Aller au contenu principal
Font Size

Macron en Bretagne : la souveraineté alimentaire a un coût !

Emmanuel Macron souhaitait remercier "la ferme France", toute la chaîne qui, de l’agriculture à la distribution, en passant par l’agro-alimentaire, le transport ou l’emballage, "a tenu et nourri les Français". À Cléder (29), Thierry et Jean-Marc Roué, serristes, et les responsables professionnels en ont profité pour rappeler au Président de la République qu’acheter français a un coût !

Jean-Alain Divanac’h, président de la FDSEA du Finistère, et Jean-Hervé Caugant, président de la chambre d’agriculture, ont longuement échangé avec Emmanuel Macron.

"Merci à la ferme France, merci à l’agriculture et l’agro-alimentaire, à toutes les TPE et PME qui ont nourri la France". Le 22 avril, Emmanuel Macron, Président de la République, s’est rendu d’abord à Cléder, dans une serre de tomates, puis au Super U de Saint Pol de Léon. Les images ont passé en boucle à la télé et sur les réseaux sociaux d’un Président mettant l’accent sur toute une chaîne qui, des producteurs à la distribution, en passant par les transporteurs ou l’emballage, ont continué à travailler, permettant ainsi de ne pas rompre l’approvisionnement alimentaire des Français.

Espérons qu'après le confinement, les consommateurs continuent à privilégier les produits français

Accepter de payer un peu plus
Un discours qui ne peut qu’aller droit au cœur des agriculteurs, qui apprécient la volonté du chef de l’État de revenir à une plus grande souveraineté alimentaire, une fois la crise du coronavirus passée. "Une souveraineté alimentaire qui a un prix", rappelle Jean-Hervé Caugant, le président de la chambre d’agriculture du Finistère. "Il faut que les agriculteurs gagnent leur vie". "Et que les Français acceptent de payer quelques centimes de plus", rajoute Jean-Alain Divanac’h, le président de la FDSEA. "La part de l’alimentation n’a jamais été aussi faible dans le budget des ménages".
"Charges sociales, environnement… : nous subissons aussi des distorsions de concurrence par rapport aux autres pays européens", a souligné Thierry Roué, installé en Gaec avec son frère Jean-Marc sur 4,5 hectares de tomates sous serres à Cléder. "Il faut que le dispositif TO-DE, qui allège le coût des travailleurs occasionnels, soit reconduit. Il en va de notre compétitivité".

Horticulture et viande bovine en danger
"Nous avons aussi profité de sa venue pour évoquer les filières particulièrement secouées par la crise", indique Jean-Alain Divanac’h. Suite aux fermetures des jardineries et fleuristes, le secteur horticole se retrouve sans débouchés, "alors que Kérisnel, la marque horticole de notre coopérative, réalise la moitié de son chiffre d’affaires au printemps", souligne Marc Kéranguéven, le président de la Sica de Saint Pol. "En viande bovine, nous demandons la mise en place de stockage temporaire ou de facilités à l’export pour alléger les marchés du veau de boucherie et des races allaitantes, qui souffrent de la disparition de leurs débouchés en restauration hors foyer", complète le président de la FDSEA.

Une nécessaire régulation laitière
"Nous avons aussi interpellé Emmanuel Macron sur la crise laitière", rajoute Jean-Hervé Caugant, qui en appelle à la mise en place d’une régulation européenne de toute urgence. "Il ne faut pas attendre trois mois ! D’ici là, les cours se seront effondrés". Ce que les producteurs vivraient très mal. "Ils se sont levés tous les matins pour traire leurs vaches et nourrir les Français. Ils ne comprendraient pas qu’on les laisse tomber".
Les responsables ont aussi attiré l’attention du Président de la République sur le défi du renouvellement des générations. "Actuellement, tous les dossiers d’installation sont bloqués". Et souligné la diversité des agricultures en France. "Circuits courts ou circuits longs, conventionnel ou bio, toutes ces agricultures sont complémentaires", estime le président de la chambre d’agriculture.
"Le système français est parmi les plus fiables d’Europe en matière de sécurité et de traçabilité", plaide Marc Kéranguéven. Une spécificité qui a rassuré les consommateurs en plein cœur de la crise, "Espérons qu’après le confinement, ils continueront à privilégier les produits français dans leurs achats".

Macron
Le Président de la République a quitté le Léon avec des légumes Prince de Bretagne.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Méthanisation : un procédé d’avenir, moyennant quelques précautions
L’affaire a fait grand bruit dans le Finistère : en début de semaine dernière, une fuite provenant d’une unité de méthanisation a…
Une nouvelle équipe chez les Jeunes agriculteurs
S’ils ont tenu leur assemblée générale juste avant le confinement, le Covid a ensuite bloqué les élections du Bureau et du…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Maïs : estimer sa date de récolte
Point de situation des maïs à la mi-août. Les premières récoltes sont attendues dès la fin août pour la moitié sud de l'Ille-et-…
Publicité