Aller au contenu principal

Une charte pour les produits frais et locaux

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et les représentants de grande distribution ont signé le 9 novembre, sous l’œil bienveillant et attentif des interprofessions, une charte pour valoriser les produits agricoles frais et locaux

Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, avait annoncé le lancement d’un logo pour repérer les produits frais et locaux et la signature, d’une "charte d’engagements de mise en avant des produits frais agricoles, aquatiques et des produits locaux en grande distribution" dans les rayons. Lors d’une conférence de presse, le 9 novembre, il a dévoilé le contenu de la charte de cinq pages qui a été signée par les représentants des dix plus grandes enseignes en France.

 

Repérables et identifiables

Concrètement cette charte entend "mettre en avant les mentions d’origine (…) France" et vise à "mettre le consommateur dans sa responsabilité de consommation". Cette charte sur laquelle vient s’appuyer le logo "Plus près de vous et de vos goûts" doit aussi l’éclairer, l’informer et l’accompagner sur l’origine et l’accès à ces produits, a indiqué le ministre.
Concrètement, des bannières seront déployées dans les grandes surfaces pour attirer le consommateur vers ces produits locaux qui doivent être repérables et identifiables comme tels même si la définition d’un produit local reste à préciser, car la loi est totalement muette sur ce sujet. Cependant, le ministre de l’Agriculture affirme : "Pour moi, la pomme de terre de Noirmoutier peut être un produit local en Alsace".

 

Valoriser les produits conventionnels

Les enseignes devront être prêtes au plus tard au mois d’avril 2021. Il est prévu qu’un comité fasse "régulièrement des points d'étape" sur la mise en œuvre des engagements qui ont été signés pour une durée d’un an seulement mais qui "pourront être reconduits". Laurent Grandin, président de l’interprofession des fruits et légumes frais (Interfel) et Guillaume Roué, président de l’interprofession porcine (Inaporc) ont insisté tour à tour sur l’exigence du consommateur pour l’origine des produits, et aussi pour valoriser les produits conventionnels afin de permettre aux différentes typologies de consommateurs d’accéder à une nourriture de qualité.
"C’est aussi une démarche essentielle pour préserver l’emploi", a insisté Guillaume Roué. Quant aux GMS, leurs représentants ont acté la décision du ministre de ne plus mentionner "élaboré en France" ou "transformé en France" si les ingrédients ne proviennent pas de France. Enfin, l’ensemble des acteurs réfléchit à la mise en place d’un budget commun pour une campagne télévision et presse qui mette en avant le logo.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Viande cultivée : vers la fin de l’élevage ?
Depuis le premier steak haché créé en laboratoire en 2013, les techniques de production de viande artificielle progressent et de…
Une stratégie non pas tournée sur les volumes, mais le revenu
Lors d'une session en visio-conférence les chambres d'agriculture de Bretagne ont débattu et adopté les grands axes de leur…
Publicité