Aller au contenu principal

Race Normande : produits supérieurs... et charges à maîtriser !

Moins de lait par vache mais plus de TP et une meilleure valorisation de la viande : si les caractéristiques de la Normande sont bien connues, les producteurs ont voulu aller plus loin et savoir si leur revenu s'en ressentait.

"En race normande, la marge brute pour 1 000 litres de lait vendus est supérieure". Intervenant à l'assemblée générale de Normande Pen ar Bed, l'association qui regroupe les éleveurs de la race, le 19 juin dernier, Anne Bras, ingénieur bovins lait du pôle herbivores des chambres d'agriculture de Bretagne, a présenté une étude menée par le CER du Finistère et la chambre d'agriculture, comparant les 800 élevages spécialisés de l'échantillon aux 60 en race normande.

+ 32 €/1 000 l de marge brute

Malgré un quota et un nombre de laitières légèrement inférieur, les élevages normands atteignent une marge brute de 311 €/1 000 litres, contre 279 € pour l'ensemble de l'échantillon. "Dans les 60 élevages normands, le TB est supérieur de 1,4 point, le TP de 1,3 point, énumère Anne Bras. Et, au final, le prix du lait est supérieur de 13 €/1 000 litres".
Le produit viande, lui aussi, est plus élevé, 1 010 €/UGB contre 930 €, une différence qui s'explique par une meilleure valorisation des réformes, + 108 €, des veaux, + 44 €, des génisses de boucherie, + 94 €, et des génisses d'élevage, + 69 €. "Par contre, l'âge au vêlage n'est pas très différent, 31,6 mois en Normande, contre 30,4 mois en moyenne. Même si la Normande est un peu moins précoce que la Holstein, il y aurait là moyen de gagner un peu".

Surveiller la fertilité
Point positif pour la Normande : le nombre de veaux par vache et par an est légèrement supérieur, 1,04 contre 0,97. "Ce chiffre traduit la fertilité de la race, analyse Anne Bras. La Holstein commence à avoir des problèmes de reproduction : si on sélectionne sur le lait, on désélectionne sur la fertilité. C'est un critère que la race normande doit prendre en compte, si elle ne veut pas avoir les mêmes soucis".
Du côté des charges opérationnelles, les chiffres varient peu, 265 €/ha de SFP en Normande, pour une moyenne de 273 €. "Mais le coût alimentaire demeure perfectible, indique Anne Bras. Il est de 67 €/1 000 litres en Normande, pour un objectif de 45 €".

Un EBE supérieur de 17 €/1 000 l

Si le produit total est supérieur de 61 €/1 000 litres en race Normande, 515 € contre 454 € pour l'échantillon total, l'écart se resserre, du fait de charges opérationnelles et de frais généraux supérieurs, et n'est plus que de 17 € au niveau de l'EBE avant main d'œuvre. "La Normande a un réel intérêt en terme de produit, résume Anne Bras. Mais attention à ne pas le perdre ensuite ! L'enjeu, pour la race, est de réussir la maîtrise des charges".
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Publicité