Aller au contenu principal

Volailles : impact hétérogène

Suivant les espèces de volailles, et les éleveurs, l’impact de la crise liée au coronavirus s’exerce avec hétérogénéité.

    Les opérateurs sont plus ou moins touchés, suivant leurs débouchés.

Ainsi, la fermeture de la restauration "touche durement pintade, caille, pigeon et les espèces festives, canard à rôtir et canard gras, espèces déjà impactées, avec une baisse générale d’activité et un allongement des vides sanitaires", décrit Sylvaine Dano, élue de la chambre d’agriculture, en charge du dossier avicole, éleveuse de dindes à Saint-Jean Brévelay (56). Le lapin commencerait également à souffrir. En accouvage, les difficultés sont déjà présentes sur les secteurs de ventes d’animaux d’un jour, y compris les activités d’exportation, mises à l’arrêt en raison des difficultés administratives du passage des frontières et sans vols disponibles. "Des chantiers de bâtiment ont été arrêtés mais l’arrivée des poussins ou des poulettes était programmée", s’inquiète-t-on. Autre pan de l’élevage fortement impacté : "Le poulet lourd qui ne trouve plus ses débouchés traditionnels, mais les choses pourraient évoluer un peu avec la réouverture des drives de Mc-Do", note à son tour, Pierrick Le Labourier, aviculteur à Plumelec (56), président du groupement volailles de Triskalia.
Quid du manque à gagner craint par les éleveurs sur la réorientation de leur production de la RHF vers la GMS ? Et le déséquilibre matière (blanc GMS, rouge RHD) qui va nécessiter le stockage, en attente d'autorisation des instances européennes. Quid aussi de l’approvisionnement en copeaux pour les litières avec la fermeture des scieries ? "On commence à voir apparaître des problèmes sur les pattes", témoignait déjà, la semaine passée, un éleveur du Finistère subissant l’allongement de l’élevage de ses dindes. "Pour l’instant, les enlèvements se font sans retard chez nous, c’est selon les débouchés mais ce n’est pas vrai partout", constate Sylvaine Dano, du groupement Huttepain Aliments (LDC), voisine de l’abattoir Celvia (LDC), spécialisé en abattage de dindes. "Nous n’avons pas eu de souci de ramassage non plus", apprécie-t-elle, bien consciente "que ce n’est pas une généralité, et ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera peut-être plus demain". Un constat partagé par Pierrick Le Labourier, "j’ai une bande qui est partie à 14 semaines ce matin, c’est trop. Certains opérateurs sont plus ou moins touchés, suivant leurs débouchés. Au début de la crise, il y avait de la demande, j’ai livré des lots de 12 et 13 semaines", situait, le 10 avril dernier, Pierrick Le Labourier, en proie comme ses collègues à une incertitude importante.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité