Terra 15 octobre 2014 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

La Cuma St-Gal cultive l'entente

La Cuma Saint-Gal à Langast fait appel à une ensileuse de Loire-Atlantique pour assurer les travaux d'ensilage de ses 11 adhérents. Une pratique qui n'a jamais connu de panne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Voilà 17 ans que la Cuma Saint-Gal passe un contrat avec la Cuma "La Chevrolière" (110 adhérents et 7 salariés permanents), située à 17 km au sud de Nantes en Loire-Atlantique. La machine est arrivée le 25 septembre à Langast par transporteur privé. "Tous les 5 ans,à chaque changement d'ensileuse, nous passons un contrat avec la Cuma. Dans le contrat de prestations, il y a un engagement pour 250 ha minimum et un chauffeur-salarié à partir du 20 septembre", détaille Samuel Goubin, vice-président de la Cuma. La distance géographique entre les deux Cuma permet un décalage de saisonnalité intéressant. "En temps normal, le décalage est de 15 jours à 3 semaines". La Cuma La Chevrolière détient deux machines avec lesquelle elle couvre 450 ha d'ensilage de maïs et 650 ha d'ensilage d'herbe. En 17 ans, il y a jamais eu de couac, l'ensilage des 280 ha de maïs débute toujours en temps et heure. Et en attendant l'arrivée du salarié, c'est Bertrand Le Rat, président de la Cuma Saint-Gal, qui assure l'interim de la conduite. Même chose le week-end.

Une entente gagnant-gagnant

A l'époque, la Cuma était allée chercher un chauffeur auprès de la Cuma La Chevrolière. De fil en aiguille, la Cuma ligérienne a proposé une entente à la Cuma bretonne. Face au coût élevé du renouvellement de l'ensileuse, cette dernière a accepté la proposition. "Nous avons besoin d'eux et eux de nous". Les intérêts sont plusieurs pour cette Cuma de 11 adhérents qui n'emploie pas de salarié. Outre un prix compétitif, les agriculteurs bénéficient de plus de souplesse. "Nous n'avons pas besoin de choisir 3 à 4 semaines à l'avance les dates d'ensilage. Nous avons plus de recul dans le choix des dates", confirme Samuel Goubin. Petite précision : la Cuma partage l'ensileuse avec deux adhérents de la Cuma l'Orée du Bois, Cuma avec laquelle elle partage aussi le hangar à Langast.

Organisation du planning

Ils sont fidèles aux rendez-vous du lundi

C'est un rituel. Tous les lundis à midi, les adhérents de la Cuma Saint-Gal se retrouvent pour remplir le planning. Lundi 29 septembre, la tournée de l'ensileuse a été calée jusqu'au 21 octobre. Chacun repart avec sa feuille où est inscrit son tour. Manque de chance, le lundi suivant, la pluie a retardé l'avancement des chantiers. Seuls 60 ha ont été ensilés sur les 290 ha. Le petit groupe de 11 adhérents est là sous le hangar de la Cuma. On se consulte. Le planning est décalé. Se parler en tête à tête ne prend pas plus de temps. "C'est rapide. En un quart d'heure, le planning est vu", explique Samuel Goubin. "Nous discutons d'autre chose, de l'entretien du matériel par exemple. Le principal est de toujours repartir sur de bonnes bases".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui