Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Avec le Space, construire l'élevage de demain

Du 10 au 13 septembre, se déroulera la 33e édition du Space. À quatre mois du salon, ses responsables ont fait le point sur un programme qui s'annonce encore une fois au cœur des préoccupations du monde agricole, toutes filières confondues.

"Notre agriculture est constamment impactée par les soubresauts du contexte économique et sanitaire au niveau mondial", souligne Marceul Denieul, président du Space. L'effet papillon dans un monde en perpétuelle évolution et avec toujours de nouvelles menaces ou opportunités. Au niveau mondial, les impacts de la fièvre porcine africaine en sont une illustration. "Cette crise a et va avoir des impacts sur nos marchés, et place tous les acteurs devant l'importance et la responsabilité de la maîtrise sanitaire dans tous les maillons des productions animales", poursuit le président du Space. Le contexte européen est aussi en mouvement. Les élections européennes et les négociations à venir autour de la réforme de la PAC dessineront les futures orientations. Sans compter le Brexit, pour lequel personne ne sait quelle sera finalement l'issue, mais dont les conséquences seront bien réelles, notamment pour la Bretagne. Enfin, à l'échelle nationale, les agriculteurs sont soumis à des attentes de plus en plus pressantes des consommateurs.

Et s'il est un impact que l'agriculture doit subir par nature, c'est le changement climatique. Quelles réponses et comment s'y adapter ? À l'heure où les experts mondiaux interpellent le monde agricole sur ces sujets, le Space et les élus des chambres d'agriculture ont décidé de s'emparer du sujet et d'en faire le thème de l'Espace pour demain. Diminution des intrants, recherche d'autonomie alimentaire, performance génétique, biodiversité, diversification des cultures... autant d'actions possibles à mettre en place sur les exploitations et qui s'avèrent aussi des leviers économiques. Pendant quatre jours, les animations et les témoignages se succéderont sur cet Espace pour demain pour exposer les pratiques existantes et à venir pour la préservation du climat. À noter aussi que plusieurs conférences traiteront de ce sujet.

Un niveau d'inscriptions déjà très élevé

Côté exposants, Anne-Marie Quéméner, commissaire générale du Space, peut afficher un large sourire :  "Au 13 mai, le niveau des inscriptions est déjà très élevé, avec près de 1 300 entreprises inscrites, dont 400 entreprises internationales, de 38 pays différents".

Un certain renouvellement s'opère également avec 154 nouvelles entreprises présentes. Parmi elles, certaines participent aux Innov'Space en espérant décrocher des médailles pour mettre en valeur l'innovation de leurs produits.

Le Space, c'est aussi son salon génétique et ses concours d'animaux. Deux événements majeurs sont au programme cette année, avec le challenge européen en race Pie Rouge et un festival national en race Salers. 11 concours interrégionaux, des présentations génétiques et une vente aux enchères inter-races compléteront ce programme. Soit 550 bovins issus de 13 races et 200 animaux de 11 races ovines et caprines. Rendez-vous est pris pour le mois de septembre.

L'aquaculture jette l'ancre au salon

Depuis plusieurs années, le Space accueille des conférences relatives à l'aquaculture et des exposants, notamment en alimentation animale, qui travaillent dans ce domaine. Le salon souhaite aller plus loin et s'affirmer sur la scène internationale comme une des dates incontournables pour les acteurs français et internationaux de cette filière en plein développement et qui intéresse un nombre croissant de visiteurs. Cette année, deux demi-journées de conférences seront dédiées à l'aquaculture et un parcours spécifique sur les stands de cette thématique sera disponible. Des visites autour de ce thème sont également programmées.

"L'objectif est de permettre aux visiteurs et exposants intéressés par ce thème de se rencontrer. De nombreux exposants disposent d'une offre destinée à cette production mais ne la mettent pas forcément en avant", détaille Anne-Marie Quéméner.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le tribunal de Saint Brieuc exige du GDS la délivrance des ASDA
Depuis plusieurs mois, un conflit oppose des éleveurs adhérents ou non adhérents du GDS, au sujet, d'une part, du montant des…
Le croisement pour un troupeau facile à vivre
À Trégarvan dans le Finistère, dans les parcelles qui bordent l’Aulne, 115 vaches croisées 3 voies pâturent presque toute l’année…
Le boom des plantes aromatiques et médicinales cueillies
La cueillette des plantes sauvages est en plein renouveau. Longtemps marginale, méconnue, elle est en plein essor, portée par le…
Le marché du porc breton : optimisme en 2020, mais pas d'euphorie
L'année 2019 s'achève sur un prix du porc inédit depuis 1992, avec un pic à 1,70 euros le 12 décembre dernier. Les vœux du marché…
Les centres de formation des chambres d'agriculture repris par des organismes locaux
Les chambres d'agriculture recentrent leur activité et confirment leur désengagement de la formation qualifiante sur ses quatre…
Pourquoi et comment mesurer le bilan environnemental des élevages ?
Sur la question environnementale, l'élevage est pointé comme une cause importante de dommages à l'échelle de la planète, avec des…
Publicité