Aller au contenu principal

ENERGIE SOLAIRE
Manifestation à Paris

La filière a manifesté son mécontentement et son inquiétude à Paris.
La filière a manifesté son mécontentement et son inquiétude à Paris.
© terra

Le collectif "Touche pas à mon panneau solaire", fondé lors de la sortie du décret instituant le moratoire sur l'énergie solaire, a organisé  vendredi dernier à Paris une manifestation rassemblant environ 500 personnes, entrepreneurs, salariés, producteurs, ainsi que quelques salariés concernés par le plan de licenciement de Photowatt (premier fabricant français). Parti du ministère des Finances à Bercy, le cortège, muni de pancarte et de cornes de brume, a atteint le boulevard Vincent Auriol, où avait lieu une réunion de concertation avec MM. Charpin et Trink qui doivent remettre un rapport aux ministres concernés. Un projet de leur rapport avait été communiqué, dès le 9 février. Il a été assez mal accueilli par l'ensemble des acteurs lui reprochant de reprendre essentiellement les propositions du gouvernement, reléguant les propositions des syndicats et des différents acteurs en annexes. Plusieurs points alertent notamment les professionnels : l'institution de quotas qui signifieraient la mort de la filière photovoltaïque en France au profit de grands opérateurs tels que EDF EN(Energies nouvelles), la baisse drastique du prix d'achat du kWh, des conflits d'intérêts au sein des différentes branches d'EDF, et les conditions de sortie du moratoire. Ce collectif rassemble 3 700 acteurs de la filière solaire et près de 400 entreprises. Une double plainte a également été déposée auprès de la Commission européenne : la première visant les pratiques "anti-concurrentielles" de EDF-EN; la deuxième, "le manquement de l'Etat à ses obligations européennes de développement des énergies renouvelables", dans le cadre du Grenelle de l'environnement.Par ailleurs, de 6 PME, Sol Ouest, le collectif pour la défense du solaire créé en décembre dernier, est passé aujourd’hui à 50 entreprises de tout le grand Ouest. Le collectif, qui représente à lui seul 1000 emplois dans le grand Ouest, est déterminé à agir pour sauver ses PME. Il rappelle que deux mesures d’urgence s’imposent pour permettre aux PME de poursuivre leur activité : que les projets inférieurs à 250 KWc annulés par le décret soient restitués (ils ne sont pas spéculatifs et réalisés par des PME locales pour des clients locaux); que les tarifs d’achat soient régionalisés, afin d’éviter la migration vers le Sud de la filière. Sans un mouvement de l’Etat, le collectif se dit prêt à se faire entendre par des démarches fortes. Des groupements d’entreprises et des réunions de travail sont d’ores et déjà organisés. Il envisage encore d’intervenir auprès des politiques et des élus locaux concernés par le sujet, et compte interpeller directement le Premier Ministre.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité