Aller au contenu principal
Font Size

Grandes cultures : Une année climatique très marquée

Les campagnes de production et de commercialisation 2019-2020, qui se jouent actuellement, cumulent les perturbations. Eté sec et caniculaire, automne très humide, hiver le plus chaud depuis 1900… les aléas climatiques bretons auront joué les trouble-fêtes en 2019. Sur le marché mondial, le conflit sino-étasunien a trouvé une issue en fin d’année mais…le coronavirus prend le relais. Perspectives troublées pour 2020.

135 e/tonne, c’est le prix moyen du blé payé aux producteurs bretons au premier semestre de commercialisation 2019-2020

Grandes cultures

Lors du premier semestre de la campagne de commercialisation 2019-2020, le prix du blé payé aux producteurs bretons à 135 €/tonne n’atteint pas la moyenne des cinq dernières campagnes à la même date (141 €/t). Un recul qui fait suite à la campagne de prix hauts pendant laquelle les producteurs bretons ont pu bénéficier de 169 € la tonne de blé payée en moyenne pour la campagne de commercialisation 2018-2019. Quel sera le niveau de réajustement du prix en cours de campagne de commercialisation ? Timide au regard des fondamentaux, selon l’équilibre offre demande et des niveaux de stock, ou important sous la pression de facteurs qui modifient les comportements dans le commerce mondial des matières premières ? Côté marge des cultures, si les perspectives de niveaux de prix ne sont pas évidentes, les bons rendements obtenus en 2019 seront un atout.

 

79,8 q/ha, c’est le rendement du blé breton en 2019

Alors que le manque d’eau associé aux fortes températures de fin juin aurait pu pénaliser les rendements, les céréales à paille enregistrent des records, plus particulièrement en blé (meilleur rendement de ces trente dernières années). Pour autant, son taux de protéines est à 11 %, un niveau inférieur à celui connu ces trois dernières années.
La pluviométrie exceptionnellement excédentaire de l’automne est venue compliquer et retarder la récolte de maïs grain, qui avait déjà subi des pluies très hétérogènes à la floraison et lors de la formation du grain. Sa date médiane de récolte 2019 se situe au 9 novembre soit un retard de 12 jours par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

 

 

Actualités de la filière

À retenir de 2019
Les conditions climatiques de l’été (canicule) auraient pu entraîner un stress hydrique impactant les rendements des céréales à paille. Les niveaux de production ont donc finalement créé la surprise, avec une production de céréales de presque 4,65 Mt en 2019 en Bretagne. Les récoltes 2019 se sont déroulées dans de bonnes conditions, hormis pour le maïs. Sa récolte a été compliquée et retardée par les pluies excessives qui sont également venues limiter le bon déroulement des semis des céréales d’hiver, certaines parcelles étant saturées en eau. La Bretagne fait partie, avec le Centre de la France, des régions qui enregistrent ainsi pour la campagne de production 2019-2020 le plus fort recul des surfaces implantées en hiver (-19 %, contre -4 % au national). Moins de la moitié des semis bretons de blé tendre étaient réalisés au 2 décembre 2019, les départements des Côtes d’Armor et plus particulièrement du Finistère ont enregistré de très gros retards. Ce sont donc à peine plus de 343 000 ha de céréales d’hiver qui ont été semés (données Agreste au 1er février 2020) soit 240 000 ha de blé (-20 % sur un an), 71 000 ha d’orge (-19 %). Rappelons que la production bretonne est dédiée en quasi-totalité au débouché de l’alimentation animale. En Bretagne, les conditions climatiques à l’occasion des semis des cultures de printemps (maïs, pois, féveroles et lupins) seront déterminantes pour compenser les ensemencements non réalisés à l’automne. Le potentiel de rendement des cultures d’hiver est déjà entamé.

 

Les enjeux de la filière pour 2020 et les années suivantes
Quels choix de culture seront faits au printemps par les producteurs puisque les surfaces prévues en céréales d’hiver n’ont pas été implantées à l’automne dernier ? Mi-mars, des céréales de printemps, comme l’orge, bénéficient de conditions favorables pour leurs semis ce qui permettra d’assurer un approvisionnement complémentaire en paille, dans un marché déjà en tension. Le maïs devrait également voir sa part augmenter dans les assolements. Une fenêtre de tir pour les protéagineux ? Alors que leurs productions ont été réduites de 220 000 à 30 000 tonnes entre les années 1990 à aujourd’hui, l’occasion leur est donnée d’occuper un peu plus de terrain. Dans ce contexte, les producteurs devront donc aussi être vigilants à respecter les règles pour être éligibles aux paiements verts (diversité des cultures, surfaces d’intérêt écologique…) dans leurs déclarations Pac 2020. À court terme, les incertitudes liées aux impacts de la propagation de l’épidémie de coronavirus au niveau mondial vont animer les marchés. Aux aléas climatiques, aux conflits géopolitiques s’ajoutent dorénavant les pandémies sanitaires comme facteur d’influence des marchés y compris breton.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Méthanisation : un procédé d’avenir, moyennant quelques précautions
L’affaire a fait grand bruit dans le Finistère : en début de semaine dernière, une fuite provenant d’une unité de méthanisation a…
Une nouvelle équipe chez les Jeunes agriculteurs
S’ils ont tenu leur assemblée générale juste avant le confinement, le Covid a ensuite bloqué les élections du Bureau et du…
Maïs : estimer sa date de récolte
Point de situation des maïs à la mi-août. Les premières récoltes sont attendues dès la fin août pour la moitié sud de l'Ille-et-…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Publicité