Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Repulse’Hair : Des cheveux dans les champs

Futur ingénieur de l’École supérieure d'Agriculture d'Angers (ESA), Maxime Pennors développe un procédé ancestral et innovant pour repousser les sangliers : les cheveux.

Les premiers tests vont démarrer en septembre. S'ils sont concluants, l'équipe se penchera sur la phase de conception et lancera une étude scientifique à plus grande échelle pour prouver la méthode.

Pour Maxime Pennors, tout est parti d’une discussion avec son coiffeur. Le jeune homme, étudiant à l’Esa d’Angers, est parti d’un constat simple. Sur l’exploitation viticole de ses parents, située sur les Terrasses du Larzac, les sangliers font des ravages. Il y a quelques années, ce sont près de 20 000 euros qui ont été perdus. En évoquant cette problématique à son coiffeur, celui-ci lui a confié que certains agriculteurs, avaient pour habitude de répandre des cheveux dans les champs afin d’éloigner les suidés. De fil en aiguille, l’idée a germé dans l’esprit de Maxime Pennors, au point qu’il envisage de créer une start-up afin de concrétiser cette innovation.

Premiers tests en septembre
"Les sangliers pullulent dans ma région, et le climat y est souvent sec. Ils se rabattent alors sur les cultures", témoigne le jeune homme. Soucieux de trouver une solution simple d’utilisation et économique pour les agriculteurs, il a présenté son projet lors d’Agreen Start’Up, un concours véritable révélateur de talents. Durant l’élaboration du projet, l’étudiant, rejoint par deux camarades de l’ESA et deux étudiants du Campus de Pouillé (41), ont découvert l’étendue de la problématique. "De nombreux agriculteurs sont fortement impactés". L’idée a séduit, puisque le projet de Maxime Pennors, nommé Repulse’Hair, a gagné le coup de cœur du jury lors de l’édition 2020. Les tests sur les exploitations devaient débuter ce printemps, mais le confinement a obligé les étudiants à décaler leur planning. "On pense démarrer les premiers tests courant septembre", confie Maxime Pennors. Pour le moment, il n’y a pas de process clairement établi. "On attend de voir si nos tests sont concluants avant de se lancer réellement, à plus grande échelle". Cette méthode est déjà expérimentée par certains agriculteurs, mais les utilisations sont multiples. Ainsi, un golf de Loire-Atlantique utilise ce procédé depuis maintenant cinq ans, avec succès.

L’odeur repousserait les sangliers
"Il existe d’autres alternatives, mais nous pensons que notre projet est facile à mettre en place, écologique et innovant", constate l’étudiant. Pour le moment, les étudiants ne sont pas certains des effets des cheveux sur les sangliers, mais ont leur petite idée : "On pense que l’odeur des cheveux effraie les sangliers. Ils l’associent à la présence humaine". Cependant, rien n’est encore prouvé scientifiquement. Ce sera la première étape de Repulse’Hair, si l’entreprise est créée. "On souhaite mettre en place une étude à plus grande échelle que nos tests préliminaires, en adoptant une démarche scientifique. Cela permettrait de prouver notre méthode", avance Maxime Pennors. De nombreuses questions sont pour le moment en suspens, du fait du confinement, mais le jeune homme continue d’avancer sur son projet. Il a récemment contacté un expert de chez L’Oréal, afin d’en apprendre plus sur le cheveu. De plus, grâce à Agreen Start’Up, un soutien de 1 000 euros de la part de la chambre d’Agriculture des Pays de la Loire, sous la forme de formation, sera dispensé aux étudiants. Tout est mis en œuvre pour que l’aventure continue. "S’il s’avère que les premiers essais sont concluants, ce serait dommage de ne pas se lancer. On s’en voudrait, car il y a un réel potentiel", témoigne Maxime Pennors.

Facile d’utilisation et économique
Les principaux critères du produit à développer sont la facilité d’utilisation et le faible coût économique. La matière première ne fait l’objet d’aucune valorisation, et est relativement simple à collecter. "Il faudra mettre en place un système de collecte et de stockage en revanche, car les quantités chez les coiffeurs ne sont pas énormes". Dans un premier temps, le jeune homme souhaiterait se pencher sur la phase de conception. Il souhaite un produit homogène et aisément applicable dans le champ. En effet, pour le moment, la seule manière de l’appliquer est manuelle, ce qui est particulièrement chronophage. Il souhaite donc développer un procédé pour appliquer ce produit de manière généralisée dans les champs. En s’appuyant sur un réseau de distribution à grande échelle, il est persuadé que les agriculteurs et son entreprise pourraient s’y retrouver financièrement. Si l’idée peut paraître farfelue, le jeune homme, qui s’oriente vers le commerce international, a de la suite dans les idées. Son projet a été plébiscité lors du Sival, et il a fait part de l’engouement de nombreux acteurs autour de Repulse’Hair. "On peut imaginer des utilisations en agriculture, mais aussi pour la voirie, ou bien les particuliers", détaille-t-il. Avec la première phase de test qui va débuter prochainement, le projet de l’étudiant a de grandes chances de démarrer. Celui-ci ne s’emballe pourtant pas : "Il faut s’assurer en testant à grande échelle, et comprendre pourquoi les sangliers sont dissuadés". Si de nombreuses jeunes pousses ne voient finalement pas le jour, Maxime Pennors, confiant, considère cette expérience comme un enrichissement. "L’important, c'est de se faire plaisir dans ce que l’on fait, et de se sentir utile".

  

Un projet récompensé

Agreen

Grâce à Agreen Start’Up, concours qui se tient lors du Sival (Salon du végétal à Angers), un soutien de 1 000 euros de la part de la chambre d’Agriculture des Pays de la Loire, sous la forme de formation, sera dispensé aux étudiants. Tout est mis en œuvre pour que l’aventure continue.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Dégâts de choucas : une nouvelle organisation dans les Côtes d’Armor
La population de cette espèce protégée augmente inexorablement depuis plus de dix ans dans le département. En 2019, la profession…
La filière méthanisation  sur une ligne de crête difficile
Plus de 1 300 unités de méthanisation seraient en projet, pour 900 actuellement en fonctionnement, selon le ministère de la…
Le Gaec des Chênes préfère  une gestion durable de ses haies
Avec un linéaire de dix-neuf kilomètres de haies, le bien-nommé Gaec des Chênes, à Plougonven (29) a mis en place, il y a des…
L'embauche de réfugiés : une expérience en cours en Centre Bretagne
Face à la pénurie de main d'œuvre dans les élevages de Centre Bretagne, des élus ont décidé, en fin d'année dernière, de lancer…
ASAP : nous ne serons pas les dindons de cette farce !

Acte 1 : début 2019, le Grand Débat National offre la possibilité aux citoyens d’exprimer leurs attentes en matière de…

Prix du porc : baisses en cascade, producteurs démoralisés
Les baisses s’enchaînent au Marché du porc breton pour la troisième semaine consécutive. Les producteurs de porcs craignent une…
Publicité