Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pour une Lady et un Royaume, au SIA, en Charolais

Bien connu des concours, l’élevage Jaglin de l’EARL de la ville neuve, à Saint-Gilles-Vieux-Marché (22) sera présent au SIA en race Charolaise, race cette année à l’honneur. Et c’est avec Lady, seule bretonne charolaise sélectionnée, belle vache de cinq ans, suitée de son joli veau Royaume, qu’il défilera sur le ring parisien.

À La Ville Neuve, l’atelier vaches allaitantes permet de valoriser des terres qui ne peuvent pas l’être ailleurs. Lady, cinq ans, accompagnée de son jeune veau Royaume et de son éleveur, David Jaglin, sera dimanche sur le ring parisien avec 40 congénères, à se départager en race Charolaise.

"On va encore montrer nos produits là bas, tout ce savoir-faire et on va se faire encore taper sur le dos !". Dans la famille Jaglin, le ras le bol sur le dénigrement que vit l’agriculture est bien palpable, mais pas que. "On fait vivre tout un système et nos produits ne sont pas payés comme ils le devraient l’être. La suite des Egalim, elle est où ? ". Un dépit qui s’exprime en premier lieu, et durant longtemps, avant même de laisser percer la fierté de présenter une vache suitée à Paris, que beaucoup considèrent comme un honneur, surtout hors berceau de la race. 

Ils évoquent l’engagement de leur père pour ces animaux sur lesquels il continue de veiller, une raison d’être, avant même de mentionner la passion de leur neveu. Celui ci dès qu’il le peut, accourt, dresse, fait défiler, nomme "et si demain il y a encore un troupeau de vaches allaitantes ce sera pour lui !" Avant même de pouvoir dire la passion pour "un beau métier, on n’y va pas à reculons", qu’ils finiront par reconnaître, du bout des lèvres, amers.

 

Être mieux payés

Sur l’élevage de la Ville Neuve, l’atelier porcin de 300 truies naisseur-engraisseur côtoie celui des cultures. "Mon père a commencé avec quelques bêtes pour valoriser des terres qui ne pouvaient pas l’être autrement", raconte David Jaglin. Il a rejoint ses parents en 1998, suivi par son plus jeune frère de 10 ans, Cyrill en 2016, tous deux désormais aux manettes de l’EARL de la Ville Neuve, bien connue des concours. "Tu en viens parfois à avoir autant de boulot avec un troupeau de 30 mères en vaches allaitantes, ça fait 100 bêtes et c’est tout le temps, qu’avec 300 truies. Or c’est ça (les porcs, ndlr) et les cultures qui font la marge. Si encore on était payé au prix de revient de nos bêtes, 4,7 euros ! Il nous faudrait 5 euros du kg en vif. Il va falloir que le steak haché augmente", campe David Jaglin, qui travaille avec son groupement Eureden pour le label Charolais et avec la filière qualité de Carrefour, dont on annonce la fin. Pas étonnant pour lui que la production de vaches allaitantes subisse repli et décapitalisation.

 

Seule bretonne, une Lady

"Ne pas se vanter, travailler pour nous", tel est le slogan de la structure dont le but du travail sur la bonne génétique du troupeau "c’est de sortir de France pour avoir un bon retour sur investissement", note l’ex-président du syndicat régional des éleveurs de race Charolaise en Bretagne, démissionnaire en janvier dernier pour occuper d’autres responsabilités au sein de sa coopérative. Alors certes les concours sont une vitrine du travail de l’élevage, mais "avec des ventes à la clé, parfois un lot complet de sept bêtes, comme à Charolles", se souvient-il de 2016. Un milieu "où l'on rencontre du monde", un plus. Autant de raisons qui font que jeudi, Lady, belle vache née à l’élevage il y a cinq ans, suitée, est partie à Paris avec son Royaume, beau petit veau qui a connu la paille de l’étable début janvier 2020. Ils seront dimanche 1er mars en lice sur le ring."C’est l’idéal, la vache était prête quand ils sont venus la voir. Un coup de chance. Ils en avaient pré-sélectionnées 90 pour en garder 40. Il y a quatre bêtes dans sa section. Notre père s’occupe d’elle tous les jours, la lave", la bichonne. Mais pas question de livrer le secret maison de sa préparation qui tient aussi à son alimentation. Cette vache, seule bretonne à être sélectionnée cette année, avait déjà fait une quatrième place l’an dernier sur ce même salon. Un classement pas facile, à coté du podium qu’on lui souhaite donc de connaître cette année.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Lettre aux agriculteurs et agricultrices de Bretagne

Madame, Monsieur,

Comme le reste du monde, la Bretagne est confrontée à la pandémie due au coronavirus Covid-19. Dans…

Thierry Coué
Thierry Coué, Président de la FRSEA de Bretagne : "Chaque agriculteur doit prendre conscience du besoin de se protéger, et de protéger son exploitation"
Depuis le début de la crise du coronavirus, le monde agricole semblait en retrait, presque observateur. Les comportements ont…
Jérémy Labbé, nouveau président de JA22
Le 11 mars dernier s’est tenu le conseil d’administration électif des Jeunes agriculteurs des Côtes d’Armor. Dorénavant c'est un…
Germain et Laura Evo, jeunes aviculteurs, engagés aussi
Du comité organisateur de la prochaine fête de l’agriculture, à Grand-Champ, Germain Evo 32 ans, en est, Jeune Agriculteur aussi…
Eureden s’adapte et s'organise pour assurer ses services

La crise COVID-19 impacte profondément notre filière porcine et les équipes Eureden sont entièrement mobilisées pour…

Publicité