Aller au contenu principal

Bandes enherbées, faune et entretien compatibles

D'une contrainte réglementaire, Olivier Tabart, en GAEC à Arzal, a fait des petits havres pour la faune sauvage. Et ce, grâce à un entretien adapté de ses bandes enherbées avec un ensilage dès avril puis broyage par le centre des parcelles mi-août.

Sur ses bandes enherbées, Olivier Tabart, à gauche, adapte l'entretien. Une méthode qu'Alain Guihard (élu Chambre d'agriculture) et Jean Luc Morvan (FD de chasse) encouragent pour le maintien de la faune sauvage.
Sur ses bandes enherbées, Olivier Tabart, à gauche, adapte l'entretien. Une méthode qu'Alain Guihard (élu Chambre d'agriculture) et Jean Luc Morvan (FD de chasse) encouragent pour le maintien de la faune sauvage.
© TERRA
"Nous avons 700 m de ruisseaux qui parcourent l'exploitation" montre Olivier Tabart. Et la localisation des 3 % de la Scop en bandes enherbées a été toute trouvée. Elles sont sur les rives et permettent "de faire circuler les engins ou les animaux d'une parcelle à l'autre pour éviter la route", explique le jeune exploitant en lait, volaille et boeufs installé en Gaec à Arzal. Ces parcelles sont implantées en RGI, "pour un ensilage d'herbe précoce dès mi-avril". La repousse n'est fauchée qu'à la mi-août, "je broie à partir du centre de la parcelle pour éviter de piéger des animaux, ainsi j'ai ainsi vu partir l'an dernier une compagnie de faisans".

Y adapter l'entretien

Outre leur intérêt pour lutter contre le transfert des molécules, ces zones peuvent servir "d'abris à une faune sauvage très riche en bord de rivière, il y a un effet lisière" note Stéphane Basck de la Fédération de chasse du Morbihan qui, avec la Chambre d'agriculture encourage ces pratiques et y sensibilise les exploitants. "Elles sont économiquement rentables et soucieuses de la faune sauvage" apprécie Alain Guihard, élu Chambre, "les bandes enherbées représentent un linéaire très important dans le Morbihan, et des mesures simples d'entretien peuvent y être appliquées tout en respectant les textes".
Tout comme les jachères, les bandes enherbées, les haies et les talus se révèlent être des outils de préservation de la faune à condition d'y adapter l'entretien, "et si cela me prend un peu plus de temps, j'estime que ça en vaut la peine" appuie Olivier Tabart.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité