Terra 31 octobre 2018 à 14h00 | Par Claire Le Clève

Homme, animal, un seul bien-être

One welfare, sous cette appellation, un concept : un seul bien-être au service de l’homme, l’animal et l’environnement, tous en interconnexion. Car tout serait lié pour les chercheurs de l’Institut de l’élevage. Une affaire d’intérêt général qui a trouvé écho lors des conférences du Space (1).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le bien-être animal et le bien être de l'éleveur sont liés, ils interagissent. Un sujet évoqué lors du Space à Rennes.
Le bien-être animal et le bien être de l'éleveur sont liés, ils interagissent. Un sujet évoqué lors du Space à Rennes. - © Terra

Il n’y aurait au final qu’un seul et unique bien-être mis au service de l’animal, de l’humain et l’environnement ? Luc Mirabito, chef de projet Bien-être animal (élevage, transport et abattage) à l’Institut de l’élevage, Idele, travaille cette question qui ne cesse de monter en puissance et de brouiller les frontières communément admises. C’est tout l’intérêt, "et elle n’est pas récente", cadre-t-il rapidement.

 

Affaire de santé publique

Cette question s’immisce avec l’interdépendance entre santé humaine et santé animale illustrée aussi bien par les épisodes de maladie de Creutzfeldt-Jakob ou de grippe aviaire. Pour rappel, la pandémie de grippe dite espagnole, due à une souche de virus H1N1 aurait fait plus de 50 millions de morts entre 1918 et 1919, dont 2,5 millions dans une Europe affaiblie par la première guerre mondiale. Santé humaine et santé animale sont donc irrémédiablement liées. Et le bien-être animal, tel que l’Anses le définit (lire encadré) "ce n’est pas que l’absence de blessure, ou que la satisfaction des besoins physiologiques, c’est un état mental positif, c’est assez similaire à celui de l’humain", Luc Morabito qui dans sa mission anime aussi le réseau mixte technologique (RMT) "bien-être animal", un réseau qui a pour objectif d'assurer un lien entre recherche, développement, enseignement et acteurs de l'élevage sur les questions relatives au bien-être animal.

 

Bien-être animal et de l'éleveur, même combat

Alors bien-être de l’humain et de animal sont-ils dépendants l’un de l’autre ? "Les études sur la fréquence des boiteries en élevage laitier montrent que plus il y en a, plus les performances de fertilité sont dégradées, comme est dégradée la productivité de l’animal et donc la perception de l’éleveur. À l’inverse en améliorant les boiteries, on améliore la productivité et on récompense l’éleveur", argumente le chercheur, études de l’Idele à l’appui. La réciproque est-elle vérifiable ? "Oui, quand les gens sont en souffrance, il y a un effet négatif sur le bien-être des animaux ; c’est avéré", affirme-t-il soulignant l’interdépendance forte entre bien-être animal et bien-être de l’éleveur.

Cette interdépendance vaut aussi entre bien-être humain, animal ét écosystème. Pour en faire la démonstration, le chercheur rappelle la surmortalité humaine liée à l’épisode caniculaire de l’été 2003. Cette canicule avait engendré 19 000 morts en France et 70 000 en Europe. Et, le fait est moins connu, cette canicule avait aussi provoqué une hécatombe en élevage durant ces mêmes semaines d’août 2003 : 1,2 million de poulets de chair, 100 000 poules pondeuses, 76 000 lapins, 17 000 porcs…

"On est tous dans le même bateau, quand il y a un problème dans l’environnement, cela impacte directement le bien-être des animaux et des hommes". Là encore, la réciproque se vérifie, "hommes et animaux ont aussi une action sur l’écosystème", enchaîne t-il, pointant un bien-être à la croisée de nombreuses disciplines qui vont de l’éthologie (science des comportements des espèces animales dans leur milieu naturel) à la sociologie en passant par les médecines humaines et vétérinaires…

 

Trois piliers de la sagesse

Et parce que l’interdépendance, entre bien-être, productivité et sécurité alimentaire, est forte et dynamique, "améliorer le bien-être animal, c’est améliorer la productivité, la sécurité alimentaire, les conditions économiques et de vie des éleveurs", estime Luc Mirabito. Deuxième pilier, "celui de la violence et des mauvais traitements, en les arrêtant, c’est une source de thérapie pour l’homme. En travaillant sur le bien-être de l’animal et celui de l’homme, on améliore toujours les deux", plaide-t-il. Enfin, "l’amélioration doit se situer dans un écosystème en permettant de réduire les impacts sur le milieu". Et l’élevage aurait tout à y gagner. Car cette interdépendance peut agir comme un cercle vertueux. Elle plaide donc en faveur du "one welfare, un seul bien-être pour l’homme, l’animal et l’environnement" que Luc Mirabito traduit comme une affaire d’"intérêt général".

 

(1) Conférence organisée par Coop de France à l'occasion du Space le 13 septembre dernier.

 

 

 

 

 

Luc Mirabito, chercheur à l’Idele, chef de projet Bien-être animal, animateur du RMT, Réseau Mixte Technolologique, "Bien-être animal".
Luc Mirabito, chercheur à l’Idele, chef de projet Bien-être animal, animateur du RMT, Réseau Mixte Technolologique, "Bien-être animal". - © Terra

Agri sentinelles pour "sortir de l'invisible"

Repérer, alerter, agir sont les objectifs du réseau Agri sentinelles, présenté lors du Space en septembre dernier, réseau qui a prévu de devenir opérationnel en janvier prochain. Porté par l'Union des coopératives d'élevage Allice et Coop de France, soutenu par la quasi totalité des organisations agricoles, Agri sentinelles est né d'un constat alarmant. En trois ans, plus de 500 agriculteurs se sont suicidés en France. Agri sentinelles ne prétend pas résoudre les causes de ces suicides mais vise "à sortir de l'invisible" selon Delphine Neumeister de l'institut de l'élevage, pilote de ce réseau avec Elsa Delanoué. L'ambition du réseau est de "valoriser et amplifier le travail des réseaux existants, de faire appel à tous ceux qui interviennent auprès des agriculteurs, d'outiller et former les sentinelles volontaires". / Paul Jégat

 

 




Ils, elles ont dit

Lise Delcourt / Ergonome : Pour améliorer la protection animale, il faut questionner les conditions de travail des hommes. En les améliorant, on améliorera le bien-être des animaux.

Barbara Ducreux / Idele : Les conditions de réussite d’un projet de conception ou de rénovation d’un abattoir passent par le fait d’oser questionner le fonctionnement. Avant de penser aux solutions, il faut parler des besoins, avec les acteurs et considérer que le changement, c’est une opportunité de mieux faire.

Gilles Bernat / …leveur de brebis dans l'Aveyron : Ce coopérateur a travaillé sur la mise en place du Pacte (pour Progrès, Avenir, Concertation, Transparence et Expertise) d’Interbev pour un engagement sociétal
C’est une démarche collective de responsabilité sociétale dont s’est dotée la filière viande par son interprofession pour intégrer les attentes des consommateurs et y apporter une réponse. C’est la condition si on veut des élevages rentables et performants et durables.

Stéphane Berthelot / Responsable de production porcine chez Triskalia avec 680 producteurs adhérents 
au groupement : Nous avons lancé un audit bien-être au travers de critères objectifs et mesurables avec derrière un plan de progrès. Si la note globale est inférieure à 60 % c’est qu’il y a mal-être de l’éleveur… Le lien entre le bien-être de l’éleveur et la bien traitance est évident.

 

 

 


Une définition du bien-être animal

"Le bien-être d’un animal est l’état mental et physique positif lié à la satisfaction de ses besoins physiologiques et comportementaux, ainsi que de ses attentes. Cet état varie en fonction de la perception de la situation par l’animal" selon l’Anses, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui