Aller au contenu principal

Le bassin de l’Elorn recense son bocage

Tous les 12 ans, un recensement effectué sur l’ensemble de la Bretagne permet de connaître l’état de santé du bocage et son évolution dans le temps. Le syndicat de bassin de l’Elorn vient de s’atteler à la tâche. Il en profitera, dans le même temps, pour réaliser un bilan des deux premiers programmes Breizh bocage, afin d’établir une stratégie pour les années à venir.  

Haie bocagère ancienne ? Continue ou ajourée ? Bordant des parcelles exploitées ou en friche ? Avec présence d’un talus ? D’un fossé ? En ce chaud après-midi de début juin, Claire Amil, chargée de mission agriculture et bocage, et Roxane Rogeon, stagiaire au syndicat de bassin de l’Elorn, arpentent la campagne de Plougastel Daoulas pour qualifier l’état du bocage, à la demande de la Draaf Bretagne, la direction régionale de l’alimentation, l’agriculture et la forêt.

Tous les 12 ans

"Un tel inventaire est réalisé tous les 12 ans, en 1996, 2008 puis 2020", explique Claire Amil. Pour le bassin de l’Elorn, les deux jeunes femmes se rendront, en un peu plus d’une semaine, de Brest à Landivisiau, et de Commana à L’Hôpital Camfrout, sur une quarantaine de placettes, comprenant chacune une dizaine de points à étudier. Une fois les haies localisées, ce qui demande un bon sens de l’orientation, des informations plus précises que leur simple présence sont recueillies, ce qui permettra de connaître l’état de santé du bocage breton et son évolution dans le temps, par comparaison entre inventaires.

Un bilan des programmes Breizh bocage

Etudiante à Agro Paris Tech, Roxane Rogeon va également mettre à profit son stage de fin d’études au syndicat de bassin de l’Elorn pour réaliser un bilan de l’opération Breizh bocage. "Depuis 2009, 51 km de haies ont été plantées", détaille Claire Amil. Si le premier programme s’est concentré sur la plantation de haies et talus, le second a élargi ses missions à la préservation et la protection du bocage, en collaboration avec les élus du territoire, à son entretien durable, en lien avec des entreprises, et à la valorisation du bois produit.

"Nous arrivons cette année au terme du second programme", indique la chargée de mission agriculture et bocage. Dans les semaines qui viennent, une enquête sera lancée auprès des agriculteurs, des communes et des partenaires du syndicat de bassin de l’Elorn. Puis à l’automne, une fois tous les conseils municipaux et les communautés de communes élus et les désignations effectuées auprès du syndicat de bassin, ce dernier élaborera une stratégie pour le nouveau programme Breizh bocage, qui devrait prendre effet courant 2021.

 

Un bocage aux multiples fonctionnalités

Paysage de champs bordés de haies et talus, le bocage fait partie du paysage breton. Il possède de nombreux atouts pour la gestion qualitative et quantitative de l’eau, en ralentissant la circulation de l’eau, en limitant ruissellement et érosion, en épurant et dégradant de nombreux polluants. Mais il est bien plus qu’une simple barrière ! Abritant de nombreuses espèces animales et végétales, le bocage est également un puits de carbone. Outre sa fonction de production de bois, il préserve les sols et sert d’abri au bétail. Sans oublier son aspect patrimonial et sa contribution au cadre de vie.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Un Space sans public mais pas sans lendemain
  Le Space 2020 a bel et bien eu lieu. Il ne restera pas dans les annales, comme si décidément cette édition et surtout son…
Publicité