Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le chien de troupeau, un précieux allié sur son exploitation

L’an dernier, la chambre d’agriculture a organisé deux sessions de formation de dressage de chien de troupeau, à destination des éleveurs du département. Guy Martinon, formateur de l’association Border Collie intervient depuis bon nombre d’années pour transmettre aux participants des méthodes d’éducation des chiens au travail auprès des troupeaux des exploitations. Retour sur ces sessions.

Mise en pratique du dressage dès la première journée.

"Reste calme et clair, c’est comme ça que ton chien comprendra l’ordre que tu lui donne". Sur ces paroles, Guy Martinon indique à Hervé quelle attitude adopter pour inculquer à son chien les notions de droite et de gauche. "Un ordre bien donné au chien, c’est un bon geste sur lequel on met un mot, et toujours réalisé de la même manière", complète-t-il.

C’est pour connaître les méthodes d’apprentissage du travail auprès du troupeau à leur chien qu’un groupe de neuf agriculteurs des Côtes d’Armor s’est réuni pour quatre journées de formations entre juin et novembre dernier. Bovins, ovin ou volailles, les éleveurs aux productions diverses étaient réunis pour bénéficier des connaissances du formateur expérimenté au dressage depuis plus d’une trentaine d’années. La première demi-journée, ils l’ont passée en salle afin de bénéficier d’apports théoriques sur le choix du chien et les principes de leur éducation, depuis, c’est en extérieur avec les animaux que les journées se déroulent. Les chiens sont mis au contact de petits lots d’animaux (génisses, moutons) dès la deuxième journée, pour apprendre à maîtriser la position midi, les directions, ou encore à pousser le troupeau.

 

Les bonnes bases dès le plus jeune âge

"Il faut être persévérant et régulier si vous voulez que votre chien soit bien dressé. C’est parce que vous allez répéter beaucoup les mots d’ordre et travailler tous les jours avec lui que celui-ci apprendra, et répondra facilement à ce que vous lui demandez", indique Guy Martinon. Pocket regarde Pepsi apprendre à pousser le troupeau, et l’envie de la rejoindre la démange. Les deux chiennes toutes les deux nées début 2019 ont acquis de bonnes bases dès leur plus jeune âge grâce à la formation. "L’âge idéal pour commencer à faire travailler les chiens se situe autour de 7-8 mois, avant il vit avec sa famille et apprend à connaître l’éleveur avec qui il va travailler, précise le formateur. Un chien apprend son métier au troupeau jusqu’à ses 3 ans, mais il faut avoir commencé le dressage bien avant ! Si on commence seulement à 2 ans et demi, il aura pris de mauvaises habitudes, qui pourront être difficiles à corriger".

Chacun son tour, chaque participant passe auprès du formateur, qui corrige les gestes, enseigne les bonnes attitudes pour faire progresser ensemble les chiens et leurs maîtres. "En formation on apprend avec notre chien, mais aussi en regardant les autres. Chaque chien est différent, et ce n’est pas parce que celui avec qui on travaille aujourd’hui répond bien que c’est le cas pour tous !", commente Pascal, l’un des agriculteurs présents.

Si l’investissement pour dresser son chien est parfois considéré comme chronophage et fastidieux, les services rendus par son compagnon de travail se font tous les jours, et ceci pour un bon nombre d’années. Gain de temps, déplacements et manipulation sécurisés des animaux, en font un précieux allié sur l’exploitation. Et dans un contexte de croissance des élevages et de main d’œuvre de plus en plus limitée, un chien obéissant et bien dressé peut se révéler un vrai soutien.

 

Nouvelle session à partir du 20 février

Les 4 journées de formation se déroulent en général toutes les 3 semaines, afin que les chiens et leur maître aient le temps de travailler entre 2 journées. Une nouvelle session de formation est prévue les 20 février, 12 mars, 9 avril et 19 mai. La 1re journée se déroulera à Quessoy, avec la matinée en salle, et l’après-midi en extérieur pour travailler sur l’obéissance de base. 
Tarif de la formation : 42 €/jour sous réserve de financement Vivéa, soit 168 € pour la formation complète. Repas du midi à la charge des participants.

Renseignements et inscriptions : auprès de Lénaïg Danilo 06 38 31 34 78, lenaig.danilo@bretagne.chambagri.fr

 

Perfectionnement

Une formation de perfectionnement, à destination des éleveurs ayant déjà réalisé la formation d’initiation, est également prévue sur 1 journée le jeudi 5 mars (lieu à préciser). Celle-ci permettra de reprendre les acquis des journées précédentes, de faire le point sur les difficultés rencontrées au dressage, et de travailler sur des ordres plus complexes avec son chien.

Si vous êtes intéressés, contactez Lénaïg Danilo.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Thierry Coué
Thierry Coué, Président de la FRSEA de Bretagne : "Chaque agriculteur doit prendre conscience du besoin de se protéger, et de protéger son exploitation"
Depuis le début de la crise du coronavirus, le monde agricole semblait en retrait, presque observateur. Les comportements ont…
Lettre aux agriculteurs et agricultrices de Bretagne

Madame, Monsieur,

Comme le reste du monde, la Bretagne est confrontée à la pandémie due au coronavirus Covid-19. Dans…

Jérémy Labbé, nouveau président de JA22
Le 11 mars dernier s’est tenu le conseil d’administration électif des Jeunes agriculteurs des Côtes d’Armor. Dorénavant c'est un…
Germain et Laura Evo, jeunes aviculteurs, engagés aussi
Du comité organisateur de la prochaine fête de l’agriculture, à Grand-Champ, Germain Evo 32 ans, en est, Jeune Agriculteur aussi…
Eureden s’adapte et s'organise pour assurer ses services

La crise COVID-19 impacte profondément notre filière porcine et les équipes Eureden sont entièrement mobilisées pour…

Publicité