Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Délégation des cultures : des pratiques fréquentes

Ne serait-ce que pour les récoltes (céréales, maïs ensilage), la délégation des opérations culturales est largement répandue. Et si sa pratique tend à se développer, il est toujours utile d'en analyser l'impact sur le fonctionnement de l'exploitation.

Les chantiers de récolte sont bien souvent délégués, tout ou partie, à l'ETA ou à la Cuma.
© New Holland

Le premier impact mis en avant pour la délégation est bien entendu le gain de temps de travail. C'est particulièrement pertinent lors des grosses phases de travaux, notamment pour les implantations des cultures, le maïs au printemps ou les céréales à l'automne. Si cela permet d'implanter dans de meilleures conditions, le gain de temps s'accompagne en plus de gains agronomiques comme l'augmentation du potentiel de rendement. Dans tous les cas, la délégation n'épargne pas de devoir gérer l'organisation du chantier (approvisionnement en semences, gestion des parcelles, …) et d'en valider la bonne réalisation. Si des problèmes apparaissent, il faut les gérer au plus vite.

 

Un impact financier à définir

Plusieurs groupes d'agriculteurs utilisent l'outil AgrITK, développé par la chambre d'agriculture de Bretagne, pour calculer la marge opérationnelle de leurs cultures. Cet outil, qui détaille les différents postes de produits et de charges (foncier, intrants, main d'œuvre, mécanisation), recueille l'ensemble des opérations mécanisées liées à la culture ainsi que les temps de travaux correspondants. Pour chaque opération, on calcule les coûst/hectare liés à l'usage du tracteur, à la machine et au temps de travail (affecté d'une valeur de 25 €/h, valeur moyenne des choix des agriculteurs). Lorsque l'opération est déléguée, on recueille le coût global ramené à l'hectare.

Si on extrait les opérations de labour de 120 AgrITK réalisés, on obtient les données présentées dans le graphique . Comme on peut le voir, le coût/hectare du labour est fortement variable, aussi bien dans les situations de délégation que de travail par l'exploitation. Si on se pose la question de la délégation du labour, il faut réfléchir à la différence de coût entre la pratique actuelle et la pratique future. Si la pratique actuelle est vers la droite du graphique (les coûts élevés) et la pratique future vers la gauche (les coûts faibles), on aura intérêt à changer de pratique mais si cela peut également être l'inverse. Sans informations précises, il est hasardeux de dire qu'on va gagner de l'argent en déléguant ou son contraire. La seule façon est de faire le calcul pour avoir une idée claire de ce critère assez essentiel dans le choix.

cultures

Des facteurs non quantitatifs

Si le temps et l'argent sont des critères quantitatifs qu'on peut calculer, il y a d'autres critères à la délégation qui ne le sont pas et qui n'en sont pas moins importants dans les choix. Si l'agriculteur aime ou n'aime pas faire une opération, cela va évidemment orienter son choix, de manière compréhensible. Par ailleurs, la stratégie globale en matière de mécanisation doit être prise en compte. Les choix en matière de délégation doivent être cohérents avec les choix faits en matière d'équipement en machines. Si on investit dans des tracteurs et qu'on se dit qu'on va déléguer, on risque de payer deux fois, ce qui n'est sans doute pas la meilleure façon de maîtriser ses charges de mécanisation.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Notre agriculture devrait-elle répondre aux diktats pour perdurer et être légitime ?

De plus en plus, nous, agricultrices et agriculteurs devons répondre à des injonctions, et même plus que cela, à de…

"On vit une guerre économique"
Invité à intervenir à l'occasion de l'assemblée générale de la FDSEA 35 qui se déroule le 20 février prochain, Gil Rivière-…
La Roazhon Ferme s'installe au Roazhon Park le 23 février

Attention, pour des raisons liées à la télévision, la programmation du match entre Rennes et Nîmes change de date ! Elle passe…

La Roazhon ferme revient s'installer le 23 février à Rennes
Deux ans après la première édition, la Roazhon ferme s'installe à nouveau à Rennes à proximité immédiate du Stade Rennais pour…
La pintade, pensez-y !
Lorsque l’on parle de volaille, on pense tout d’abord au poulet, bien sûr, puis à la dinde. La pintade fait partie de ces…
Publicité