Aller au contenu principal

Valentin fait pousser des plantes exotiques en Bretagne

Collectionneur de plantes exotiques, Valentin Moricet détonne dans le métier. Maraîcher-horticulteur dans les Côtes d'Armor, il vend non seulement des légumes classiques, mais aussi des fleurs à manger, des agrumes et surtout du gingembre "breton" qu'il est parvenu à acclimater. Il sera au salon à Paris pour faire goûter ses spécialités très originales.

Valentin Moricet, producteur, maraîcher et horticulteur. À ses pieds, des fleurs de jacinthes comestibles.

Un gingembre breton qui pousse en Côtes d'Armor ! Originaire d'Inde, le rhizome utilisé en cuisine et en médecine traditionnelle, pousse habituellement en Asie, au Pérou... dans beaucoup de régions du globe mais sûrement pas en Bretagne !
Pendant plusieurs années, Valentin Moricet a cherché à mettre au point une nouvelle variété - qu'il a lui même testée - capable de pousser sous nos latitudes. Bingo.

Passionné de plantes exotiques et de fleurs comestibles, cet ancien élève du lycée horticole de Saint-Ilan se rendra au Salon de Paris 2020 sur le stand Bretagne pour la seconde année consécutive, afin d'y présenter ses spécialités. Primé l'année dernière au salon Ohhh La Vache à Pontivy pour son pesto breton Breizh'To à base de plante camembert (Vietnam), il se prépare à deux jours d'immersion à Paris, loin de son potager. Pour Valentin Moricet, ce sera l'occasion de rencontrer des chefs et de faire goûter ses spécialités avec dans sa valise, son gingembre breton, mais aussi des fleurs à croquer, des cacahuètes et du curcuma.

Deux jours d'immersion à Paris, ce sera l'occasion de rencontrer des chefs et de faire goûter ses spécialités.

SIA 2020

Un gingembre aux notes d'agrume

Ce collectionneur de plantes, ce géo trouve-tout du végétal a une formation de paysagiste (bac pro) et un BTS en production horticole. Fin 2015, il revient dans son village natal à Boculé à Vildé Guingalan pour s'y installer sur 4 000 m² (sans les aides). Son choix se porte sur un marché de niche : la production de gingembre, de fleurs comestibles, de légumes et d'agrumes. Localisé près de Dinan, Dinard et Saint-Malo, "90 % de ma clientèle sont des restaurateurs", précise-t-il. Chaque matin, il part en tournée, livrer les restaurants et les épiceries fines dans lesquelles il dépose ses spécialités : confiture fraise-gingembre, gelée de lilas, gelée de mimosa, sel parfumé, gingembre en poudre...

Son gingembre breton, au parfum très citronné et d'une belle couleur jaune, plaît aux cuisiniers et aux spécialiste des épices. En 2018 au salon de Pontivy, venu avec un taboulé de fleurs, il était reparti avec un prix spécial décerné au gingembre. Installé sous tunnel, le rhizome, planté en février et récolté en octobre-novembre, est produit à faible échelle, 2 kg sur l'année. "Mon objectif est d'arriver à un total de 10 kg. J'ai le débouché mais j'en manque". Après avoir mené un long travail de sélectionneur pendant plusieurs années, le producteur cherche à faire enregistrer cette nouvelle variété pour préserver son travail.

 

SIA 2020

Porter la cause des petits producteurs

Dans son potager, sous tunnel ou en pleine terre, tout ce qui est comestible y pousse. Du citron caviar, du poivre du Sichuan, du rosier comestible, du kumquat, de la cannelle de Magellan, des ananas, du goyavier du Brésil, de la cardamone, des théiers... près de 180 espèces dont "60 de fleurs comestibles". Et même de la vanille ou de la patate douce qu'il cherche à acclimater dans le salon de sa maison. Le producteur âgé de 26 ans ne vit pas de la vente de sa production et effectue donc des travaux dans les jardins alentours pour conforter son salaire. À Paris, il espère également interpeller des élus et des politiques bretons sur la situation des petits producteurs "atypiques" comme lui. "Je souhaiterais plus de soutien, plus de foncier aussi, parvenir au moins à un hectare de terre. Dans ce marché de niche, les banques sont frileuses pour accorder des prêts", souligne Valentin Moricet qui imagine à l'avenir retaper la grange en pierre attenante et y aménager son laboratoire et son magasin. "Cela ramènerait de l'activité ici, à Boculé".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité