Aller au contenu principal
Font Size

Pour gagner en accessibilité, pensez aux échanges parcellaires !

Lorsque l’on souhaite optimiser le pâturage en système bovin, au-delà des aménagements parcellaires évoqués précédemment, il est intéressant de se pencher sur les possibilités de réorganiser le foncier dans son secteur. L’échange parcellaire peut en effet permettre de récupérer des parcelles autour des bâtiments. Jean -Marc Lanoé, agriculteur à Lanfains témoigne.

Jean-Marc Lanoé, agriculteur à Lanfains.

Vous avez fait plusieurs échanges parcellaires ces dernières années, dans quels buts ?

Jean-Marc Lanoé / Les objectifs étaient multiples. Le premier échange en propriété a permis de diminuer le nombre d’ilots, les suivants ont augmenté la surface accessible facilement pour les vaches pour moi et mon plus proche voisin. Je fais aussi des échanges de cultures avec un producteur de porcs pour allonger les rotations en culture.

 

Avec quelques années de recul, quels avantages en retirez-vous ?

J-M.L. / Ces échanges m’ont permis de faire pâturer plus les vaches. Les parcelles récupérées sont directement accessibles depuis la stabulation, sauf une qui se situe de l’autre côté d’une petite route communale. En accord avec la mairie, j’ai fait passer l’eau et l’électricité sous la route. Elles sont ainsi toutes approvisionnées en eau et courant. Cela représente 8 ha accessibles en plus. Quel confort d’avoir juste à ouvrir le fil après la traite ! Économiquement, l’herbe pâturée est la moins chère et plus les parcelles en maïs sont proches des bâtiments, moins cela coûte de ramener l’ensilage. Les animaux sont moins dans la stabulation, donc j’utilise moins de paille et j’ai moins de travail pour sortir le fumier. Pour le bien-être animal, je pense aussi que c’est important que les vaches puissent sortir, il y a moins de problèmes de boiteries. Après avoir vécu le confinement, on se rend compte qu’il est essentiel de pouvoir être dehors. Je pense que pour les vaches, c’est pareil !

 

Et au niveau des cultures ?

J-M.L. / Cela permet de faire des rotations plus longues. Mettre du maïs après de l’herbe est avantageux. Je m’arrange aussi avec un voisin producteur de porc pour mettre du maïs dans ses parcelles de culture qui sinon seraient cultivées uniquement en blé et colza. Tout le monde est gagnant.

 

Que diriez-vous à ceux qui pensent que les échanges parcellaires, c’est compliqué ?

J-M.L. / Il faut oser en discuter avec ses voisins. Il y a des bénéfices pour tous ! Même si la terre n’a pas de la même qualité, on peut s’y retrouver. Saisissez l’opportunité des travaux d’ensilage par exemple pour en parler autour de vous.

Aménagement parcellaire
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
"Prenez un bon bol d'air" avec le Crédit Agricole
Depuis le début de la crise, le Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine multiplie les initiatives pour accompagner ses clients,…
Publicité