Aller au contenu principal

Shiatsu ou reïki, une autre approche du bien-être animal

Si l’acupuncture ou le shiatsu se développent peu à peu pour soigner et apporter du bien-être aux humains, la médecine chinoise s’applique aussi aux animaux, qu’ils soient de compagnie ou d’élevage. Rencontre avec Scarlett Poncin Germain qui, après une formation d’ostéopathe équin, a voulu élargir ses compétences aux bovins.

Sur les bovins, Scarlett Poncin Germin pratique shiatsu et reiki.

Après un vêlage compliqué, la vache est allongée depuis quelques temps déjà. Scarlett Poncin Germain s’approche lentement, lui parle et commence par la caresser. La séance dure une bonne demi-heure et l’éleveur est impressionné : non seulement la vache ne bouge pas mais il a la nette impression qu’elle y trouve son compte. Calme, elle rumine tranquillement et jette un œil de temps en temps sur celle qui lui tourne autour, multipliant pressions des doigts et imposition des mains.

 

D’abord en équin

Voilà sept ans déjà déjà que la jeune femme est ostéopathe. Un métier en lien avec sa passion des animaux. "Je monte à cheval depuis mes trois ans et en concours depuis mes 8 ans, raconte la cavalière d’endurance. Et avec deux parents profs de sport, j’ai commencé très tôt à masser mes chevaux".
La voie est toute tracée au moment de choisir ses études : elle sera ostéopathe équin, une discipline qu’elle pratique depuis 2013, d’abord dans le cheval de sport, ce qui lui donne l’occasion de suivre l’équipe nationale d’endurance de Malaisie, l’équipe nationale de Tunisie, d’intervenir pour certains cavaliers de l’équipe nationale française, de se déplacer pour différentes écuries à Dubaï… "Mais j’interviens aussi pour des poneys utilisés en loisirs, des chevaux en retraite ou des chevaux de trait".

Ces nouvelles techniques sont là pour améliorer le confort des animaux

Puis en bovins

Souhaitant diversifier sa clientèle, elle se tourne vers les chiens puis les bovins. "Un milieu que je ne connaissais pas du tout", indique la jeune femme. Si les éleveurs n’ont pas le même rapport à leurs animaux qu’en équin, "ils en sont quand même très proches". Et peu à peu le bouche à oreille lui permet de se faire connaître.
En attendant la VAE, la validation des acquis de l’expérience, que chaque ostéopathe doit passer suite au décret de 2017, elle peut compter sur ses autres compétences, shiatsu et reiki, pour soigner les vaches, "Si elles sont tombées, j’attends le feu vert du vétérinaire avant d’intervenir : s’il y a fracture, je ne peux rien faire".

bien-être animal

Faire circuler l'énergie

"Le shiatsu, c’est de la médecine chinoise mais un mot d’origine japonaise, shi doigts atsu pression, précise Scarlett Poncin Germain. C’est une technique de soin visant à l’équilibre énergétique au niveau physique mais aussi psychique et émotionnel". Ici, ce sont les doigts et non pas des aiguilles qui vont servir à stimuler les points d’acupuncture. "Il y a un gros travail de mémorisation : avec plus de 350 points à connaître, c’est assez compliqué. Il faut savoir lequel tonifie, lequel disperse l’énergie…". Ainsi, la rate est associée à la reproduction, le poumon à la tristesse, la dépression… "Il y a d’abord une phase d’observation de l’animal, puis des questions à l’éleveur".
Souhaitant rajouter une corde à son arc, la jeune femme s’est aussi formée en reïki, une méthode de soins non conventionnelle d’origine japonaise, fondée sur des soins énergétiques par imposition des mains. "Elle aide à libérer les énergies bloquées. Les tensions au niveau du corps et de l’esprit disparaissent et donc ce qui en découlait aussi : douleurs, somatisation, rumination mentale, anxiété, angoisse, déprime, burn out…". Une méthode qui s’applique aussi à l’animal.

 

Intervenir tôt

"Ces nouvelles techniques sont là pour améliorer le confort des animaux", précise Scarlett Poncin Germain, qui conseille de les utiliser en préventif, que ce soit pour le shiatsu, "qui va rééquilibrer le corps et l’émotionnel", ou l’ostéopathie. Si la pratique se développe en équin, elle est nettement plus compliquée à mettre en œuvre en bovins. "En curatif, il ne faut pas hésiter à nous appeler tôt, prévient la jeune femme. Si une vache est allongée depuis déjà quelques jours, il va être plus difficile de la remettre sur pied". Une situation qu’elle a toujours du mal à vivre. "Quand on travaille dans le bien-être animal, il est très dur de voir une vache euthanasiée si le propriétaire nous appelle trop tard". Mais les indications ne se limitent pas au seul syndrome de la vache couchée, après un vêlage difficile. "On peut aussi soigner des problèmes de mammite, de fertilité...".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité