Terra 30 janvier 2019 à 08h00 | Par Chantal Pape

Le job dating, ou comment recruter en un quart d'heure

Voilà quelques années que l'Anefa organise des job dating, ces rencontres flash entre demandeurs d'emploi et entreprises à la recherche de personnel. Une formule qui a fait ses preuves, notamment en cultures sous serres, qui requièrent de nombreux saisonniers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tous les ans, l'Anefa organise des job dating, notamment pour les serristes à la recherche de saisonniers pour la culture de tomates ou de fraises.
Tous les ans, l'Anefa organise des job dating, notamment pour les serristes à la recherche de saisonniers pour la culture de tomates ou de fraises. - © Chantal Pape

Ce matin-là, sur une trentaine d'invitations lancées par Pôle emploi Brest Europe, ils sont 23 à être venus à la matinée "découverte des métiers verts". "J'ai une heure 30 pour leur présenter l'agriculture et les 90 métiers qui y sont liés". Un vrai challenge pour Yann Primo, conseiller à la chambre d'agriculture qui, au fil du temps, s'est doté d'outils adaptés. "Je dispose maintenant d'une vidéo qui présente la culture de la tomate et toutes les tâches qu'elle nécessite : palissage, effeuillage, training, récolte, calibrage... Et j'ai la même chose en lait et en porc". Bien utile en début de saison, quand les plants de tomates viennent d'arriver dans la serre, ou qu'une visite d'élevage n'est pas possible. "C'est cette première approche qui permettra aux demandeurs d'emploi de voir si ce secteur d'activité, auquel ils n'avaient pour la plupart jamais pensé, pourrait être fait pour eux. Et s'ils ont une préférence pour les productions animales ou végétales".

Se former d'abord

Des interventions comme celle-là, Yann Primo en assure régulièrement d'un bout à l'autre de l'année. Le 15 janvier dernier, elle s'est poursuivie par un job dating : une dizaine de serristes de la métropole se sont déplacés dans les locaux de Pôle emploi Brest Europe et ont fait passer des mini entretiens d'embauche à ceux qu'intéressait un travail en culture de tomate. "Ils sont à la recherche d'une trentaine de personnes, indique Gille Burel, animateur à l'Anefa 29. Plutôt pour travailler en haut de plant". Un poste plus technique que la cueillette. "L'idée est donc de leur proposer d'abord une AFPR, une action de formation préalable au recrutement.

Un programme construit avec les producteurs

Menée en partenariat avec l'Ireo de Lesneven et financée par Pôle emploi, l'AFPR permet aux demandeurs d'emploi d'alterner 70 heures de formation théorique sur les besoins de la plante, ses ravageurs, ses maladies... et 140 heures de pratique, en serre. "Les producteurs peuvent ainsi les former à leurs propres méthodes", indique Ingrid Loubatières, conseillère aux entreprises à Pôle emploi.

Les demandeurs d'emploi peuvent postuler sans aucune expérience préalable. Et le programme de formation est bâti en partenariat étroit avec les producteurs, afin de coller à leurs besoins. L'objectif ? "Faire en sorte que les stagiaires soient opérationnels à la fin de leur formation". De leur côté, les producteurs s'engagent à leur fournir un CDD "stable et durable", d'au moins 6 mois.

Plus de 200 postes

"Au total, sur la semaine, entre Morlaix et Brest, 27 employeurs, qui avaient plus de 200 postes à pourvoir, ont rencontré 230 demandeurs d'emploi", indique Gilles Burel. "Et l'AFPR devrait pouvoir démarrer, se félicite Christine Appriou, productrice de tomates qui, tous les ans, passe par ces job dating pour recruter. Ils me permettent de gagner du temps, en rencontrant un grand nombre de demandeurs d'emploi dans un même lieu. Je procède à une première sélection et les candidats retenus rencontreront mon mari ou ma fille pour un second entretien, à la serre, avant une éventuelle embauche". Et les résultats sont là. "Ces job dating nous permettent de compléter nos équipes. Et nous venons de proposer un CDI, un contrat à durée indéterminée, à un jeune embauché par ce biais l'an passé".

 

 

Recruter autrement

 

L'AFPR, l'action de formation préalable au recrutement que propose Pôle emploi, n'est pas réservée au seul secteur agricole. "Tous les mardis, l'opération #versunmétier met en avant l'un des métiers en tension de notre territoire, marine nationale, numérique...", indique Ingrid Loubatières, conseillère.

Pour répondre aux besoins des entreprises, Pôle emploi utilise aussi la MRS, la méthode de recrutement par simulation. Plutôt que de partir du CV, un test, mis au point avec les employeurs, permet de mesurer l'aptitude des candidats à un poste. "Des compétences acquises dans un précédent emploi peuvent tout à fait être transférées dans un autre secteur d'activité, sans que les demandeurs d'emploi n'en aient idée", indique Ingrid Loubatières, qui s'en est servie pour des postes administratifs, sur des plateformes téléphoniques, de facteur, conducteur de ligne en agro-alimentaire. Mais aussi dans les serres de fraises et tomates".

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui