Aller au contenu principal

Clôtures et abreuvement

Clôture : objectif 3000 volts

Pour garantir le bon fonctionnement d’une clôture, chacun des éléments (électrificateur, fils/isolateurs/piquets, prise de terre) doit être bien choisi et en bon état de marche.
- L’électrificateur : La puissance doit être cohérente avec la longueur de clôture : viser une énergie stockée de 1 joule par km de clôture, y compris dans le cas de double fils. Placez la au plus proche du départ de la clôture, mais éloigné des réseaux électriques.
- La prise de terre : viser un mètre de prise de terre par joule délivrée par l’électrificateur. Placer une prise de terre par poste, indépendante des autres appareils électriques et en sol conducteur (humide et meuble). Préférer des barres galvanisées qui ne rouillent pas. Soignez les connexions, utiliser des câbles doublement isolés pour relier les barres de prise de terre entre elles ou le poste à la clôture.
- Les raccords : Faire des nœuds plats qui augmentent la surface de contact. Evitez les liens en torsade qui créent des arcs électriques. Pour avoir une clôture dissuasive, la tension minimale à rechercher est de 3 000 volts à tout moment et sur tout le réseau.

 

Le réseau d’eau ne doit pas être négligé

La mise en place d’un réseau d’eau dans les pâtures doit répondre à des critères techniques et pratiques.
- Des tuyaux enterrés ou en surface : Le réseau principal est enterré à 50-60 cm pour le protéger des passages d’engins et du gel. Le réseau secondaire suit les chemins en surface et doit être facilement déplaçable. Les circuits sont individualisés (vannes, robinets) pour faciliter les interventions sur le réseau.
Un débit suffisant : Bien choisir les tuyaux : attention aux pertes de charges liées à la pente ou aux longueurs du réseau. Pour 100 m de réseau ou un dénivelé de 10 m, la perte est de 1 bar avec des tuyaux de 19/25 mm et 0,65 bar avec des tuyaux de 26/32 mm.
- Utilisez, en début de réseau, des tuyaux de diamètre 26/32 et des semi-rigides de diamètre 19/25 pour le réseau secondaire.
Veillez à avoir, au bac, un débit d’eau minimum de 7 l/min : pour un tuyau de 19/25 mm, il faudra alors viser 3 à 5 bars en bout de réseau.

 

Témoignage : Gaec de Darun à Nivillac, maintenir le pâturage en traite robotisée avec un boviduc

Notre stabulation est au bord d’une route communale qui nous sépare de 35 ha de terres potentiellement pâturables. L’objectif était de robotiser la traite pour les 105 vaches et maintenir du pâturage. Nous avons envisagé deux scenarios : soit construire un bâtiment neuf de l’autre côté de la route, soit permettre aux animaux un accès libre au pâturage en réalisant un boviduc. C’est cette solution qui a été retenue. Notre projet s’est déroulé sur une année, le temps de faire les démarches nécessaires (autorisation de travaux, service d’eau, mairie…). Le chantier en lui-même a duré une semaine pendant laquelle la route communale était déviée. La seule contrainte était de gérer une conduite d’eau qui passait sous la route. Le boviduc fait 8 m de long pour 2 m de large et 2 m de haut. Il est réalisé à partir de cadres monoblocs en béton. Son point bas est à 3,5 m sous la route. Le coût du chantier est de 29 000 €, ce qui comprend le terrassement, le levage, la fourniture et la pose des blocs ainsi que la remise en état de la route. Le PCAEA a subventionné le projet pour 8 100 €. Il nous reste à faire en autoconstruction les murs en parpaings pour soutenir la terre le long des rampes d’accès et l’aménagement des chemins d’accès. À la sortie du boviduc, comme le sol est très peu portant, nous allons réaliser des chemins en béton pour que le troupeau puisse circuler facilement dans ce secteur.

Propos reccueillis par Romain Rétif

 

 

Pour aller plus loin : 

Fiches d’aide à la décision parcellaire d’exploitation, chambre agriculture Bretagne 2012 : http ://www.chambres-agriculture-bretagne.fr
Aménagements parcellaires et pâturage des troupeaux bovins, Institut de l’élevage, 2015. http ://idele.fr/
Plus de renseignements : Service élevage Est (02 23 48 26 80) , service élevage Ouest (02 96 79 21 63).

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité