Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Coiffeur-cueilleur ou charpentier-tomatier, ces nouveaux salariés de l'agriculture

Fin mars, Didier Guillaume appelait les Français à "rejoindre la grande armée de l'agriculture française". Ils sont charpentier, coiffeur, chauffeur routier... et ont voulu pour diverses raisons répondre à cet appel. Voici trois témoignages de ces nouveaux "saisonniers", qui se consacrent le temps du confinement à la récolte de tomates, dans une serre à Cesson-Sévigné (35).

Jean Guilbaud emploie actuellement 31 salariés sur son exploitation.

"Il y a la possibilité d'avoir 200 000 emplois directs dans l'agriculture. Donc je veux lancer un grand appel à l'armée des ombres, un grand appel aux femmes et aux hommes qui aujourd'hui ne travaillent pas, un grand appel à celles et ceux qui sont confinés chez eux dans leur appartement ou dans leur maison, à celles et ceux qui sont serveurs dans un restaurant, hôtesses d’accueil dans un hôtel, aux coiffeurs, à celles et ceux qui n’ont plus d’activités... Il faut que les travaux des champs se fassent et pour qu'ils se fassent il faut de la main d'œuvre". C'était le 24 mars et Didier Guillaume faisait appel à la solidarité nationale pour que l'agriculture ne manque pas de bras. Très vite #Desbraspourtonassiette pour mettre en relation l'offre et la demande. Et visiblement l'appel a été entendu des Français. À l'image de ce qu'en témoigne Jean Guilbaud, producteur de tomates au sein de la coopérative Solarenn. "En un mois, j'ai eu plus de 70 appels téléphoniques et je voudrais sincèrement remercier tous ces gens qui ont compris qu'on avait des besoins et qui pour des "débutants" font preuve d'efficacité, de minutie, avec le respect des produits".

Son exploitation emploie actuellement 31 salariés. Pour respecter les mesures sanitaires, l'organisation du travail a été modifiée. "On a mis en place trois horaires décalés pour s'assurer qu'il n'y ait pas plus de trois personnes en même temps dans le vestiaire et on a adapté aussi le temps de restauration le midi", cite par exemple Jean Guilbaud, qui est aussi bien conscient que ces salariés repartiront une fois le confinement terminé. "C'était clair dès le départ. Pour le moment mon équipe est complète. Peut être qu'en juin ça sera un peu plus compliqué et ensuite, l'été, ce sont généralement les étudiants qui viennent travailler".

 

 

Interfel va lancer sa propre plateforme de recrutement

L’interprofession des fruits et légumes frais (Interfel) lancera son propre site de recrutement de main-d’œuvre expérimentée "courant semaine prochaine", selon la responsable du service de communication Christelle Groussard. Baptisé Urgence-saisonniers.net, le site est en cours de finalisation, mais l’interprofession a d’ores et déjà appelé les professionnels à poster leur annonce d’emploi. L’idée germait "depuis le début de la crise", assure Christelle Groussard. En effet, de nombreux maraîchers et arboriculteurs anticipent un manque de main-d’œuvre qualifiée pour le pic de production. Mais le but de cette plateforme n’est pas uniquement de trouver des saisonniers habitués aux travaux des champs. "L’objectif est de mettre en relation des professionnels de l’ensemble de la filière avec des gens qui sont expérimentés dans le secteur de l’alimentation ou de l’agriculture". La plateforme vise donc à faciliter le pourvoi des postes vacants à tous les maillons : production, expéditeurs, importateurs, marchés de gros, grossistes, primeurs, GMS, importateurs. Elle s’inscrit en complémentarité des plateformes de recrutement Mobilisationemploi.gouv.fr et desbraspourtonassiette. / Agra

 

Ils ont dit

Germain Diot  - Charpentier  / Je suis charpentier depuis quatre ans et intérimaire. Mon contrat de travail s'est arrêté le 27 mars. Je me suis d'abord inscrit sur la plateforme Desbraspourtonassiette mais comme je n'avais pas de retour, j'ai contacté directement M. Guilbaud. J'ai commencé ici le 8 avril. On fait des contrats à la semaine, avec des avenants. La seule expérience que j'avais dans le domaine c'est quand j'avais participé à la cueillette des framboises quand j'avais 16 ans. Pour moi c'est une découverte, et un changement de rythme. C'est plus répétitif que mon travail habituel mais c'est plutôt agréable et je trouve ça moins dur physiquement.

Joël Bougot  - Chauffeur routier  / J'ai déjà travaillé dans le domaine horticole il y a une quinzaine d'années, mais depuis sept ans, je suis chauffeur routier. Actuellement en intérim, mon contrat n'a pas été renouvelé et j'ai donc cherché du travail rapidement car les trois boîtes d'intérim où je suis inscrit n'avait rien à proposer. Finalement, j'ai trouvé ici avec un contrat d'abord pour le mois d'avril, prolongé jusqu'à fin mai. Je passe 50 % de mon temps à la cueillette des tomates et 50 % à conduire le camion pour faire les livraisons à la coopérative. Pour moi, c'est une expérience comme une autre et c'est déjà une chance d'avoir un travail.

nouveaux salariés de l'agriculture

 

André Goudal  - Coiffeur  / Je tiens un salon de coiffure à Noyal sur Vilaine. J'ai dû fermer dès le début du confinement et mettre mes six salariés au chômage partiel. J'ai entendu l'appel à la radio pour venir aider les agriculteurs. Je me suis senti concerné et comme je connaissais M. Guilbaud, j'ai décidé de l'appeler. Je suis ici depuis le 1er avril et je trouve que tout le monde devrait essayer. Il y a un esprit d'équipe, et à titre personnel ça m'a remis les pieds sur terre, il ne faut pas oublier qui nous nourrit. J'ai un contrat jusqu'à fin avril. Ensuite je vais retourner dans mon salon pour préparer la réouverture. Il y a un nettoyage à faire bien sûr mais surtout il faut tout réagencer les fauteuils pour respecter les règles de distanciation.

nouveaux salariés de l'agriculture
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Dégâts de choucas : une nouvelle organisation dans les Côtes d’Armor
La population de cette espèce protégée augmente inexorablement depuis plus de dix ans dans le département. En 2019, la profession…
À Pleyber-Christ (29), Une salle de traite qui limite les contraintes
âgés de 50 ans, Gisèle et Bruno Kérébel ont profité du changement de leur salle de traite pour imaginer une installation qui leur…
La filière méthanisation  sur une ligne de crête difficile
Plus de 1 300 unités de méthanisation seraient en projet, pour 900 actuellement en fonctionnement, selon le ministère de la…
Ouverture d'une enquête suite à une surmortalité piscicole liée aux épandages
Ces dernières semaines, plusieurs cas de pollutions de cours d'eaux ont été relatés dans la presse, notamment en Ille-et-Vilaine…
En 2020, le manque de nourriture risque de tuer bien plus que le coronavirus

Le directeur du programme alimentaire des Nations Unies vient de tirer la sonnette d’alarme face à la "pandémie de la faim"…

Le Gaec des Chênes préfère  une gestion durable de ses haies
Avec un linéaire de dix-neuf kilomètres de haies, le bien-nommé Gaec des Chênes, à Plougonven (29) a mis en place, il y a des…
Publicité