Aller au contenu principal

Réussir l'implantation

Un colza bien développé à l’entrée de l’hiver sera plus résistant aux ravageurs d’automne. Un semis précoce permet d’atteindre cet objectif (ici colza au 30 septembre).

Date et densité de semis : tôt et clair

Semer dès fin août

Pour avoir un colza bien développé à l’entrée de l’hiver, il faut semer tôt. Ce colza développé sera ainsi mieux disposé pour résister aux ravageurs et aux à-coups climatiques. Pour cela, il faut semer à partir du 20 août et avant le 5 septembre. Un colza qui va avoir plus de 1,5 kg/m² de biomasse avant la pause hivernale aura déjà absorbé plus de 100 kg d’azote. Les gains de croissance permis par ces quelques jours longs et chauds de fin d’été peuvent être décisifs face à plusieurs ennemis de la culture. Les limaces et les altises seront moins nuisibles sur des colzas déjà développés et permettront de faire l’impasse sur un insecticide. Une forte biomasse de colza permet aussi d’étouffer les mauvaises herbes et de maintenir les parcelles dans un bon état de propreté.

Viser une densité de 20 à 40 plantes/m²

Le colza valorise bien les peuplements clairs. Mieux vaut peu de plantes bien développées et vigoureuses que trop de plantes chétives qui se concurrencent entre elles. Il faut viser 30-40 plantes/m² pour les lignées et 20-30 plantes/m² pour les hybrides, soit entre 1 et 2 kg/ha de semences selon le PMG, le poids de 1 000 grains. Le colza s’adapte aussi au semis en ligne au semoir monograine, à écartement de 50 cm par exemple. Le binage est alors possible. Dans ce cas, pour éviter l’élongation automnale, il ne faut pas dépasser 15 plantes au mètre linéaire.

 

Fertilisation au semis : valoriser les engrais de ferme pour un bon démarrage

Colza d’hiver

Prairies ou dérobées mises à part, le colza est la principale culture à pouvoir valoriser à l’automne les engrais de ferme à action rapide : effluents de volaille et lisiers de porc notamment. Dans de bonnes conditions d’implantation et de croissance hivernale, le colza est capable d’absorber 100 à 150 uN/ha, voire davantage, du semis à la sortie d’hiver. Autant d’azote qui sera à déduire de la dose à apporter sur la 2e partie du cycle. Cet azote est fourni en partie par le sol : en se minéralisant, l’humus libère 30 à 40 uN/ha, voire plus si les températures hivernales sont douces. L’implantation de plantes compagnes peut également y contribuer, grâce à la fixation de l’azote atmosphérique par des légumineuses gélives (féverole, lentilles…). Un apport modéré d’effluent viendra donc compléter cette fourniture d’azote afin d’obtenir un colza développé et vigoureux en entrée d’hiver.
Les risques de lessivage sont néanmoins élevés à cette période de l’année, ce qui interdit tout risque d’apport azoté supérieur aux besoins. De fait, réglementairement, la fertilisation au semis est limitée en Bretagne à 65 uN équivalent engrais minéral. Il est recommandé d’enfouir l’apport dans l’heure qui suit l’épandage. Dans le cas contraire, les pertes peuvent dépasser 50 à 80 % de l’azote uréique ou ammoniacal apporté.
Pour raisonner la fertilisation à apporter à la culture en sortie d’hiver, on prendra en compte l’azote déjà mobilisé par la culture en sortie d’hiver et l’objectif de rendement.

Colza d’hiver
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
Les pratiques agricoles évoluent encore dans les bassins versants
Baisse d’achats d’engrais, plus de sécurité lors des traitements, progression des modes de cultures alternatifs… les pratiques…
Publicité