Aller au contenu principal

La leçon de vie d'Antoine Aoun

Le 10 juin, lors de l'assemblée générale de Bretagne Contrôle laitier 35, est intervenu Antoine Aoun. Ce Libanais d'origine est paraplégique mais surtout sportif accompli, chef d'entreprise et coach. A force de volonté, il s'est construit la vie dont il rêvait.

Antoine Aoun, sportif accompli, chef d'entreprise et coach : "l'envie d'avancer est la base de tout".
Antoine Aoun, sportif accompli, chef d'entreprise et coach : "l'envie d'avancer est la base de tout".
© Terra

Quand il se présente, Antoine Aoun se définit comme aventurier, sportif, entrepreneur. A l'entendre parler de ses projets, on n'en doute pas. Pourtant, son parcours de vie aurait pu être tout autre. Né au Liban, il combat durant la guerre civile. A 18 ans, une balle fauche sa jeunesse. Paraplégique, il a dû reconstruire une vie en fauteuil roulant.
Se former, trouver un emploi, le quitter pour créer sa propre entreprise, fonder une famille, faire du sport, se dépasser. "Il faut se fixer des objectifs et se donner les moyens d'y arriver, encourage Antoine Aoun, face aux adhérents du Contrôle laitier d'Ille et Vilaine. L'envie d'avancer est la base de tout". Face aux aléas de la vie, ce coach en motivation invite à exploiter notre potentiel. "Il faut être acteur de sa vie et utiliser ses armes, le courage, l'audace mais aussi le sourire, explique-t-il. On a tous du potentiel". Et d'encourager à compter sur la solidarité. "Nous pouvons tous compter sur la force d'un réseau", souligne Antoine Aoun, même s'il reconnaît qu'il faut parfois affronter le regard des autres "quand on change de vie, de physique".
Pour atteindre ses objectifs, ce sportif conseille de se débarrasser du stress, d'être rigoureux et d'être positif. Et de rebondir en cas d'échec. "On a le droit à l'échec, mais il faut s'en servir pour progresser". Face à des agriculteurs, parfois découragés par les difficultés de la conjoncture, Antoine Aoun a redit qu'il ne fallait pas baisser les bras face aux aléas, mais, au contraire, redoubler de projets dans les périodes difficiles. "Avoir un combat à mener, c'est le signe que la vie continue". Life goes on !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité