne en crise", décrit Mélanie Coquelin, psychologue au sein de la cellule prévention suicide de la Fondation Bon-Sauveur à Bégard. C'est lorsque la douleur psychologique devient intolérable, plus que la personne ne peut supporter, que le passage à l'acte peut se produire.

"Cela demande d'être qualifiée par la personne, d'écouter, de prendre les éléments livrés, d'affiner l'appréciation d'une souffrance psychique et de l'idée suicidaire", décrit le docteur psychiatre Jacques Bernard.

Accompagnés par des psychiatres et psychologues pendant trois jours dont deux jours consécutifs, les futures sentinelles sont formées au repérage, à l'évaluation et à l'orientation de la crise suicidaire. "Cela donne du confort et de la technique afin d'être moins démuni face à la détresse". Lors de la formation, les personnes sont également guidées afin d'oser aborder directement la question suicidaire auprès de la personne en état de souffrance.

 

Des personnes immergées dans le monde agricole

Salariés, personnes du milieu associatif, élus avec un mandat (MSA, maire, conseiller municipal...), ces personnes ont forcément un lien avec la ruralité. Tous ne sont pas élus MSA. Agricultrice à la retraite, cette sentinelle (1) a intégré le premier groupe en 2013. "Je suis proche du milieu agricole. Par mon histoire de vie, j'ai connu des gens en souffrance". Une autre est technicienne dans une coopérative, en contact avec des producteurs laitiers. "En 2016, la détresse était grande", décrit-elle, témoin impuissant de moments difficiles. "Trois suicides d'agriculteurs que je connaissais, en un an".  Les interlocuteurs de l'association Solidarité-Paysan ont également participé à la formation, "pour ne pas passer à côté d'une personne qui moralement va mal. La formation permet d'aller plus loin".

(1) Les sentinelles sont des personnes qui demeurent dans l'anonymat.

 

Un réseau qui se renforce

"Nous voulons compléter le maillage de notre territoire. 75 sentinelles, c'est peu pour deux départements", explique Christine Morvan de la MSA d'Armorique en charge du dispositif. Totalement basé sur le volontariat, un groupe est en cours de constitution et sera réuni en novembre et décembre pendant deux jours consécutifs, formé à l'intervention de crise suicidaire ("Terra-Séguin"). "Nous voudrions former une vingtaine de nouvelles sentinelles", annonce Christine Morvan.

Les journées sont fixées les :

- 27 et 28 novembre 2019 à Saint-Ségal (29)

- 16 et 17 décembre 2019 à la MSA de Saint Brieuc.

Une journée de formation à distance sera fixée en accord avec les participants.

Les personnes intéressées peuvent contacter :

- Annie Bertrand : 06 73 98 17 57 (Côtes d'Armor)

- Sandrine Marc : 06 85 07 56 85 (Finistère)

- Jean-Paul Jaffrès : 06 72 87 13 58 (Finistère)

 

Le service Agri'écoute : En cas de détresse, il existe un numéro de téléphone Agri'écoute qui permet de joindre un professionnel (psychologue) 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 au 09 69 39 29 19 (prix d'un appel local).

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le boom des plantes aromatiques et médicinales cueillies
La cueillette des plantes sauvages est en plein renouveau. Longtemps marginale, méconnue, elle est en plein essor, portée par le…
Le croisement pour un troupeau facile à vivre
À Trégarvan dans le Finistère, dans les parcelles qui bordent l’Aulne, 115 vaches croisées 3 voies pâturent presque toute l’année…
Décès de Claude Cochonneau, président des chambres d'agriculture
L'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA) fait part, dans un communiqué le 23 décembre, du décès de son président…
Phytos : une charte pour garantir des relations de bon voisinage
Le 17 décembre dernier, le Finistère s'est à son tour engagé dans la charte riverains. Signée par la profession agricole et l'…
Le marché du porc breton : optimisme en 2020, mais pas d'euphorie
L'année 2019 s'achève sur un prix du porc inédit depuis 1992, avec un pic à 1,70 euros le 12 décembre dernier. Les vœux du marché…
Le texte du gouvernement sur les ZNT fait l'unanimité... contre lui
Le gouvernement a publié, le 29 décembre au Journal officiel (JO), l’arrêté et le décret instaurant les nouvelles zones de non-…
Publicité