Terra 27 avril 2018 à 15h00 | Par Jean Dubé

Savéol vise les 100 000 tonnes de tomates à l'horizon 2025

Alors que la France importe une tomate sur deux, Savéol fait le pari d'une nette augmentation de ses volumes de production à l'horizon 2025. Pour s'y préparer, la coopérative de la pointe bretonne commence par redimensionner l'une de ses stations de conditionnement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pierre-Yves Jestin, président de Savéol.
Pierre-Yves Jestin, président de Savéol. - © Terra

"2018 s'annonce mieux". L'assemblée générale de Savéol, le 19 avril dernier à Plougastel Daoulas (29) a d'abord été l'occasion de dresser le bilan de l'année écoulée. "En fraise, le chiffre d'affaires a chuté de manière significative, à cause d'une baisse de rendement, détaille Pierre-Yves Jestin, le président. En tomate, si le rendement s'est maintenu, la valorisation a été moins bonne, notamment sur certains créneaux de la segmentation". Une année à oublier... "Sur la campagne en cours, nous devrions franchir la barre des 80 000 t de tomates".


Sans pesticides

Cette année, Savéol lance une gamme de tomates cultivées sans pesticides, de l'apparition de la fleur à l'assiette du consommateur. "C'est la continuité de notre démarche engagée il y a 35 ans", affirme Pierre-Yves Jestin, en faisant référence aux insectes produits par Savéol Nature pour protéger les cultures. Toujours dans l'objectif de "créer de la valeur", la coopérative se démarque aussi en fraises, avec l'obtention d'un label rouge. "Nous nous engageons avec une variété sélectionnée pour son goût intense et une cueillette à maturité optimale".


Donner envie aux jeunes

L'an passé, le conseil d'administration est allé à la rencontre des salariés et des producteurs Savéol. "Agrandissement, transmission de l'outil de production, changement de modèle énergétique... : les projets des uns et des autres sont différents mais s'inscrivent tous dans le projet de la coopérative", indique Pierre-Yves Jestin. Un projet qui se fixe pour objectif de parvenir à l'horizon 2025 à une production de tomates de l'ordre de 100 000 t et un chiffre d'affaires de 220 millions d'euros. "Pour y arriver, chacun devra s'y investir, adhérents comme collaborateurs ! Il nous faudra construire de nouvelles serres, donner envie à des jeunes de nous rejoindre, continuer à développer notre gamme".

Souhaitant rester plus longtemps présente sur le marché, la coopérative va aussi développer l'éclairage dans les serres. "Le consommateur veut manger de la tomate tout au long de l'année. Autant que ce soit nous qui répondions à cette demande".

Pour faire face à l'augmentation de production, Savéol va agrandir le site de Guipavas, le portant de 25 000 à 38 000 m², pour un investissement de l'ordre de 10 millions d'euros. "Avec l'arrivée de la gamme sans pesticide, il nous faut de nouvelles lignes de conditionnement. Nous en profiterons aussi pour revoir notre processus industriel". Une fois les fouilles archéologiques terminées, le permis de construire devrait être déposé d'ici peu. Et Savéol espère un bâtiment opérationnel pour démarrer la campagne 2020.

 

Engagés dans la transition énergétique

L'assemblée générale a aussi été l'occasion de faire le point sur la transition énergétique, dans laquelle les maraîchers sont désormais bien engagés. "Aujourd'hui, 47 % de nos surfaces sont chauffées au gaz naturel, 35 % grâce à la cogénération et 18 % grâce aux énergies renouvelables", indique Savéol. Parmi celles-ci, on trouve des chaudières à bois, de la récupération de chaleur d'une usine d'incinération de déchets ménagers mais aussi de la pyrogazéification, un nouveau procédé permettant de chauffer le bois puis de brûler les gaz qui s'en dégagent. "Par rapport à une chaudière classique, le rendement est amélioré, indique Pierre-Yves Jestin. Et on peut récupérer le CO2 pour nos cultures".

 

 

 

Savéol lance cette année une gamme de tomates produites sans pesticides, "de la fleur à l'assiette".
Savéol lance cette année une gamme de tomates produites sans pesticides, "de la fleur à l'assiette". - © Terra

Savéol en bref

- 110 producteurs
- 79 000 t et 216 ha de tomates
- 2 100 t et 46 ha de fraises
- 485 t de concombres
- 130 t de salicorne
- 55 t de mini-poivrons
- 188 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui