Aller au contenu principal

Fruits et Légumes :
"il va falloir se serrer les coudes"

L'organisation commune de marché (OCM), la production d'énergie et le retrait des produits phytosanitaires au centre des préoccupations du Cerafel.

Au lendemain du vote du nouveau règlement portant sur l'OCM fruits et légumes, le Cerafel a fait part de son avis, un avis mitigé. "On peut se féliciter que l'OCM fruits et légumes n'ait pas été fondue dans la Pac comme cela avait été souhaité par certains pays d'Europe du Nord", remarque Joseph Rousseau, président du comité lors de l'assemblée générale. Satisfait par le relèvement du plafond de l'aide, porté à 4,6% de la valeur de la production commercialisée (VPC) pour les organisations de producteurs (OP) qui mettraient en œuvre des actions de prévention ou de gestion de crises, le Cerafel voit dans le nouveau règlement un encouragement des producteurs à se regrouper davantage en OP pour faire front à la grande distribution. Mais de regretter le manque d'ambition de l'OCM sur le plan de la prévention et de la gestion de crise, et plus particulièrement en ce qui concerne l'intégration progressive dans le régime des paiements uniques pour les états qui le souhaitent, notamment la France. "Il serait injuste que la France soit la seule à appliquer cette mesure, même à titre transitoire", estime Yvon Auffret, directeur, qui dénonce une distorsion de concurrence pénalisant les producteurs français.
Autre problème : l'approvisionnement en énergie des serres. La cogénération se développe à grand pas en Hollande et les producteurs bretons redoutent que la tomate ne devienne bientôt "qu'un sous-produit de l'énergie". "C'est une menace qui pèse sur nos marchés", indique-t-on au Cerafel.
Enfin, un signal d'alerte a été lancé concernant la question des produits phytosanitaires. Le comité s'est engagé avec les autres comités de bassins dans la création d'un forum national, appelé Forum Phyto, pour mobiliser la filière. "Les retraits d'homologation pleuvent littéralement. Si rien n'est fait, la situation sera tout simplement intenable pour les producteurs. L'exemple le plus flagrant étant la quasi-disparition de la protection contre les mouches, quelque soit la culture légumière " dénonce le Comité.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité