Aller au contenu principal

Mon entreprise agricole adaptée au changement climatique

C’est une certitude avec laquelle nous composons chaque année un peu plus…, notre climat change ! Se lancer dans l’agriculture aujourd’hui, c’est envisager une carrière au cours de laquelle il faudra progressivement évoluer avec le changement climatique, à moins de migrer régulièrement plus au Nord ! À quoi allons-nous être confrontés et comment procéder ? Explications

Étape 1

Connaître les évolutions réellement en cours dans ma zone géographique
Il s’agit d’observer l’évolution des variables climatiques : les températures, déjà + 1,7°C en moyenne annuelle en Bretagne dans les terres entre 1960 et 2018 (1) et (3), une augmentation du nombre de jours estivaux (+ 4,6 jours, tous les 10 ans depuis 1960, où la température atteint ou dépasse 25°C à Rennes), une diminution du nombre de jours de gel (- 2,6 jours tous les 10 ans à Rostrenen depuis 1960), plus d’évapotranspiration, des records de températures maximales… La connaissance approfondie de son climat permet de mieux caractériser les évolutions en cours (2).
Comme ressource, on peut aussi s’appuyer sur l’observatoire du changement climatique (ORACLE) lancé en 2019 par la chambre d’agriculture.

Étape 2

Découvrir les perspectives d’évolution du climat et la vitesse d’évolution pour les 10, 20 ou 30 ans à venir
La "machine climatique" étant lancée, on a peu d’incertitudes sur les prolongations des tendances actuelles du climat. Effectivement, quels que soient les efforts réalisés pour le futur pour réduire nos émissions, à court terme, nous subissons les conséquences des gaz à effet de serre qui ont déjà été émis dans le passé.
Les scientifiques ont modélisé ces évolutions climatiques. Nous travaillons à la traduction de ces évolutions en termes agricoles : impact sur les risques d’échaudage des blés, sur la précocité des récoltes, sur les rendements, sur les pressions sanitaires, etc.
À nouveau les ressources sont accessibles dans les publications de l’observatoire ORACLE.

Étape 3

Étudier les conséquences à attendre sur ses cultures et son élevage, pour mieux anticiper
Il s’agit d’identifier les facteurs de vulnérabilité de son exploitation :
- Quelle est ma ressource en eau ?
- Comment se comporte mon troupeau en cas de coup de chaleur ?
- Y-a-t-il suffisamment d’ombrage dans mes prairies ?
- Mes sols sont-ils séchants ?
- Mes cultures sont-elles encore adaptées ?
- Mon système fourrager est-il vulnérable ?
- Etc.
Un accompagnement pour réfléchir à la vulnérabilité au changement climatique peut être envisagé.

Étape 4

Faire un plan díadaptation "court terme" pour faire face aux aléas climatiques
Le changement climatique, en plus de l’élévation des températures, se traduit aussi par une variabilité climatique accrue. Face à cette variabilité, il faut chercher à réduire la vulnérabilité. Plusieurs pistes pour réduire cette vulnérabilité peuvent être explorées, comme la diversification des cultures, l’évolution des troupeaux, la constitution de stocks de fourrages, de réserves d’eau…
Les éleveurs laitiers peuvent participer à la démarche Climalait qui permet d’intégrer les données du changement climatique dans la gestion des fourrages (se renseigner auprès des conseillers lait de la chambre d’agriculture).

Étape 5

Réfléchir, à plus long terme, aux évolutions de son exploitation pour saisir les opportunités climatiques ou esquiver les contraintes
Le changement climatique est souvent vu, à juste titre, comme une menace. Dans certaines zones agro climatiques, il faudra sûrement abandonner les cultures les moins adaptées. Mais de nouvelles opportunités, en termes de filières, vont se dessiner. Ainsi notre équipe agronomie travaille sur le développement des filières de légumineuses locales. Mais des producteurs et des stations expérimentales essayent aussi de nouvelles cultures comme le sorgho, le soja, la vigne …
Se former sur les enjeux du changement climatique devient une nécessité, dès la formation initiale et aussi dans nos groupes de développement agricole.
Notre paysage demain sera assurément modifié par le changement climatique ! Y adapter son exploitation est une nécessité pour exister demain. Un double engagement, d’une part pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et stocker du carbone et d’autre part pour s’adapter aux changements inévitables.

 

Le climat en Bretagne
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité