Terra 01 mai 2019 à 10h00 | Par Claire Le Clève

22 agriculteurs ont passé leur permis de chasse

Passer son permis de chasse pour zéro euro. Une opportunité proposée par la Fédération de chasse du Morbihan et la FDSEA qu'une quarantaine d'agriculteurs saisiront cette année. Objectif ? Découvrir ce loisir et participer à la régulation d'espèces, qui tels le sanglier ou le lapin, peuvent s'attaquer aux cultures.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec Arnaud Le Cras, inspecteur de l'ONCFS, Maxime et Christophe Dano au maniement en sécurité de leur arme.
Avec Arnaud Le Cras, inspecteur de l'ONCFS, Maxime et Christophe Dano au maniement en sécurité de leur arme. - © claire le cleve

 

"Il y a un manque de chasseurs. A un moment, il faut se prendre en main. Il y a deux ans, je me suis dit que j'allais passer mon permis. On a des problèmes liés aux lapins chez nous mais ailleurs c'est le sanglier. Il faut réguler, on n'a pas le choix", estime Christophe Dano, aviculteur à Saint-Jean Brévelay. "Nous avons profité que la FDSEA organise avec la Fédération de chasse du Morbihan ces épreuves pour les passer avec mon fils, Maxime. Ce sera aussi l'occasion de partager ce loisir avec lui", enchaîne-t-il, joignant l'utile à l'agréable. "On a besoin de tous et d'expliquer ce que l'on fait", poursuit-il, pas mécontent d'obtenir son permis de chasse. "Sur la sécurité, ils sont pointilleux", note-t-il à l'issue de l'épreuve pratique passée vendredi dernier, juste avant Maxime, 20 ans : "La chasse, j'en avais une image vieillotte. Et puis j'ai un très bon copain qui s'y est mis. L'opportunité que ce soit gratuit et de pouvoir les accompagner me motive à passer ce permis. Ce n'est pas l'aspect sanguinaire qui m'attire. J'ai appris beaucoup de choses sur le gibier", apprécie Maxime Dano.

La sécurité avant tout

Sous la conduite d'inspecteurs de l'ONCFS, (office national de la chasse et de la faune sauvage), la semaine dernière, 22 agriculteurs se sont rendus à Saint-Jean Brevelay au centre de passage de l'examen du permis de chasser. 11 autres sont attendus courant juin*, et une nouvelle session* s'ouvrira à l'automne avec des horaires aménagés, "pour prendre en compte les contraintes professionnelles des agriculteurs, l'après-midi plutôt qu'en soirée", détaille Gérard Sardais, technicien de la fédération de chasse, en charge du centre d'examen. En deux temps, après une formation, l'épreuve pratique précède l'épreuve théorique, dans un parcours et une mise en situation. Noté sur 31 points, le candidat est reçu s'il en obtient un minimum de 25, sans avoir commis de faute éliminatoire. "On ne demande pas d'efficacité mais que le futur chasseur manipule son arme et tire en toute sécurité pour lui-même et les autres", insiste Gérard Sardais qui constate que la mise en place du permis à zéro euros (coût 250 euros pour la fédération de chasse) enraye l'érosion du nombre de pratiquants, stabilisant leur nombre à 11 500 dans le Morbihan. "Nos chasseurs sont des bénévoles qui pratiquent un loisir. Ce sont aussi des sentinelles de la nature. Or le sanglier, ça devient presque une activité à plein temps pour le réguler". Et de souligner la difficulté de les mobiliser en nombre quand les besoins s'expriment.

Prolifération

Or le sanglier prolifère, une espèce porteuse aussi de zoonoses (type peste africaine), trouvant le couvert dans les champs, le gîte quasi partout y compris dans les friches et les délaissés. Conséquences ? "Le nombre d'individus double tous les ans". Le pire étant l'exemple du Gard, où 35 000 sangliers ont été prélevés l'an dernier, "quand en Morbihan, c'est 3 000, mais ça augmente de 500 par an", constate ce spécialiste de la faune sauvage. "Les battues de régulation explosent, les chasseurs y sont tous les week-end, ils saturent". Du 1er juin au 28 février, la période a de chasse du sanglier a été étendue au mois de mars. "On est au maximum", constate Gérard Sardais, car pour organiser une battue, "il faut être détenteur du droit de chasse et un minimum de 6 fusils". Il n'y a plus de bracelet. Le chasseur doit désormais s'acquitter d'un timbre grand gibier qui abonde à la caisse d'indemnisation pour dégâts, occasionné par le gibier. De près de 150 000 euros sur la saison 2016/2017 avec 240 dossiers indemnisés, le montant pour 2017/2018 était de 83 000 euros pour 167 dossiers.

 

Claire Le Clève

 

 

 

 

 

 

 

 

*Places disponibles, pour plus de renseignements, Pascaline Leygnac FDSEA : 02 97

ou Fédération de Chasse et de la Faune Sauvage du Morbihan : 02 97 62 11 20

Passer son permis de chasse pour zéro euro. Une opportunité proposée par la Fédération de chasse du Morbihan
Passer son permis de chasse pour zéro euro. Une opportunité proposée par la Fédération de chasse du Morbihan - © Claire le clève

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui