Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Déshyouest : un quart de son activité en bio

Déshyouest, coopérative née de la fusion de Coopédom et Codéma consacre désormais un quart de son activité à la déshydratation de fourrages biologiques. Une augmentation poussée par la demande des producteurs de lait bio, mais aussi par de nouveaux marchés, comme l'alimentation des volailles.

Christophe Petit, Romain et René Chevrel.

Installé avec son père en Gaec depuis 2013, et en bio depuis 2018, Romain et René Chevrel, à Val d'Izé ne produisent pas de luzerne, mais font appel à Déshyouest pour déshydrater le maïs épi et plante entière. Sur les 100 ha de l'exploitation, 12 ha sont consacrés au maïs. "On a des rotations très longues, sur une dizaine d'années, et on fait du trèfl e violet et du ray gras hybride", explique RomainChevrel. Le maïs épi est donné l'hiver au robot, suivant le stade de lactation et la quantité de lait. "En moyenne, on est à 1,8 kg en ce moment. Pour le maïs entier, on est entre 2,5 et 3 kilos, à l'auge", détaille Romain. Et de
poursuivre : "le maïs épi fait énormément de bien et depuis qu'on est au robot, on n'a pas acheté un gramme d'aliment. Être en autonomie, c'est la clé du succès quand on est en bio et ça facilite la gestion du robot". Christophe Petit, conseiller auprès des adhérents chez Déshyouest assure lui la mise en place et le suivi des cultures. "Je décide par exemple des dates de fauche en fonction du stade des cultures et sinon, on se voit une fois par an pour faire un bilan. Ici, c'est un système qui fonctionne très bien car c'est cohérent". Des atouts "Avec 26 % de notre activité aujourd'hui en bio, c'est un signe pour la coopérative", témoigne Philippe Étienne, président de Déshyouest. "Nous sommes convaincus que la déshydratation est un atout sur le plan technique et économique pour les producteurs de lait biologique. C’est également
une activité en pleine cohérence avec les valeurs de la coopérative investie dans une démarche de développement durable". La coopérative déshydrate ainsi 19 000 tonnes de fourrages biologiques chaque année. De la luzerne et des plantes légumineuses pour 55 % de l’activité bio, le reste concerne le maïs plante entière ou le maïs épi. Le marché est demandeur sur la luzerne déshydratée surtout pour les bovins mais de nouveaux marchés émergent notamment sur les volailles pour l’alimentation des poules pondeuses. Par ailleurs, de plus en plus de producteurs implantent de la luzerne en tête d’assolement car elle s’intègre parfaitement à la rotation des cultures, contribue à la fertilisation des sols et préserve la qualité des ressources en eau potable. Afin de mesurer précisément l’intérêt de la luzerne déshydratée biologique dans les rations hivernales des vaches laitières, Déshyouest a entamé en 2019 des tests en collaboration avec la chambre d’agriculture régionale sur sa station expérimentale de Trévarez dans le Finistère. Pendant huit semaines, un troupeau a consommé trois kilos de luzerne déshydratée mêlés aux portions habituelles. L’objectif de cette expérience est d’exploiter les résultats d’analyses obtenus (composition du lait, quantité, état de santé des animaux…) afin de fixer un prix d’intérêt pour les adhérents de Déshyouest aussi bien en prestation de service qu’en achat.

 

Déshyouest en bref

La coopérative compte 1 500 adhérents actifs, 65 salariés et 17 administrateurs. Elle produit 80 000 tonnes de fourrage déshydraté par an. Elle commercialise une large gamme d’aliments pour les animaux de la ferme : luzerne et graminées en bouchons ou en brins longs, maïs plante entière et maïs épi. Depuis 2010, Déshyouest s’est également lancé dans la production de combustibles 100 % naturels avec des granulés de bois sous la marque Fée du Feu (www.feedufeu.com).

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Notre agriculture devrait-elle répondre aux diktats pour perdurer et être légitime ?

De plus en plus, nous, agricultrices et agriculteurs devons répondre à des injonctions, et même plus que cela, à de…

"On vit une guerre économique"
Invité à intervenir à l'occasion de l'assemblée générale de la FDSEA 35 qui se déroule le 20 février prochain, Gil Rivière-…
La Roazhon ferme revient s'installer le 23 février à Rennes
Deux ans après la première édition, la Roazhon ferme s'installe à nouveau à Rennes à proximité immédiate du Stade Rennais pour…
La Roazhon Ferme s'installe au Roazhon Park le 23 février

Attention, pour des raisons liées à la télévision, la programmation du match entre Rennes et Nîmes change de date ! Elle passe…

La pintade, pensez-y !
Lorsque l’on parle de volaille, on pense tout d’abord au poulet, bien sûr, puis à la dinde. La pintade fait partie de ces…
Publicité