Aller au contenu principal

La taille des paddoccks, un raisonnement technique, géographique et humain

La taille des paddocks pour le pâturage des vaches laitières est un compromis entre d’une part la recherche de performance de la prairie et d’autres part la configuration du parcellaire, le comportement des animaux et l’organisation du travail.

Exemple d'une carte d'aménagement parcellaire.

Le raisonnement par l’angle performance prairie est basé sur la physiologie de l’herbe. On cherche à sortir les animaux du paddock avant qu’ils ne commencent à consommer les jeunes repousses. Un temps de repousse minimum est conseillé afin de permettre à la prairie d’exprimer son potentiel fourrager. De plus, l’organisation du parcellaire diffère pour chaque exploitation. La position des chemins, des talus, les zones de portances imposent d’adapter la forme et la taille des parcelles pour trouver le meilleur compromis. Les goûts de chacun pour le travail au pâturage laissent aussi la place à des variations : changer de paddocks tous les jours, utiliser le fil-avant... Enfin, le comportement des animaux (répartition sur la parcelle, abreuvement) est également à prendre en compte.

 

Les repères de surface

Voici quelques règles pour l’organisation des paddocks :
- 1 are par vache et par jour correspond aux besoins fourragers en pleine pousse de printemps,
- 3 jours de temps de présence moyen par paddock est un bon compromis entre les performances des animaux et l’exploitation de l’herbe.

Exemple : pour un troupeau de 60 vaches, des paddocks de 1,8 ha environ,
- Une forme de paddock qui évite les grandes longueurs et qui favorisent le piétinement.
- Un nombre suffisant de paddock pour respecter le temps de repousse.
- La gestion de parcelles jour, nuit et week-end est pertinente pour soulager l’astreinte de travail en limitant les déplacements de l’éleveur.

Parcelles de nuit : 0,4 are/VL/nuit pour un temps de séjour d’une semaine (soit 2,8 are/VL).
Parcelles de jour : 0,6 are/VL/jour pour un temps de séjour de 3 jours (soit 1,8 are/VL).

 

Financements possibles

Aménagement parcellaire : Les départements d’Ille-et-Vilaine et du Finistère accompagnent des investissements spécifiques (chemins et abreuvement) liés à l’amélioration de l’accessibilité des animaux aux nouvelles parcelles de pâturage. Le taux de base pour l’aide est de 25 % d’une dépense maximum de 15 000 €.
Plus d’information sur : https ://www.ille-et-vilaine.fr/agriculture/aides, https ://www.finistere.fr/A-votre-service/Economie-International/Agriculture-et-alimentation/

Boviduc : Depuis 2015 en Bretagne, les travaux liés à l’aménagement d’un boviduc pouvaient être financés dans le cadre du Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations Agricoles (PCAEA), via le dispositif 411a "soutien aux investissements en matériels agro-environnementaux". Le dispositif n’est pas encore connu pour l’année 2021.
Plus d'information sur le site europe.bzh, rubrique Feader.

Dans le cadre des Bassins Versants Algues Vertes (BVAV), des aides existent pour favoriser des investissements structurants. Les boviducs, passerelles et les chemins d’accès au pâturage qui s’inscrivent dans l’augmentation des surfaces en herbe et du pâturage sont subventionnés.
Plus d’information auprès des animateurs BVAV.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Un Space sans public mais pas sans lendemain
  Le Space 2020 a bel et bien eu lieu. Il ne restera pas dans les annales, comme si décidément cette édition et surtout son…
Publicité