Aller au contenu principal

L'agriculture, meilleure alliée du développement durable

Géographe et professeur à la Sorbonne, Sylvie Brunel le clame haut et fort : non, les agriculteurs ne sont pas la source de tous les problèmes. Au contraire, ce sont eux qui détiennent bon nombre de solutions !

Géographe et professeur à la Sorbonne, Sylvie Brunel est intervenue lors de l'assemblée générale du Caté, la station expérimentale des légumiers, le 27 avril dernier, à Saint Pol de Léon.
Géographe et professeur à la Sorbonne, Sylvie Brunel est intervenue lors de l'assemblée générale du Caté, la station expérimentale des légumiers, le 27 avril dernier, à Saint Pol de Léon.
© Terra


"Il faut réconcilier le monde agricole et la société". C'est par le biais des crises alimentaires que Sylvie Brunel, géographe, a été amenée à s'interroger sur la situation des agriculteurs français. "Pendant 30 ans, on leur a demandé de produire". Et les solutions d'hier se sont transformées en  problèmes d'aujourd'hui. "Au nom des grandes peurs environnementales, les agriculteurs sont devenus des boucs émissaires".
Pourtant, et la géographe le constate lors de ses nombreuses interventions d'un bout à l'autre de la France, "depuis 20 ans, vous avez su répondre au défi de concilier production et environnement", via l'agriculture de précision, la réduction des intrants, la lutte biologique... "En permanence, vous réfléchissez, vous innovez".
Et, alors que l'alimentation n'a jamais été aussi saine, aussi régulière et aussi diversifiée, nombreux sont les agriculteurs qui jettent l'éponge, découragés d'être sans cesse montrés du doigt. "C'est un mauvais calcul, estime Sylvie Brunel. Si, demain, la France se prive de sa paysannerie, c'est 58% du territoire national qui sera laissé à l'abandon, sans parler des emplois dans l'agroalimentaire. Et nous deviendrons de plus en plus dépendants des importations, des fluctuations de prix...".
Mauvais calcul encore car, pour la géographe, ce sont bien les agriculteurs qui sont les meilleurs alliés du développement durable. "Préservation des paysages, capture de CO2, biodiversité, fourniture d'énergie... : ce sont eux qui ont les réponses". La solution ? "Parler d'une seule voix. Et faire savoir ce que vous faites". Car il y a un fossé entre la réalité du monde agricole et de ses pratiques et l'image qu'en a le grand public !

Chantal Pape

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité