Aller au contenu principal

Investir dans son aménagement

L’acquisition de nouvelles surfaces accessibles depuis son bâtiment a permis à Nicolas de conforter son projet de conversion à l’agriculture biologique. Pour optimiser ses surfaces en herbe, il a investi dans leur aménagement. Il partage son retour d’expérience.

Nicolas Rubin, Producteur de lait à Argentré-du-Plessis.

Quels investissements avez-vous réalisé sur votre exploitation pour améliorer l’aménagement de votre parcellaire ?

Nicolas Rubin / En 2015 j’ai réalisé 250 m de chemin en sortie de stabulation. Après l’acquisition de nouvelles parcelles accessibles, j’ai repensé mon système de pâturage et fait appel aux financements du département d’Ille-et-Vilaine pour le prolonger de 550 m. Je prévois à l’avenir 500 m de plus depuis le boviduc que je viens d’installer récemment. Pour la réalisation de mes chemins, j’ai toujours fait appel à une entreprise professionnelle. Même si celle-ci est un peu plus chère, on est sûr que le travail est bien fait.

 

Comment avez-vous procédé pour leur réalisation ?

N.R. / Actuellement, tous les chemins font 3 m de large afin de pouvoir y passer en tracteur. Finalement, après usage, je m’interroge sur cette nécessité. 2,5 m sont peut être suffisant. J’ai décaissé 40 cm sur toute la longueur. Pour réduire le coût global, j’ai utilisé pour la première couche d’empierrement de la pierre issue de l’exploitation. Après compactage, j’ai recouvert 20 cm de 0-31,5, puis 10 cm de sable gris. J’ai fait ce choix car même si l’argelette est un matériau drainant, il peut poser des problèmes aux pattes.

 

Combien cela a-t-il coûté ?

N.R. / Les 550 m m’ont coûté 14 800 €, soit 9 €/m² sans le coût de la première couche. Même si cela peut sembler conséquent, je ne regrette pas ce choix. Cet investissement me permet de mieux exploiter l’herbe à moindre coût. Il ne faut pas négliger également les frais annexes tels que l’abreuvement et les clôtures. Avec dorénavant 40 ha accessibles au vaches laitières et le choix d’un paddock/jour, mon aménagement parcellaire se compose de 80 paddocks. La facture s’élève à 16 200 €, soit environ 200 €/paddock (tableau ci-contre).

 

Quels conseils donneriez-vous pour bien aménager son parcellaire ?

N.R. / - Faire des entrées et sorties distinctes et larges - Bien mesurer l’intérêt économique d’un paddock/jour - Adapter la largeur du chemin en fonction de son utilisation - Privilégier un chemin au sud d’une haie - Enterrer les tuyaux à 50 cm du chemin et installer dans l’idéale des vannes dans une buse, pour faciliter son accès et sa protection - Équipement pratique : couper sa clôture avec son téléphone (environ 400 €).

Aménagement parcellaire
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité