Aller au contenu principal

Pour décaler la vente des animaux, il les sort à l’herbe

Éleveur de Limousines à Plourin-les-Morlaix (29), adhérent au label rouge, Didier Le Breton a eu peur que le confinement ne perturbe les circuits commerciaux. Il a donc fait le choix de sortir à l'herbe une partie de ses animaux à l’engrais pour gagner en souplesse. Une stratégie qu’il adopte depuis quelques années déjà et qui lui donne entière satisfaction.

À la tête d’un troupeau de 70 Limousines et la suite, Didier Le Breton est adhérent au label rouge Blason prestige depuis des années.

"Le confinement ? Ca n’a pas changé grand-chose à mon quotidien", analyse Didier Le Breton. Éleveur de vaches allaitantes à Plourin-les-Morlaix (29), il dispose d’un troupeau de 70 mères de race limousine et élève également 80 mâles et 70 génisses, sur 115 ha de SAU. "Pourtant, avec la sortie des bêtes à l’herbe et les semis de printemps, c’était une période chargée ! Mais tout s’est bien passé".

 

Anticiper

Ainsi, à condition d’anticiper un peu plus, en s’y prenant un jour ou deux à l’avance, les livraisons sur la ferme ont eu lieu en temps et en heure. "Et au départ, les échanges avec le technicien se faisaient plutôt par téléphone". Néanmoins, "c’était un peu bizarre", reconnaît l’éleveur dont les parcelles sont situées de part et d’autre du bourg de Plourin-les-Morlaix, qu’il doit traverser pour aller surveiller ses animaux. "J’étais seul sur les routes…".

 

Pas de stock sur pied

Le label rouge, auquel Didier Le Breton adhère "depuis au moins 15 ou 20 ans", résume bien sa façon d’envisager le métier, "avec des animaux de qualité et un prix plus ou moins garanti". S’il écoule ses mâles en filière classique, via le groupement Coopel bovi, ses génisses de plus de 2 ans et ses vaches de moins de 7 ans prennent le chemin de Blason prestige, le label de la race limousine.
Le confinement ayant dans un premier temps plus ou moins paralysé l’économie, il craint pour ses débouchés. "La demande a un peu diminué, puis elle s’est redressée, affirme l’éleveur, qui est également administrateur du label rouge. Si les GMS ont bien souvent fermé leur rayon traditionnel, les bouchers, eux, se sont adaptés à ce nouveau contexte, en proposant livraisons de commande, drive... et ont vu arriver une nouvelle clientèle. "Et la grille de prix a pu être maintenue, la baisse d’activité des uns ayant été compensée par l’augmentation de la demande des autres". Et aujourd’hui, "il n’y a plus de stock d’animaux en ferme".

 

Une viande de qualité

"Mais au départ, on ne savait pas combien de temps allait durer le confinement, ni comment allait évoluer la consommation". Pour anticiper d’éventuels problèmes, Didier Le Breton a donc fait le choix de sortir en prairie une partie de ses animaux destinés au label. "Elles engraissent ainsi moins vite. Et ça me donne plus de souplesse". Une stratégie adoptée depuis quelques années déjà et qu’il entend bien poursuivre. "Quand les bêtes ne partent pas, il y a un double manque à gagner : elles continuent à s’alimenter et font du gras, qui sera déprécié à l’abattage. Dehors, elles "viennent" moins vite, ce qui me donne le temps de voir venir. Et avec l’herbe de qualité que nous avions au printemps, la viande est de qualité supérieure".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Tom Vilsack, au poste de secrétaire américain à l'Agriculture

Le président élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire américain à…

Albane et Sébastien ont ce "goût à traire"
"Que les jeunes n’aient pas peur de s’installer, c’est prenant mais il y a plein d’avantages !". Albane Le Gal et Sébastien…
Nouvelle convention collective nationale pour l’agriculture en 2021
À partir du 1er avril 2021, une convention collective nationale couvrant toutes les entreprises et les salariés de la production…
Son foncier permet une installation et restructure deux exploitations
Producteur de lait à Poullan sur Mer (29), Jean-Claude Péron, 57 ans, souhaitait lever le pied. Après réflexion, il décide de…
Demain 10 000 ha de Leggo !
Dans le cadre de l'ambition française de développement de l'autonomie protéique, le grand ouest se fixe pour objectif de répondre…
Former 150 jeunes chaque année
Le groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son centre de formation va ouvrir cette année. 150 jeunes y seraient formés…
Publicité